CHAPITRE 4

Pour l'instant, 4 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3.     Il laisse la terre de Iehouda et s’en va de nouveau en Galil.

 

 

  • Il laisse la terre de Iehouda : ce départ du Mashiah était lié aux proushim cités dans le premier verset du même chapitre.

 

  • et s’en va de nouveau en Galil : région situé au nord d’Israël.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Il y a environ 2000 ans, un Rabbi de Galil, Rabbi Yeshoua de Natzeret se leva parmi le peuple d’Israël pour essayer d’enrayer la haine gratuite qui, selon nos Maîtres dans le Talmud, provoqua la destruction du Temple de Jérusalem. Fondant sa communauté orthodoxe sur la Torah Écrite et Orale que Moshé avait reçu sur le Mont Sinaï, il fut vendu par les saducéens à Rome et défiguré par les non-Juifs ; la Torah de Yeshoua fut abolie et ses enseignements pervertis par les chrétiens… Néanmoins, la lumière d’un Tsadik est éternelle et même au sein de l’obscurité, elle continue de briller et d’illuminer le monde. Depuis le début de l’exil d’Israël, cette lumière messianique pousse parmi les non-Juifs et en particulier chez Edom, le monde occidental chrétien. Chose fascinante, un Midrash enseigne que le Roi Messie sortira de chez eux selon le principe spirituel : tes destructeurs sortiront de toi. (Yeshayahou 49 :17) ; le monde vit aujourd’hui, le début de la restauration de toute choses prophétisée dans le chap. 3 du Livre des Actes. (Actes 3 :21). Le peuple Juif revient sur sa Terre, Jérusalem redevient la capitale éternelle indivisible des descendants de Yaakov et le Tsadik de vérité, le Roi Messie, Rabbi Yeshoua revient dans le giron du Judaïsme orthodoxe, de la Torah authentique d’Israël.

 

Qu’Hashem continue de nous bénir et d’ouvrir les portes de la guéoula en abondance !

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4.     Il doit traverser le Shomrôn.

 

 

  • Il doit traverser : cela fait référence au Mashiah.

 

 

  • le Shomrôn : la Samarie étant située entre la Judée et la Galil, il fallait traverser cette province si l’on voulait suivre le chemin le plus direct.

 

COMMENTAIRE N°1

À noter que selon certains sources, les Juifs évitaient ordinairement la Samarie, en faisant un détour par la Pérée et la rive orientale du Jourdain. Rabbi Yeshoua, voulant certainement donner un exemple, prit ce chemin.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25.     La femme lui dit : Je sais que le Mashiah vient, celui qui est crié Christos. Quand celui-là viendra, il nous annoncera tout. 

 

 

  • La femme lui dit : Je sais que le Mashiah vient : comme on le sait, le Messie représente une figure centrale de la foi Juive.

 

 

  • celui qui est crié Christos : le mot "Christ" est le mot grec équivalent au mot "Mashiah" en hébreu ; en français, on l'appellerait tout simplement l'Oint : celui ayant reçu l’onction ou celui ayant été désigné, pour accomplir une mission bien précise.

 

COMMENTAIRE N°1

 

En effet, dans le Tanakh, oindre avec de l'huile était le signe qu’Hashem "mettait de côté" un serviteur pour un rôle particulier ; le titre de "Mashiah" sur Yeshoua signifie qu’Hashem l’a oint et envoyé dans le monde pour être le Roi et le Sauveur de toute l’humanité. D’ailleurs, le nom de Yeshoua est le nom donné au Mashiah par Hashem lui-même car ce nom signifie "Yah sauve" ou encore "le salut" correspond ainsi, aux prophéties messianiques comme il est écrit : Qu'ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut ! De celui qui dit à Sion : ton D.ieu règne ! (Yeshayahou 52 :7). Par conséquent, beaucoup de Juifs crurent qu’Hashem avait envoyé Yeshoua pour délivrer Israël de l’occupation romaine et pour régner, par la suite, comme le Roi du monde. Or, ce plan n’a pas pu avoir lieu car Yeshoua n’a pas été reconnu comme le Mashiah par certains [et pas tous] dirigeants corrompus du Am Israël. Par un refus d’être considéré comme le Mashiah ben David, Yeshoua a été "résigné" dans la magnifique mission d’être le Mashiah ben Yossef, soit le Sauveur venu expier les péchés du monde entier… En effet, Rabbi Yeshoua de Natzeret par sa Akéda, a revêtu de la mission codé par l’expression "fils d’Avraham" dans l’Évangile de Matityahou [Mashiah ben Yossef/Mashiah ben Ephraïm dans d’autres codes Juifs] et a ainsi, apporté la délivrance sur tous péchés. De plus, son saint nom s’est également répandu parmi toutes les nations et cela correspond à ses paroles, prouvant ainsi sa prophétie : Et moi, quand j'aurai été élevé de la terre, j'attirerai tous les hommes à moi. (Yohanan 12 :32)

 

 

  • Quand celui-là viendra, il nous annoncera tout : les prophéties bibliques enseignent qu’un homme issu de la lignée du Roi David, un grand Sauveur et Libérateur amènera à la fin des temps, une ère de paix et de félicité éternelle dont bénéficieront la nation Juive et le monde entier.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

48.     Iéshoua‘ lui dit alors : Si vous ne voyez pas des signes et des prodiges, vous n’adhérez pas !

 

 

  • Iéshoua‘ lui dit alors : Si vous ne voyez pas des signes et des prodiges : tous recherchaient des miracles mais Yeshoua voulait qu’ils s’attachent à lui pour ses enseignements, qui mettaient la vérité en contact immédiat avec leur âme et non pour ses miracles.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Dans le même élan que le Rabbi de Natzeret, le Rambam enseigne dans son Mishné Torah : celui dont la foi est fondée sur des miracles, sa foi est défaillante car il est possible que ce miracle ait été accompli par des incantations ou par sorcellerie. C’est pourquoi, si un Prophète survient, accomplit de grands signes et miracles, et conteste la prophétie de Moshé notre Maître, il ne doit pas être écouté et il est évident qu’il a accompli ces signes par incantation ou par sorcellerie. En effet, la foi en l’authenticité de la prophétie de Moshé n’était pas basée sur des miracles mais au contraire, ce sont nos propres yeux qui ont vu et nos propres oreilles qui ont entendu ce qu’il a entendu. Qu’est-ce qui nous donna foi en Moshé ? La révélation du Sinaï car nos propres yeux et non un étranger virent, nos propres oreilles et non un autre entendirent le feu, les sons et les flammes. (Mishné Torah du Rambam, Yessodei HaTorah, chap. 8)

 

 

  • vous n’adhérez pas : étant habitué aux miracles de Yeshoua, cette parole surprend au premier abord. À qui s’adresse ce reproche ? À tous Nazaréens et à combien de plus fortes raisons à tous croyants en général, le Mashiah souhaitait enseignait que l’on doit croire en lui, sans avoir besoin de miracles… À noter que le Mashiah ne nie pas les miracles et ne nie pas non plus, la valeur des miracles pour préparer la foi de l’homme ; comme on peut le constater, il y fait appel lui-même tout au long des Évangiles mais ce n’était à ses yeux, contrairement au monde chrétien, qu’un moyen secondaire et qui reste inutile s’il ne conduit les âmes directement à lui et à sa Torah. D’ailleurs, il ne refuse point la demande à ce père qui l’implore, le Rabbi de Natzeret lui donne simplement cette instruction qui contribuera à l’amener à la véritable foi dans le Tsadik bien trop souvent négligée.