CHAPITRE 1

Le chapitre est complet, tous les versets sont disponibles

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png
 

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.     Iehouda, serviteur de Iéshoua‘, le messie, frère de Ia‘acob, aux appelés, aimés en Elohîms, père, et gardés pour Iéshoua‘, le messie.

 

 

  • Iehouda, serviteur de Iéshoua‘, le messie : Yéhouda est l'un des « quatre frères » de Yeshoua dont les noms nous sont donnés dans les Écrits Nazaréens comme il est dit : « N'est-ce pas le fils du charpentier ? N'est-ce pas Myriam qui est sa mère ? Yaakov, Yossef, Shimon et Yéhouda, ne sont-ils pas ses frères ? (Matityahou 13 :55) et également dans l’Évangile de Marcos : « N'est-ce pas le charpentier, le fils de Myriam, le frère (…) de Yéhouda ? Et ses sœurs ne sont-elles pas ici parmi nous ?» (Marcos 6 :3)

 

 

  • frère de Ia‘acob : notre Maître Yaakov avait élu par le Mashiah, chef de la Kéhila Nazaréenne ; selon plusieurs sources historiques, Yaakov était considéré en Israël comme un grand Tsadik et au sujet de sa hitbodedout personnelle, il est relaté « qu’il entrait seul dans le Temple et qu’on l’y trouvait souvent à genoux entrain de prier. » En fait, on dit même que la peau de ses genoux était devenue dure comme « celle des chameaux » parce qu’il était constamment prosterné adorant D.ieu et demandant pardon pour le peuple. Son éminente justice le faisait appeler par son entourage « le Juste » [soit Yaakov HaTsadik] et le rempart du peuple. » (Eusèbe de Césarée, chap. 13 de l’Histoire Ecclésiastique II)

 

  • aux appelés : en référence aux Nazaréens comme il est dit : « Le D.ieu de toute grâce, qui vous a appelés dans le Mashiah Yeshoua à sa gloire éternelle (…) vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. » (1 Kéfa 5 :10) ou encore : « Ainsi nous a-t-il appelés, non seulement d'entre les Juifs, mais encore d'entre les non-Juifs. » (Romains 9 :24) ou encore : « Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé. » (1 Timotheos 6 :12)

 

  • aimés en Elohîms, père : comme il est enseigné par le Rav Shalom Arush : « Dès qu'une personne se souvient qu’Hashem l'aime, (…) la émouna intervient et gagne un nouveau souffle. Quoi qu’il arrive, n'oubliez jamais qu’Hashem vous aime. Sans cette prise de conscience, il n'y a pas de émouna car le fait qu’Hashem nous aime est la base de toute la émouna. Je peux prouver cela partout dans la Torah, dans la Guémara et dans le Zohar. (…) Rappelez-vous simplement ce simple fait car c'est tout ce que vous devez savoir : Hashem nous aime. Répétez-vous cela chaque jour, chaque minute et bientôt, vous le ressentirez vraiment. » (Rav Shalom Arush)

 

  • et gardés pour Iéshoua‘, le messie : en lien avec la parousie, et l’époque de Te’hiyat HaMétim [de la Résurrection des morts] comme il est dit : « Or, la volonté de celui qui m'a envoyé, c'est que je ne perde rien de tout ce qu'il m'a donné, mais que je le ressuscite au dernier jour. » (Yohanan 6 :39) ou encore : « Yeshoua lui dit : Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. » (Yohanan 11 :25) ou encore dans les Corinthiens : « Et D.ieu, qui a ressuscité le Seigneur, nous ressuscitera aussi par sa puissance. » (1 Corinthiens 6 :14)

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

2.     Que la merci, la paix et l’amour soient sur vous en plénitude !

 

 

  • Que la merci : du grec « eleos » signifiant : miséricorde, bonté comme il est dit : « Allez, et apprenez ce que signifie : Je prends plaisir à la miséricorde, et non aux sacrifices. Car je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs. » (Matityahou 9 :13)

 

  • la paix : du grec « eirene » signifiant : paix, sûreté, tranquillité, sécurité, concorde, harmonie comme il est dit : « Dans quelque maison que vous entriez, dites d'abord : Que la paix soit sur cette maison ! » (Loucas 10 :5) et au sujet de la paix, il est enseigné dans la Mishna : « Sois parmi les disciples d’Aharon, en aimant la paix et en poursuivant la paix, en aimant les créatures et en les rapprochant de la Torah. » (Pirké Avot 1 :12)

 

  • et l’amour : du grec « agape » signifiant : amour, affection, bonne volonté, charité comme il est dit : « À ceci tous connaîtront que vous êtes mes talmidim, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. » (Yohanan 13 :35) et au sujet de l’amour, il est enseigné dans la Torah Orale : « Rabbi Akiva a déclaré : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, c'est là le grand principe de la Torah. (Yéroushalmi, Nedarim 9 :4)

 

  • soient sur vous en plénitude : nous devons travailler ces trois aspects de notre Avoda Hashem : être plus miséricordieux envers les autres, rechercher constamment « le shalom » [la paix] avec autrui et également, aimer nos frères plus que tout.

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

3.     Aimés, faisant toute diligence pour vous écrire sur notre salut commun, il m’est nécessaire de vous écrire, afin de vous exhorter à combattre pour l’adhérence transmise une seule fois aux consacrés.

 

 

  • Aimés, faisant toute diligence pour vous écrire sur notre salut commun : en lien avec notre place dans le Olam Haba.

 

  • il m’est nécessaire de vous écrire : compte tenu des dérives environnantes et à ce sujet, pour les « dirigeants » de la Kéhila comme Yéhouda, il est enseigné : « La Torah punit celui qui s'associe à la faute comme le coupable lui-même. » (Mishna Makot 1 :7) et voilà pourquoi, le frère du Rabbi s’est empressé de réagir et ce, afin de donner de nouvelles directives aux communautés.  

 

  • afin de vous exhorter à combattre : les hérésies comme il est également enseigné : « Celui qui ne proteste pas contre les agissements des habitants de sa ville alors qu'il aurait la possibilité de le faire sera châtié, lui aussi, pour leurs péchés. » (Shabbat 54b) et ailleurs, il est écrit dans les Avot de Rabbi Natân : « Rabbi Akiva a déclaré : Celui qui s'attache aux pécheurs sera puni comme eux, même s'il n'a pas suivi leur mauvais exemple. Parallèlement, celui qui s'attache aux Juifs pratiquants sera récompensé comme eux, même s'il n'a pas suivi leur exemple ! » (Avot de Rabbi Natân, chap. 30)

 

  • pour l’adhérence transmise une seule fois aux consacrés : en référence au véritable « Judaïsme » Nazaréen lequel devrait être pratiqué au milieu des communautés.  

 
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4.     Oui, certains hommes se sont glissés, ceux autrefois inscrits d’avance pour cette condamnation, des sans-ferveur, qui changent en débauche le chérissement d’Elohîms et nient notre seul maître et Adôn Iéshoua‘.

 

 

  • Oui, certains hommes se sont glissés : d’une façon furtive comme il est dit : « Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres ; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres. » (1 Yohanan 2 :19) ou encore : « Il y a eu parmi le peuple de faux prophètes, et il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses, et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. » (2 Kéfa 2 :1)

  • ceux autrefois inscrits d’avance pour cette condamnation : dans l’absolu et l’infini d’Hashem, la condamnation de ces hérétiques était écrite depuis longtemps. Cette expression montre combien Yéhouda est remontée contre « ces déviants » étant donné qu’ils dénigrent, selon lui, les véritables enseignements du Rabbi.  

 

  • des sans-ferveur : du grec « asebes » signifiant : un homme « impie » ayant outragé la religion, la morale ou encore la justice divine, etc… comme il est dit : « Lorsqu’il fit venir le déluge sur un monde d'impies. » (2 Kéfa 2 :5)

 

  • qui changent en débauche : en référence au fait de corrompre la grâce d’Hashem manifestée en Yeshoua en débauche. À ce sujet, il a bien été enseigné : « Quoi donc ! Pécherions-nous, parce que nous sommes, non sous la Torah mais sous la grâce ? Loin de là ! » (Romains 6 :15) ou encore : « Mais, tandis que nous cherchons à être justifiés par le Mashiah, si nous étions aussi nous-mêmes trouvés pécheurs, le Mashiah serait-il un ministre du péché ? Loin de là ! » (Galates 2 :17)

 

 

COMMENTAIRE

 

La « graine d’hérésie » dénoncée par Yéhouda est celle d’une grâce détournée en débauche ; par l’étude des séfirot, nous allons comprendre comment une grâce, soit un ‘hessed peut être transformée en débauche... Pour cela, nous pourrons nous inspirer des enseignements du Rav Yéhonathan Gefen comme il est dit : « Rachi, dans ses commentaires, nous affirme qu’Yichmaël était profondément corrompu par la débauche et le vol. En réalité, ces deux fautes provenaient d’un ’hessed tordu qui lui fit dépasser certaines limites acceptables. Quant à Lot, il grandit dans la maison d’Avraham Avinou [soit l’incarnation parfaite du ‘hessed] et il s’est toujours habitué à prodiguer des bienfaits aux autres, comme le prouve son impressionnante hospitalité à Sodome. Cependant, il développa également une conception pervertie du ’hessed… Par exemple, lorsque les habitants de Sodome menacèrent d’abuser de ses invités, Lot voulu « faire du ’hessed » à ses hôtes aux dépens de ses propres filles. (Ramban sur Béréshit 19 :8). Pourquoi Yichmaël et Lot firent-ils une « si mauvaise utilisation » de cette mida du ‘hessed ? En effet, on est en droit de se demander comment des qualités comme la bonté ou encore l’amour pourraient-elles devenir néfastes ? En réalité, une personne ayant une tendance naturelle à faire du bien peut également « mal le faire » ; Avraham Avinou représente l’archétype parfait du ’hessed équilibré et juste. Certes, il avait un penchant naturel au ’hessed mais il ne laissa pas son inclination naturelle le diriger aveuglément ; au contraire, il la canalisa voire la négligea lorsqu’il le fallait. En effet, Avraham fut à plusieurs reprises, placé dans des situations l’obligeant à réduire son ’hessed, notamment lorsqu’il dût sacrifier Its’hak. Avraham surmonta ces épreuves difficiles, prouvant ainsi que sa bonté n’était pas gérée par son penchant naturel mais bien par sa crainte du Ciel. Pour résumer, nous avons vu que le ’hessed ne signifie pas simplement « gentillesse » mais qu’il correspond également au mauvais penchant de dépasser à outrance, les limites ; c’est une mida qui peut être utilisée pour le bien comme pour le mal… En outre, il existe une différence énorme entre celui qui fait preuve de cette qualité parce qu’il y est génétiquement prédisposé ou parce qu’il y a été habitué, et celui qui façonne et développe « son ’hessed » selon le point de vue de la Torah. » (Rav Yéhonathan Gefen)

 

 

  • le chérissement d’Elohîms : malgré les déviances perverses de certains apostats, il est important de relever des données forts intéressantes au sujet de la bonté d’Hashem comme il est dit : « Du temps d’Avraham Avinou, Hashem ne devait se révéler qu’au travers de la bonté. Hélas, le niveau de conscience du divin n’était pas assez élevé. De ce fait, de nombreux individus mal intentionnés « profitèrent » de la bonté d’Hashem pour s’adonner aux pires dépravations. Par voie de conséquence, Hashem fut « contraint » de se révéler au travers de la rigueur, incarnée par Its’hak ; et c’est pour cela qu’Avraham a dû être prêt à sacrifier son fils, afin que la rigueur se soumette à la bonté. Ainsi, initialement, le monde devait être régi par le concept de la bonté uniquement. Et lorsque le Mashiah viendra, nous reviendrons à ce schéma initial. En fait, c’est aussi la raison pour laquelle, Its’hak dont le nom signifie « il rira » fut nommé de cette façon. À la fin des temps, nous comprendrons que toute la rigueur n’était qu’une structure et qu’Hashem n’est que bonté ! (Rav Avraham Ifra’h)

  • et nient notre seul maître et Adôn Iéshoua‘ : ces impies avaient renié les véritables enseignements de notre Rabbi et les avaient détourné afin de justifier leurs mauvaises mœurs.

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

5.     Mais je veux vous le rappeler, à vous qui savez tout : l’Adôn, ayant sauvé en une fois le peuple de la terre de Misraîm, a ensuite détruit les sans-adhérence.

 

  • Mais je veux vous le rappeler, à vous qui savez tout : les Nazaréens authentiques ayant reçu toutes révélations spirituelles comme il est dit : « D.ieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils, qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde. » (Hébreux 1 :2) ; ailleurs, il est également enseigné par Shaoul que « la Kéhila du D.ieu vivant, est la colonne et l'appui de la vérité divine. » (1 Timotheos 3 :15)

 

 

  • l’Adôn, ayant sauvé en une fois le peuple de la terre de Misraîm : en référence au peuple Juif comme il est dit : « Moshé dit au peuple : Souvenez-vous de ce jour, où vous êtes sortis d'Égypte, de la maison de servitude ; car c'est par sa main puissante que l'Éternel vous en a fait sortir. » (Shemot 13 :3)

 

 

  • a ensuite détruit les sans-adhérence : comme Kora’h ayant lutté contre Moshé Rabbénou, ou encore comme Datan et Aviram, ou encore comme les explorateurs. Malheureusement, avant la sortie d’Égypte, il est dit : « Et pourquoi Hashem leur a-t-il infligé la plaie des ténèbres ? Parce qu’Israël comptait en son sein des impies qui ne voulaient pas sortir d’Égypte, et qui sont morts pendant les trois jours de ténèbres. » (Rachi sur Shemot 10 :22) et après, il est aussi dit : « Ils mourront dans le désert, et il n'en restera pas un, excepté Calev et Yéhochoua. » (Bamidbar 26 :65)

 

 

COMMENTAIRE

 

Selon Yéhouda qui est le frère du Rabbi, nous devrons nous battre jusqu’au bout pour remporter pleinement « notre course » comme il est aussi enseigné : « Ce n'est pas que j'aie déjà remporté le prix, ou que j'aie déjà atteint la perfection ; mais je cours, pour tâcher de le saisir, puisque moi aussi j'ai été saisi par le Mashiah Yeshoua. » (Philippiens 3 :12) ou encore : « Par votre persévérance vous sauverez vos âmes. » (Loucas 21 :19) ou encore : « Ainsi, mes bien-aimés, comme vous avez toujours obéi, travaillez à votre salut avec crainte et tremblement. » (Philippiens 2 :12). En d’autres termes, être attachés au Tsadik ne suffit pas ; nous devons œuvrer au maximum afin de prouver la véracité de notre émouna comme il est également dit : « Mes frères, que sert-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour et que l'un d'entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! Et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?  Il en est ainsi de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. » (Yaakov 2 :14-17) et dans la Didaké, il est également enseigné : « Réunissez-vous fréquemment, cherchant ce qui convient à vos âmes car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien si au dernier moment vous n'êtes pas devenus parfaits. » (Didaké 16 :2)

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

6.     Les messagers qui n’ont pas gardé leur entête mais ont délaissé leur demeure, il les garde, liés en pérennité dans l’obscurité, pour le jugement du grand jour.

 

 

  • Les messagers qui n’ont pas gardé leur entête : comme il est également enseigné dans la Torah Orale : « Rabbi Yossi enseigne que ce sont [ne pas prononcer] Aza et Azaël ; à ce sujet, il a déjà été dit que le Saint Béni soit-Il les fit déchoir de la sainteté de l'En-Haut. Et si tu te demandes comment ils peuvent alors subsister en ce monde-ci, Rabbi ‘Hiyya répond : Ces êtres proviennent de ceux appelés : « Les oiseaux volant [en allusion aux dieux égyptiens ayant une tête d’oiseau] sur la terre. » (Béréshit 1 :20). Il a été expliqué aussi qu'ils apparaissent aux hommes sous un aspect humain. Et si tu demandes comment ils peuvent se transformer ainsi, sache qu'ils peuvent prendre en fait, d'innombrables formes : lorsqu’ils sont descendus, ils se sont enveloppés de l'air du monde et ils ont ressemblé aux hommes. Tels sont [ne pas prononcer] Aza et Azaël, ils se rebellèrent dans l'En-Haut et le Saint Béni soit-Il les en fit tomber ; ils se corporifièrent sur terre et y demeurèrent sans ne plus pouvoir se débarrasser de leur forme terrestre. Ils se prostituèrent ensuite aux femmes de ce monde et jusqu'à notre époque, ils subsistent encore en enseignant la sorcellerie aux humains. » (Zohar, Béréshit 58a)

 

 

  • mais ont délaissé leur demeure : céleste pour habiter dans notre monde matériel comme il est dit : « Les nefilim, les géants étaient sur la terre en ces temps-là. » (Béréshit 6 :4) et à Rachi de préciser : « Ils sont tombés et ont fait tomber l’humanité. » (Béréshit Rabah 26)

 

 

 

  • il les garde, liés en pérennité dans l’obscurité : selon la Torah, ces anges sont enchaînés dans les montagnes de l’Orient comme il est dit : « Bilam prononça son oracle et dit : Balak m'a fait descendre d'Aram, le roi de Moav m'a fait descendre des montagnes de l'Orient. Viens, maudis-moi Yaakov ! Viens, sois irrité contre Israël ! » (Bamidbar 23 :7) et comment le sait-on ? Car selon la tradition Juive, ces anges maléfiques ont révélé des secrets occultes au sorcier Bilam. 

 

 

  • pour le jugement du grand jour : comme il est enseigné par Shimon Kéfa : « Ils les a précipités dans les abîmes de ténèbres et les réserve pour le jugement. » (2 Kéfa 2 :4) ; dans le Livre de ‘Hanokh, il est également écrit : « Le Seigneur dit ensuite à Mikhaël : Va et annonce le châtiment qui attend [ne pas prononcer] Samyaza et tous ceux qui ont participé à ces crimes, qui se sont unis à des femmes, qui se sont souillés par toutes sortes d’impureté. Et quand leurs fils seront exterminés, quand ils auront vu la ruine de ce qu’ils ont de plus cher au monde, enchaîne-les sous la terre, pour soixante-dix générations, jusqu’au jour de jugement, et de la consommation universelle ; et l’effet de ce jugement sera pour eux éternel. Alors ils seront jetés dans les profondeurs d’un feu qui les tourmentera sans cesse ; et ils y resteront toute l’éternité. » (1 ‘Hanokh 10 :15-16)

 
 
 
 
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7.     Ainsi de Sedôm et ‘Amora et des villes voisines, qui putassaient de même et s’en allaient derrière une autre chair ; elles gisent en exemple, subissant la peine du feu en pérennité.

 

 

  • Ainsi de Sedôm et ‘Amora et des villes voisines : comme on le sait, les gens de Sodome étaient de « grands pécheurs contre l'Éternel. » (Béréshit 13 :13) et ailleurs, il est également enseigné dans la Torah de Moshé : « Le cri contre Sodome et Gomorrhe s'est accru, et leur péché est énorme. » (Béréshit 18 :20)

 

  • qui putassaient de même et s’en allaient derrière une autre chair : en référence aux homosexuels ; dans un langage plus familier, on parlerait plutôt de sodomites.  

 

  • elles gisent en exemple, subissant la peine du feu en pérennité : comme il est dit : « Car il se sert d’eux pour juger les peuples. » (Iyov 36 :31). » (Midrash Tan’houma, Vayéra 10) et lorsque D.ieu souhaite punir ses créatures, il amène sur elles « du feu venant des Cieux » comme ce fut le cas à Sodome. (Rachi)

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8.     Ceux-là pourtant font de même : rêvant, ils souillent la chair, rejettent la souveraineté, blasphèment les gloires.

 

  • Ceux-là pourtant font de même : rêvant, ils souillent la chair : en référence aux souillures du corps et à ce sujet, il est enseigné aux Nazaréens de Galatie : « Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le Royaume de D.ieu. » (Galates 5 :19-21) ou encore aux Nazaréens de Corinthe : « Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le Royaume de D.ieu ? Ne vous y trompez pas : ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le Royaume de D.ieu. » (1 Corinthiens 6 :9-10)

 

 

 

  • rejettent la souveraineté : en référence au mépris de toutes « autorités divines » établies afin d’encourager au milieu du peuple, une pratique kasher de la Torah.  

 

 

 

  • blasphèment les gloires : en référence aux anges, ou aux puissances célestes en général.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

9.     Mikhaél, le messager en chef, quand il contestait le diable et débattait pour le corps de Moshè, n’osa pas porter de jugement blasphématoire, mais il dit : L’Adôn te rabrouera ! 

 

 

  • Mikhaél, le messager en chef : les premiers anges dont les noms sont mentionnés dans la Bible sont Gavriel et Mikhaël comme il est dit : « Voici, Mikhaël, l'un des principaux chefs, est venu à mon secours et je suis demeuré là auprès des rois de Perse. » (Daniel 10 :13) ; selon la tradition Juive, Mikhaël est un malakh [un ange] généralement envoyé pour accomplir des missions émanant de la bonté divine.

 

 

 

  • quand il contestait le diable et débattait pour le corps de Moshè : à ce sujet, il est rapporté dans les Midrashim : « Aucun des satanim n'est aussi méchant que [ne pas prononcer] Samaël (…) et Samaël le méchant attendait l'âme de Moshé en disant : Quand Mikhaël sera-t-il en pleurs tandis que je remplirai ma bouche de rires ? Sur quoi Mikhaël dit : Quoi, méchant, je pleurerais et tu rirais ! En effet, il est dit : « Ne te réjouis pas à mon sujet, mon ennemie ! Car si je suis tombée, je me relèverai ; si je suis assise dans les ténèbres, l'Éternel sera ma lumière. » (Mikha 7 :8). » (Devarim Rabah 11 :10)

 

 

 

  • n’osa pas porter de jugement blasphématoire : cette dispute de Mikhaël avec le Satan était également, selon plusieurs sources, décrite dans un apocryphe Juif intitulé : « l’Assomption de Moshé ». En effet, selon Clément d’Alexandrie et Origène, c’est de ce texte apocryphe que proviendrait la citation de Yéhouda mais malheureusement, la portion correspondante est actuellement manquante dans le manuscrit latin.

 

 

 

  • mais il dit : L’Adôn te rabrouera : la parole attribuée à Mikhaël est comparable avec celle décrite par le Prophète Zekharia comme il est dit : « L'Éternel dit à Satan : Que l'Éternel te réprime, Satan ! Que l'Éternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem ! » (Zekharia 3 :2) ; le but de Yéhouda est simplement de citer l’exemple d’un ange qui n’osa pas porter un « jugement de blasphème » contre le Satan lui-même, se souvenant que tout jugement appartient à D.ieu seul.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

10.     Mais ceux-là blasphèment en ce qu’ils ne savent pas, et se corrompent en cela même qu’ils comprennent naturellement, comme des bêtes sans paroles.

 

 

  • Mais ceux-là blasphèment en ce qu’ils ne savent pas : ces apostats [certainement des gnostiques selon le contexte] décrits dans l'Épître de Yéhouda ou encore dans la seconde Lettre de Shimon Kéfa sont comparés à Sodome et Gomorrhe, qui non seulement étaient coupables de péchés sexuels mais voulaient également s’en prendre aux anges qui ont été envoyés pour les détruire. Autrement dit, si Mikhael n'a pas attaqué le Satan lui-même ; à combien plus fortes raisons ces gens ne devraient-ils pas blasphémer contre les puissances célestes qui sont les représentants d’Hashem !

 

 

  • et se corrompent en cela même qu’ils comprennent naturellement : de façon charnelle alors qu’ils sont bien loin de comprendre un tant soit peu, les notions Juives liées aux mondes supérieurs.

 

 

  • comme des bêtes sans paroles : en références aux animaux sauvages… Le langage utilisé par Yéhouda est comparable avec celui de nos Maîtres comme il est dit : « Dans la génération où le fils de David viendra, (…) les gens qui craignent le péché seront méprisés. Et le visage de la génération sera comme le visage d'un chien dans son impudence et dans son impudeur. » (Sanhédrin 97a)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

11.     Oïe ! Oui, ils vont sur la route de Caïn ; ils s’adonnent à l’égarement de Bil‘âm pour un salaire et périssent dans la contestation de Qorah.

 

 

  • Oïe ! Oui, ils vont sur la route de Caïn : en référence aux voies tordues de ces apostats, engendrant de l’envie, de la colère et de la haine au milieu des communautés Nazaréennes conduisant ainsi, au meurtre spirituel de plusieurs frères. À ce sujet, il est également enseigné par Yohanan : « Il ne pas faut pas à ressembler à Kayin, qui était du Satan et qui tua son frère. Et pourquoi le tua-t-il ? Parce que ses œuvres étaient mauvaises et que celles de son frère étaient justes. » (1 Yohanan 3 :12)

 

  • ils s’adonnent à l’égarement de Bil‘âm pour un salaire : ils se sont abandonnées à leurs penchants naturels [charnels] et au sujet de Bilam, il est enseigné : « La klipa [force négative] de Bilam constitue la rupture totale de l’alliance [comme les rapports avec des femmes interdites, etc…]. Bilam était enfoui profondément dans ce problème, à tel point qu’il ne voulut jamais faire le moindre effort pour s’en sortir. » (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h) ou encore : « Bilam ne désirait que les honneurs et l’argent, et était enfui dans les désirs charnels au point d’avoir des rapports avec son ânesse. » (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

  • et périssent dans la contestation de Qorah : la voie de la vérité est celle instaurée par le Mashiah et ses talmidim. Or, comme Kora’h s'est révolté contre Moshé Rabbénou, ces apostats se révoltent contre les conducteurs de la communauté Nazaréenne.

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

12.     Ceux-là sont des écueils dans vos agapes; festoyant ensemble sans frémir, ils se pâturent eux-mêmes, nuages sans eau, entraînés par le vent, arbres d’automne sans fruits, deux fois morts, déracinés.

 

 

  • Ceux-là sont des écueils : par définition, un écueil est une petite île rocheuse, émergée constituant un danger pour la navigation. En d’autres termes, ces « apostats impies » sont un danger pour la Kéhila.

 

 

  • dans vos agapes : dans vos moments de réjouissances, de fêtes, etc…  

 

 

  • festoyant ensemble sans frémir : car ces hommes ne sont même pas « tremblants » de leurs folies et ce bien qu’il soit écrit : « Les pécheurs sont effrayés dans Sion, un tremblement saisit les impies : Qui de nous pourra rester auprès d'un feu dévorant ? Qui de nous pourra rester auprès de flammes éternelles ? (Yeshayahou 33 :14) ou encore : « C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du D.ieu vivant. » (Hébreux 10 :31)

 

 

  • ils se pâturent eux-mêmes : de leurs propres fautes.

 

 

  • nuages sans eau : de façon générale, la Torah est comparée à de l'eau étant donné que les deux sont indispensables à la vie. D'ailleurs, lorsque la Torah relate que les Juifs manquaient d'eau dans le désert, nos Sages nous enseignent qu'ils s'étaient affaiblis dans l'étude de la Torah et la pratique des mitsvot. (Paracha Béchala'h). Il est donc clair que l’expression « nuages sans eau » utilisée par Yéhouda fasse allusion à un manque de spiritualité, soit à un manque de Torah. 

 

 

  • entraînés par le vent : en référence aux pulsions de la chair, insufflées en chacun de nous par notre Yetser Hara ; à noter que la Guémara nous enseigne afin de nous défendre : « Si le mauvais penchant t'attaque, traine-le au Beth Midrash [la maison d'étude] et de là-bas, sache que tu peux le vaincre. » (Soukka 52b)

 

 

  • arbres d’automne sans fruits : comme il est dit : « Déjà la cognée est mise à la racine des arbres : tout arbre donc qui ne produit pas de bons fruits sera coupé et jeté au feu. » (Matityahou 3 :10) ou encore : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des épines, ou des figues sur des chardons ? » (Matityahou 7 :16)

 

 

  • deux fois morts : dans ce monde, et dans le Olam Haba.

 

 

  • déracinés : du Tsadik de vérité.

 
 
 
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13.     violentes vagues de la mer, écumant de leurs propres confusions, astres errants gardés pour l’obscurité de la ténèbre en pérennité.

 

 

  • violentes vagues de la mer : cette parole est de comparable avec cette parole de Rabbi Na’hman de Breslev lequel a déclaré : « Avant la venue du Mashiah, un déluge d’hérésie va s’abattre sur le monde ! » (Rabbi Na’hman de Breslev) et au Rav Avraham Ifra’h de préciser au sujet de cette parole : « À la fin des temps, un déluge d’hérésie s’abattra sur le monde ; pas une pluie fine, pas une pluie diluvienne mais un véritable déluge comme au temps de Noa’h, capable de noyer les plus grandes montagnes. Malgré tout, au milieu des vagues, la délivrance se fraye un chemin ; les petits poissons [accrochés aux Tsadikim véritables] sont toujours ceux qui parviennent à se faufiler jusqu’au rivage et ce, malgré les puissants courants. (Rav Avraham Ifra’h)

 

 

  • écumant de leurs propres confusions : dans le même élan, nos Sages affirment que « l’être humain ne faute que du fait qu'il est envahi d'un vent de folie. » (Sota 3a) mais au sujet des talmidim de Yeshoua, il est enseigné avec espoir : « Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; et celui qui croit en elle ne sera point confus. » (1 Kéfa 2 :6) ou encore : « Quiconque croit en lui ne sera point confus. » (Romains 10 :1)

 

 

 

  • astres errants gardés pour l’obscurité de la ténèbre en pérennité : malheureusement, ces propos font certainement au Guey-Hinnom comme il est dit : « Les pêcheurs d’Israël (…) descendent dans le Guey-Hinnom et y sont punis pendant douze mois. (Rosh Hashana 17a) et ailleurs dans la Torah Orale, il est également enseigné : « Quant aux hérétiques et aux apostats, aux traditeurs et aux épicuriens, et à tous ceux qui ont renié la Torah, et à tous ceux qui se sont séparés de la Communauté, et à tous ceux qui ont nié la Résurrection des morts, et à tous ceux qui ont péché et fait pécher plusieurs autres comme Yarovéam et A’hav, et à tous ceux qui ont inspiré l'épouvante sur la terre des vivants (…) le Guey-Hinnom se refermera sur eux et il y seront jugés pour des générations et des générations comme il est dit : « Vous sortirez et vous verrez. » (Yeshayahou 66 :24) ; le Shéol cessera mais eux ne cesseront pas comme il est dit : « Et leur ombre se consumera au Shéol. » (Téhilim 49 :15). » (Tossefta Sanhédrin 13 :3-5)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

14.     Hanokh aussi, le septième depuis Adâm, fut inspiré sur ceux-là, disant : Voici, IHVH-Adonaï vient avec ses myriades de consacrés.

 

 

  • Hanokh aussi : 'Hanokh est un personnage du Tanakh, c’était un Tsadik ayant vécu avant l’époque du déluge comme il est dit : « Hanokh marcha avec D.ieu ; puis il ne fut plus, parce que D.ieu le prit. » (Béréshit 5 :24) ; selon la Torah Orale, ‘Hanokh est devenu l’ange « Métat » comme il est enseigné dans le Zohar : « Après son élévation au Ciel, ‘Hanokh prit le nom de « Métat » et fut placé à la tête de toutes les légions célestes. Au Ciel, on le désigne également sous le nom de « jeune homme » et ce, bien qu’il ait quitté ce monde lorsqu’il était déjà vieux. » (Zohar II, 294b). Nous lisons également dans le Livre de ‘Hanokh : « Le secret de cette chose est que ‘Hanokh est Métat, qui est l’époux de la reine, et il unit cette dernière au roi grâce aux œuvres des justes. » (‘Hanokh 15b, référence rapportée par le Rav Daniel Zekri) ou encore : « D.ieu, afin d’éviter à ‘Hanokh de tomber dans le côté du mal, reprit son âme en causant sa mort. (…) Et après sa mort, ‘Hanokh fut transformé en l’ange Métat. » (le Livre de ‘Hanokh en complément du Targoum Rabbi Yonathan ben Ouziel)

 

 

  • le septième depuis Adâm : le Baal Hatourim nous relate que ‘Hanokh fut spécifiquement choisi par D.ieu car D.ieu choisit toujours les « septièmes » et comme on le sait, ‘Hanokh était la septième génération de l’homme dans ce monde. (Commentaires du Baal Hatourim sur Béréshit 5 :24). Dans le Livre de ‘Hanokh, il est aussi clairement précisé : « ‘Hanokh, le septième depuis Adam. » (1 ‘Hanokh 60 :8)

 

 

  • fut inspiré sur ceux-là, disant : les Rabanim nous enseignent que ‘Hanokh, ayant atteint un haut degré de perfection personnelle, fut ravi vivant au Ciel afin d’être préservé du pêché. Une autre exégèse midrashique compilée par le Rav Yéhouda David Eisenstein explique que ‘Hanokh est l'un des « neuf Tsadikim » entrés au Gan Eden vivants. (Otsar Hamidrashim) ; le Rav Bahye ben Asher dans un de ses commentaires nous explique également que « l'enlèvement » du Patriarche était la conséquence de l'union de ‘Hanokh avec les mondes supérieurs. À la lumière de ces explications, il n’est donc pas étonnant de voir un Tsadik comme ‘Hanokh être capable de prophétiser [selon Yéhouda].

 

 

  • Voici, IHVH-Adonaï vient avec ses myriades de consacrés : ce verset est en lien avec le Sefer Devarim comme il est dit : « Il dit : L'Éternel est venu du Sinaï, il s'est levé sur eux de Séir, il a resplendi de la montagne de Paran, et il est sorti du milieu des saintes myriades : il leur a de sa droite envoyé le feu de la Torah. » (Devarim 33 :2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15.     pour les juger tous, pour accuser tout être de toutes les œuvres non ferventes de leur non-ferveur et de toutes les duretés dites contre lui par des fautifs non fervents.

 

 

  • pour les juger tous : ce verset est une « copie parfaite » de celui présent dans le Livre de ‘Hanokh comme il est dit : « Voici, le Seigneur est venu avec ses saintes myriades, pour exercer un jugement contre tous, et pour faire rendre compte à tous les impies parmi eux de tous les actes d'impiété qu'ils ont commis et de toutes les paroles injurieuses qu'ont proféré contre lui des pécheurs impies. » (1 ‘Hanokh 1 :9)

 

 

COMMENTAIRE

 

À noter que le Livre de 'Hanokh est un pseudépigraphe ayant écrit à l'époque du Second Temple dont l'auteur, inconnu, lui a donné comme origine 'Hanokh ; cette pratique était assez courante à cette époque. En effet, nous pouvons trouver par exemple, « l’Apocalypse de Noa’h » ou encore, « l’Assomption de Moshé » également cité, selon certains avis, par Yéhouda [au v. 9]. De ce fait, il s’agirait plutôt d'une « tradition orale » étant selon toute vraisemblance, reconnue parmi les communauté Nazaréennes. De nos jours, les Juifs n'ont plus coutume de lire ce Livre étant donné que nos Maîtres l’ont rejeté du canon officiel ; de plus, nous pourrions également relever que ce Livre était très utilisé par « la secte des esséniens » à l’époque du Second Temple.

 

 

  • pour accuser tout être de toutes les œuvres non ferventes : comme il est également dit : « Ils séparera les justes et les saints des méchants, car ce sera pour les premiers des jours de grâce et de salut. Dans ces jours, les montagnes tressailleront comme des béliers, et les collines bondiront comme des agneaux rassasiés de lait, et les justes seront des anges dans le Ciel. Leur visage resplendira d’une joie ravissante ; car dans ces jours, l’Élu [le Mashiah] sera exalté ; la terre tressaillera d’allégresse, les justes l’habiteront, et les élus la fouleront de leurs pieds innocents. » (1 ‘Hanokh 50 :2-5)

 

 

 

  • de leur non-ferveur et de toutes les duretés : comme il est également dit : « J'ai regardé les tablettes célestes, j'ai lu tout ce qui était écrit et j'ai tout appris. J'ai lu le Livre de tous les actes des hommes, de tous les enfants de la chair sur la terre, jusqu'à la génération finale. » (1 ‘Hanokh 81 :2 ; 1 ‘Hanokh 80 :2-3)

 

 

  • dites contre lui par des fautifs non fervents : comme il est dit : « Quand la justice se manifestera devant les justes eux-mêmes ; que leurs œuvres seront pesées par le Seigneur des esprits et leur mériteront de recevoir la récompense promise ; quand la lumière des justes et des élus qui habitent sur la terre, brillera d’un éclat immortel, à ce moment, que deviendra la demeure du pécheur ? Où sera le lieu de repos de celui qui aura rejeté le Seigneur ? Oh ! Qu’il vaudrait mieux pour lui, qu’il n’eût jamais existé ! » (1 ‘Hanokh 38 :2)

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

16.     Ceux-là sont querelleurs, hargneux, ils vont au gré de leurs convoitises ; leur bouche parle avec arrogance, et ils n’admirent quiconque que par intérêt.

 

 

  • Ceux-là sont querelleurs : les Nazaréens doivent s’éloigner de toutes formes de disputes, ou encore de mahlokets comme il est enseigné par le Roi Shlomo : « Un homme violent excite des querelles, mais celui qui est lent à la colère apaise les disputes. » (Mishlei 15 :18) ou encore : « Commencer une querelle, c'est ouvrir une digue ; avant que la dispute s'anime, retire-toi. » (Mishlei 17 :14)

 

 

  • hargneux : généralement, ce terme est utilisé pour parler des animaux aux tendances agressifs comme mordre, griffer, etc… En termes plus simples, ces apostats sont des êtres dangereux pour la communauté.

 

 

  • ils vont au gré de leurs convoitises : et pourtant, les talmidim du Rabbi nous ont bien mis en garde contre le « fléau de la convoitise » comme il est dit : « Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises. » (Romains 6 :12) ou encore : « Mais revêtez-vous du Seigneur et Mashiah Yeshoua, et n'ayez pas soin de la chair pour en satisfaire les convoitises. » (Romains 13 :14) ou encore : « Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux convoitises que vous aviez autrefois, quand vous étiez dans l'ignorance. » (1 Kéfa 1 :14)

 

 

  • leur bouche parle avec arrogance : avec orgueil et à ce sujet, nos Maîtres nous ont enseigné : « Qui parviendra au monde futur ? Celui qui est modeste et humble, qui va et viens discrètement, et qui étudie la Torah constamment, sans s'attribuer de crédit à lui-même. » (Sanhédrin 88b) et au Maharcha de commenter : « L'humilité est le trait de caractère le plus important, tandis que l'orgueil est le pire de tous, et il est répugnant pour Hashem. » (Commentaires du Maharcha)

 

 

  • et ils n’admirent quiconque que par intérêt : pour les honneurs, pour l’argent, etc…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

17.     Vous-mêmes, aimés, souvenez-vous des mots jadis prononcés par les envoyés de notre Adôn Iéshoua‘, le messie.

 

 

  • Vous-mêmes, aimés, souvenez-vous des mots jadis prononcés : en référence aux paroles prophétiques annoncées [bien en avance] par les Apôtres, afin de prévenir et de protéger la Kéhila authentique.

 

 

  • par les envoyés de notre Adôn Iéshoua‘, le messie : nous devons nous attacher exclusivement aux paroles du Mashiah et bien évidemment, aux paroles de ses talmidim lesquels sont le témoignage vivant de sa piété. À ce sujet, il est également enseigné dans les milieux ‘hassidiques Breslev : « Le Tsadik lui-même, il est impossible de l'appréhender car il ne possède aucune prise ; c'est seulement grâce à ses hommes qu'on peut comprendre la puissance redoutable de sa grandeur. En effet, grâce au fait qu'on voit que ses talmidim sont des personnes qui se démarquent du commun et cheminent dans la voie d'Hashem en toute sincérité, on peut de la sorte comprendre la puissance de la grandeur du Tsadik. » (Torah n°140 du Likouté Moharan I)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

18.     Ils vous ont dit qu’à la fin des temps, il y aurait des railleurs ; ils iront au gré de leurs convoitises impies.

 

 

  • Ils vous ont dit qu’à la fin des temps, il y aurait des railleurs : comme il est dit : « Mais l'Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s'attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons. » (1 Timotheos 4 :1) ou encore : « Dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises. » (2 Kéfa 3 :3) ou encore : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. » (2 Timotheos 3 :1)

 

 

  • ils iront au gré de leurs convoitises impies : au summum de leurs péchés et au sujet des convoitises en particulier, le Rav 'Haïm Halberstam de Tsanz nous a enseigné : « La cause profonde de tout péché est la convoitise et l'orgueil, c'est l'origine de la faute d'Adam ayant apporté la mort dans le monde. Et voilà pourquoi, les cendres de la vache rousse sont aspergées sur une personne impure. En effet, « brûler la vache rousse » exprime symboliquement que nous effaçons toutes traces de matérialité, de sensualité et de convoitises anormales de nos vies. (Commentaires de Rabbi 'Haïm Halberstam de Tsanz sur ‘Houkat 19 :2) ; ailleurs, il est également écrit : « Celui qui se demande pourquoi son prochain possède ce que lui-même ne possède pas, exprime un manque de foi. En effet, il n'est pas convaincu qu’Hashem a tout créé avec une sagesse infinie et qu'il octroie ce qu'il y a de meilleur pour lui, et que tout ce qu'il ne possède pas n'est pas bon pour lui. » (Bné Issakhar, Dérekh Pikoudé'ha)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

19.     Ceux-là sont des diviseurs, des psychiques ; ils n’ont pas de souffle.

 

 

  • Ceux-là sont des diviseurs : à ce sujet, il est enseigné : « Viens voir combien les disputes sont graves ! En effet, le Saint Béni soit-Il efface le souvenir de toute personne qui prête son concours à une dispute comme il est dit : « Un feu envoyé par l’Éternel dévora les deux cent cinquante hommes. » (Bamidbar 16 :35) qui s'étaient ralliés à Kora’h. » (Bamidbar Rabah 18) et ailleurs, il est aussi relaté dans le Midrash : « Rabbi Elazar haKapar a dit : Grand est « le shalom » car l'attribut de Justice ne sévit pas contre les enfants d'Israël lorsqu’ils forment un seul groupe et ce, même s'ils se livreraient à l'idolâtrie comme il est dit : « Ephraïm est attaché aux idoles, laisse-le ! » (Hoshéa 4 :17) et parallèlement, lorsqu’ils se sont divisés, qu'est-il écrit à leur sujet ? « Leur cœur est divisé, maintenant ils vont expier. » (Hoshéa 10 :2). » (Midrash Tan’houma, Tsav)

 

 

  • des psychiques : des hommes remplis de folie et ailleurs, il est écrit : « Et ils seront frappés d’effroi quand ils verront le Fils de la femme assis sur son trône de gloire. » (1 ‘Hanokh 61 :9)

 

 

  • ils n’ont pas de souffle : ces apostats n’ont pas accès au Rouah du Tsadik.

 
 
 
 
 
 
 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

20.     Mais vous, aimés, construisez-vous sur votre adhérence très sacrée ; priez dans le souffle sacré.

 

 

  • Mais vous, aimés, construisez-vous sur votre adhérence très sacrée : notre construction spirituelle dans le Tsadik de vérité, doit passer par un processus de sanctification constant comme il est dit : « Ce que D.ieu veut, c'est votre sanctification. » (1 Thessaloniciens 4 :3) ou encore : « Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de D.ieu. » (2 Corinthiens 7 :1)

 

 

  • priez : comme il est dit : « Quel est donc le service du cœur ? Ce n’est rien d’autre que la prière. » (Taanit 2a) et pourquoi ? Car la téfila est l’une des expressions essentielles de notre foi en D.ieu. En effet, l’homme est imparfait, il est affecté de manques et doit désirer ardemment les combler ; à cette fin, il doit constamment se tourner vers son Créateur et lui exprimer nombre de ses besoins comme il est enseigné par le Rabbi : « Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte et prie ton Père qui est là dans le lieu secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. » (Matityahou 6 :6)

 

 

  • dans le souffle sacré : les Nazaréens étant animés du Rouah HaMashiah, du souffle messianique présent bien avant la Création d’Adam Harichon comme il est dit : « L'Esprit de D.ieu se mouvait au-dessus des eaux. » (Béréshit 1 :2) et ailleurs, il est également précisé : « De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables. » (Romains 8 :26). Nous pourrons également relier cette parole de Yéhouda aux enseignements Breslev comme il est dit : « L’essentiel de l'éveil de l'homme consiste à s'éveiller au sein même de la détresse et de l'oppression ; par cela, il méritera une grande largesse, c'est-à-dire qu'il finira par prier et converser comme il convient avec Hashem jusqu'à accéder au niveau du Rouah Hakodesh et ce, simplement du fait qu'il s'est justement éveillé en s'efforçant de parler à Hashem, malgré sa détresse, son amertume et sa difficulté à s'exprimer devant lui. (Enseignements liés à la Torah n°279 du Likouté Moharan, issus du Livre « La hitbodedout, ou l’art de s'isoler pour parler avec Hashem »)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

21.     Gardez-vous dans l’amour d’Elohîms, en attendant la merci de notre Adôn, Iéshoua‘ le messie, pour la vie en pérennité.

 

 

  • Gardez-vous dans l’amour d’Elohîms : pour plus de précisions sur cette parole, il est également enseigné par Yohanan : « Car l'amour de D.ieu consiste à garder ses mitsvot. Et ses mitsvot ne sont pas pénibles. » (1 Yohanan 5 :3) et ailleurs, il est également enseigné par Rabbi Lévi Its'hak de Berditchev : « L'intention première d'un Juif dans son service divin, doit être de donner du plaisir à Hashem ; qu’il prenne plaisir de ses actions, et qu'il se réjouisse de lui comme un père se réjouit de la sagacité de son enfant. » (Rabbi Lévi Its'hak de Berditchev, Kédouchat Lévi, Vayéhi)

 

 

  • en attendant la merci de notre Adôn, Iéshoua‘ le messie : comme il est dit : « En ce jour, l’Élu siégera sur un trône de gloire. Il statuera sur leur sort, et confirmant par sa présence les esprits des sanctifiés, il assignera une demeure à ceux qui ont mis leur confiance et leur amour dans son nom saint et glorieux. » (1 ‘Hanokh 45 :3)

 

 

  • pour la vie en pérennité : et marcher dans la sainteté garantie la vie éternelle comme il est enseigné : « Ce qui est saint se maintient à jamais, de même existeront-ils à jamais ! » (Sanhédrin 92a) ou encore : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. » (Hébreux 12 :14)

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

22.     et ayant en merci les ondoyants.

 

 

  • et ayant en merci : comme il est dit : « Celui qui est miséricordieux envers les autres, Hashem sera miséricordieux avec lui. » (Shabbat 151b) et ailleurs, il est précisé : « Par la façon dont vous jugez les autres, Hashem vous jugera. » (Shabbat 127b)

 

 

  • les ondoyants : en référence aux hommes frivoles, inconstants, instables, non affermis ou encore changeants selon les différentes circonstances ; les concernant, nous devons user de miséricorde afin qu’ils puissent recevoir toutes les forces nécessaires pour faire téchouva comme il est également enseigné dans la Torah d’Azamra (Torah n°282 du Likouté Moharan I) de Rabbi Na’hman de Breslev, basée sur les Téhilim du Roi David : « Encore un peu [d’effort pour chercher le bien chez autrui], et le méchant n'est plus [puisqu’il est désormais un homme rempli de bien]. » (Téhilim 37 :10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

23.     Saisissez-les, sauvez-les du feu. Pour les autres, ayez-les en merci dans le frémissement, en haïssant même la tunique souillée de leur chair.

 

 

  • Saisissez-les : comme il est également enseigné par Yaakov HaTsadik : « Mes frères, si quelqu'un parmi vous s'est égaré loin de la vérité, et qu'un autre l'y ramène, qu'il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s'était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés. » (Yaakov 5 :19-20)

 

 

  • sauvez-les du feu : et selon le Zohar, le déluge porte le nom des « eaux de Noa’h » (Yeshayahou 54 :9) car celui-ci n’a jamais demandé au Maître du monde d’épargner sa génération. (Zohar Hashmatot, Béréshit 254b)

 

 

  • Pour les autres, ayez-les en merci dans le frémissement : certes, nous devons être miséricordieux envers autrui mais malgré tout, nous devons nous montrer méfiants [dans le but de nous protéger] comme il est dit : « Frères, si un homme vient à être surpris en quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez-le avec un esprit de douceur. Prends garde à toi-même, de peur que tu ne sois aussi tenté. » (Galates 6 :1) 

 

 

  • en haïssant même la tunique souillée de leur chair : comme il est dit : « Et l'affection de la chair, c'est la mort, tandis que l'affection de l'Esprit, c'est la vie et la paix. » (Romains 8 :6) ou encore : « Ceux qui sont au Mashiah Yeshoua ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. » (Galates 5 :24) ou encore : « Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l'Esprit moissonnera de l'Esprit la vie éternelle. » (Galates 6 :8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

24.     Maintenant, à celui qui peut vous garder de trébucher et vous établir en face de sa gloire sans tache, dans l’exultation.  

 

 

  • Maintenant, à celui qui peut vous garder de trébucher : comme il est enseigné par le Rav Pinto : « La Torah est formée des Noms du Saint Béni soit-Il, et celui qui l’étudie reçoit de la force et de l’aide contre le mauvais penchant par ces Noms divins, et comme l’ont dit les Sages : « Si le Saint Béni soit-Il n’aidait pas l’homme, il ne pourrait pas vaincre le Yetser hara. » (Soukkot 52b). (Rav David ‘Hanania Pinto)

 

 

  • et vous établir en face de sa gloire : et comment y parvenir ? Par la Torah comme il est rapporté dans le Zohar : « La Torah est un Livre de conseils pratiques contre le Yetser Hara, et les mitsvot qui y figurent sont en fait un Livre de lois et de directives qui poussent l’homme à se comporter convenablement, pour éviter de se corrompre et de tomber dans la faute. » (Zohar II, 82, 2) ; le Saba de Novardok ajoute que la Torah est un Livre de Moussar vivant, éveillant en l’homme, qui prend la peine de l’étudier, le désir d’accomplir les mitsvot d’Hashem ; et par ailleurs, la Torah l’empêchera aussi d’obéir à ses désirs et de commettre des fautes parce qu’il suffit de lire la vie des Patriarches pour susciter dans le cœur de l’homme l’envie de se montrer bon et généreux. (Propos du Saba de Novardok rapportés par le Rav David ‘Hanania Pinto)

 

 

  • sans tache : comme il est dit : « Quiconque demeure en lui ne pèche point ; quiconque pèche ne l'a pas vu, et ne l'a pas connu. » (1 Yohanan 3 :6) et ailleurs, il est également dit : « Qui es-tu, toi qui juges un serviteur d’autrui ? S'il se tient debout, ou s'il tombe, cela regarde son Maître. Mais il se tiendra debout, car le Seigneur a le pouvoir de l'affermir. » (Romains 14 :4)

 

 

  • dans l’exultation : du grec « agalliasis » signifiant : une joie intense, ou un grand moment d’allégresse comme il est dit : « Il sera pour toi un sujet de joie et d'allégresse, et plusieurs se réjouiront de sa naissance. » (Loucas 1 :14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25.     au seul Elohîms notre sauveur, par Iéshoua‘ le messie, notre Adôn, gloire, magnificence, puissance et pouvoir, avant toute la pérennité et maintenant, et pour toutes les pérennités. Amén.

 

 

  • au seul Elohîms notre sauveur : comme il est dit : « Il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par une immersion dans la régénération et le renouvellement du Rouah Hakodesh, qu'il a répandu sur nous avec abondance par le Mashiah Yeshoua notre Sauveur. » (Titus 3 :4-6) 

 

 

  • par Iéshoua‘ le messie, notre Adôn : la miséricorde d’Hashem est toujours disponible pour toute l’humanité, et celle-ci est disponible gratuitement, non par nos bonnes œuvres, ni par nos mérites mais par le simple attachement au Tsadik de vérité comme il est dit : « C'est de la postérité de David que D.ieu, selon sa promesse, a suscité à Israël un Sauveur, qui est Yeshoua. » (Aces 13 :23) ou encore : « Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde. » (1 Yohanan 4 :14)

 

 

  • gloire, magnificence, puissance et pouvoir : pour conclure cette Lettre, le frère du Rabbi a souhaité glorifier et élever le nom d’Hashem par ces termes très élogieux ; et au sujet des louanges faites à Hashem, le Rav Lévi Its'hak de Berditchev avait l’habitude de dire : « Nous disons la louange d'Hashem, et Hashem dit la louange du peuple Juif. » (Commentaires du Rav Lévi Its'hak de Berditchev, Ani léDodi véDodi li, Shir Hashirim 6 :3)

 

 

  • avant toute la pérennité : comme il est dit dans les Téhilim du Roi David : « Avant que les montagnes fussent nées, et que tu eussent créé la terre et le monde, d'éternité en éternité tu es D.ieu. » (Téhilim 90 :2) ou encore : « Ton trône est établi dès les temps anciens ; tu existes de toute éternité. » (Téhilim 93 :2) ou encore dans le Livre de Iyov : « D.ieu est grand, mais sa grandeur nous échappe, le nombre de ses années est impénétrable. » (Iyov 36 :26)

 

 

  • et maintenant : et de « génération en génération » comme il est dit : « On te craindra, tant que subsistera le soleil, tant que paraîtra la lune, de génération en génération. » (Téhilim 72 :5) ou encore : « Car l'Éternel est bon ; sa bonté dure toujours, et sa fidélité de génération en génération. » (Téhilim 100 :5) ou encore : « Éternel ! ton nom subsiste à toujours, Éternel ! Ta mémoire dure de génération en génération. » (Téhilim 135 :13)

 

 

  • et pour toutes les pérennités. Amén : ailleurs dans les Écrits Nazaréens, il est dit : « Au Roi des siècles, immortel, invisible, seul D.ieu, soient honneur et gloire, aux siècles des siècles ! Amen ! (1 Timotheos 1 :17) ou encore : « Car c'est à toi qu'appartiennent, dans tous les siècles, le règne, la puissance et la gloire. Amen ! » (Matityahou 6 :13)