CHAPITRE 3

Pour l'instant, 3 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2.     Oui, nous trébuchons souvent tous. Si quelqu’un ne trébuche pas en paroles, c’est un homme parfait, capable aussi de tenir en bride tout le corps.

 

 

  • Oui, nous trébuchons souvent tous : en effet, selon le vidouï, nous ne sommes pas effrontés et obstinés pour dire devant toi, Éternel notre D.ieu et D.ieu de nos pères, que nous sommes des justes et que nous n’avons pas fauté. Au contraire, nous avons fauté, péché et t’avons offensé nous et nos pères et les membres de notre maison : nous avons été coupables, nous avons trahi, nous avons volé, nous avons médit et calomnié nous avons détourné, nous avons fait le mal, nous avons fauté avec préméditation, nous avons été violents, nous avons mêlé le mensonge et la fourberie, nous avons donné de mauvais conseils ; nous avons menti, nous avons été coléreux, nous avons raillé, nous nous sommes révoltés, nous avons été rebelles à tes paroles, nous avons outragé ; nous nous sommes dépravés ; nous avons péché, nous t’avons outragé. Nous avons altéré, nous t’avons été hostiles ; nous avons affligés père et mère, nous avons été entêtés, nous avons fait le mal ; nous nous sommes corrompus, nous avons commis l’abominable, nous nous sommes fourvoyés et nous nous sommes raillés, nous nous sommes égarés de tes mitsvot et de tes lois de droiture et cela ne nous a rien rapporter, et toi tu es juste dans tout ce qui s’abat sur nous car tu fais la vérité tandis que nous avons commis le mal.

COMMENTAIRE N°1

 

Néanmoins, malgré nos chutes, Rabbi Na’hman de Breslev nous encourage de toujours recommencer et de ne jamais abandonner !

Lorsqu'une personne tombe de son niveau spirituel, elle doit savoir que c'est divinement ordonné et c'est parce qu'être repoussé est en réalité, le début pour se rapprocher. Il est donc tombé, afin de se motiver à se rapprocher de D.ieu. Le conseil pour lui est de recommencer, d'entrer au service de D.ieu comme s'il n'avait jamais commencé auparavant. Il s'agit d'une règle très importante au service de D.ieu : littéralement chaque jour, les gens doivent recommencer. Combien il est important qu'une personne se renforce dans le service divin et qu’elle ne se décourage pas à cause de quoi que ce soit dans le monde, mais recommence toujours ! Étudiez bien ce sujet et il vous plaira à jamais. (Torah n°261 du Likouté Moharan I)

 

  • Si quelqu’un ne trébuche pas en paroles, c’est un homme parfait : de là, on apprend que celui qui ne fait pas de lachon hara est un homme parfait ; par conséquent, c’est sur ce domaine en particulier, où nous devons investir toute notre énergie.  

 

COMMENTAIRE N°2

 

Pour le Hafets Haïm, la faute du lachon ara est due à deux phénomènes : la tromperie du yetser hara face aux paroles que nous prononçons et la méconnaissance des lois régissant le langage. Ce dernier constat a mené à l’abandon de la mitsva et de l’étude de ses lois ; c’est pourquoi, le Hafets Haïm a édité un livre regroupant les lois sur le lachon hara (la médisance) et la rékhilout (le colportage) nommé Chémirat HaLachon.

 

 

  • capable aussi de tenir en bride tout le corps : selon les dires de Yaakov HaTsadik, maîtriser les lois du langage afin de ne pas faire de lachon hara ou autres, est la clé nous permettant de maîtriser tous nos autres penchants.

 

COMMENTAIRE N°3

 

Si l'homme savait combien ça lui coûte d'ouvrir sa bouche, il s’abstiendrait de l'ouvrir car en réalité, l'homme ne se créé des problèmes qu’avec ses paroles et ​c'est pourquoi, il ne faut exprimer que du bien avec la bouche ! (Rav Avraham Ifra’h)

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

6.     la langue aussi est un feu, un univers d’injustice. La langue se tient en nos membres. Elle souille tout le corps, elle enflamme le cours de la nature, enflammée qu’elle est par la géhenne.

 

 

  • la langue aussi est un feu, un univers d’injustice : car notre langue est remplie de lachon hara, un péché dont les conséquences sont extrêmement graves.

 

 

  • La langue se tient en nos membres : et comme le dit le Roi Shlomo, la mort et la vie sont au pouvoir de la langue. (Mishlei 18 :21)

 

 

  • Elle souille tout le corps, elle enflamme le cours de la nature : et effectivement, la faute du lachon hara est la cause de notre exil. En plus d’être aussi grave que les trois fautes capitales (le meurtre, l’idolâtrie et l’adultère) réunies, dès qu’une personne prononce des paroles de lachon hara, l’ange accusateur se réveille et provoque de grandes catastrophes et destructions au sein du peuple Juif. (Rav Perets Bouhnik, basé sur les enseignements du Hafets Haïm).

 

 

  • enflammée qu’elle est par la géhenne : il existe trois péchés capitaux pour lesquels l’homme est puni ici-bas et pour lesquels, il n’aura pas droit au Olam Haba : l’idolâtrie, les relations interdites et le meurtre. Lorsqu’une personne s’habitue à dire régulièrement du lachon hara, sa faute équivaut à la transgression simultanée des trois fautes capitales. (Lois de Chémirat HaLachon du ‘Hafets Haïm, chap. 1, halakha 4)

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16.     Oui, là où est la jalousie, la rivalité, là est aussi l’instabilité et tout acte vil.

 

 

  • Oui, là où est la jalousie : du grec "zelos"…

 

Voici la définition du mot grec "zelos" :

  • agitation de l'esprit,

  • une rivalité sérieuse,

  • jalousies : sentiment d'envie à l'égard de quelqu'un qui possède ce que l'on n'a pas ou ce que l'on voudrait avoir ; cela s'accompagne souvent d'hostilité,

  • zèle amer.

Les Juifs, voyant la foule, furent remplis de jalousie, et ils s'opposaient à ce que disait Shaoul, en le contredisant et en l'injuriant. (Actes 13 :45)

COMMENTAIRE N°1

 

Il faut savoir que le Créateur du monde surveille chacun avec minutie, jusqu’au plus petit détail, selon la réparation de chacun, la racine de son âme, ses réincarnations et l’achèvement de sa mission dans ce monde. Chacun peut comprendre que des détails innombrables séparent un homme de son prochain, comme nos Sages l’enseignent : Au même titre que leurs visages diffèrent, leurs vues diffèrent. Il s’ensuit que dans le monde, chacun possède un cheminement personnel et spécifique ; chacun doit suivre sa voie avec foi, sans dévisager quiconque et à plus forte raison sans être jaloux de lui. (…) Toute jalousie que l’homme éprouve dans ce monde, doit l’éveiller à comprendre combien il est éloigné de son authentique finalité, que ses aspirations ne concernent que ce monde-ci, l’entraînant à vouloir toujours plus et à envier ce que possède son prochain. Le succès d’autrui lui fait mal au cœur. Il jalouse la voiture de l’autre, son appartement, son argent, sa sagesse, etc… (…) Le manque de foi en est la cause car celui qui possède la foi est heureux de son lot, ne jalouse pas ce qui appartient à autrui et n’est jamais désolé de ses manques, il sait que chacun possède sa propre mission et sa propre épreuve. (…) Celui qui possède la foi, accepte la providence avec joie, il ne jalouse personne et s’occupe de son travail spécifique, avec les instruments qu’Hashem lui a donné. (Rav Shalom Arush)

 

 

  • la rivalité : du grec "eritheia"…

Voici la définition du mot grec "eritheia" :

  • esprit de dispute,

  • monter une cabale : entente secrète de plusieurs personnes dirigée contre quelqu’un,

  • esprit de parti : sectarisme, aveuglement dans le choix d'une opinion.

Ne faites rien par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l'humilité vous fasse regarder les autres comme étant au-dessus de vous-mêmes. (Philippiens 2 :3)

 

En plus, voici également la définition du mot grec d’origine "erethizo" :

  • bousculer : pousser, heurter brutalement par inadvertance.

  • exciter : créer ou développer chez quelqu'un, un état d'irritation ou de tension nerveuse,

  • provoquer : inciter, pousser à une action, notamment à une action violente.

  • irriter : mettre en colère.

Pères, n'irritez pas vos enfants, de peur qu'ils ne se découragent. (Colossiens 3 :21)

 

  • là est aussi l’instabilité et tout acte vil : là où il y a un zèle amer et un esprit de dispute, il y a du désordre et toutes sortes de mauvaises actions…

 

COMMENTAIRE N°2

Dans le Talmud, il est rapporté qu’une fois, il y avait un tel conflit dans une salle d'étude que dans leur colère, ils ont déchiré un rouleau de la Torah. Le Rav Yosi ben Kisma a déclaré : Cela me surprendrait si cette maison ne devenait pas un lieu d'idolâtrie. (Yévamot 96b). Ainsi, nous pouvons en conclure, que le différend mène à l'idolâtrie et à l'hérésie… Voici ce qui est écrit : Ils ont conçu le mal dans leur cœur, provoquant tout le temps des guerres (Téhilim 104 :2) et à cause des guerres, à savoir des disputes ; ils ont imaginé le mal dans leur cœur. Cela amène à de mauvaises pensées, à savoir l'hérésie, comme expliqué ci-dessus. (Torah n°251 du Likouté Moharan I)