LA VIE DE YOSSEF

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

 

LA VIE DE YOSSEF

Introduction aux Apocryphes.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

REGARDER LA RÉCOMPENSE DU OLAM HABA

Or il advint un jour que, notre bon Sauveur étant assis sur la colline des Oliviers et ses talmidim rassemblés autour de lui, il leur parla en ces termes : O mes chers frères, fils de mon bon Père, vous qu'il a choisis parmi le monde entier ; fréquemment, vous le savez, je vous ai avertis que je serai crucifié, que je goûterai la mort absolument, que je ressusciterai d'entre les morts, que je vous donnerai la charge de diffuser la Bessora afin que vous l'annonciez dans le monde entier ; que je vous investirai d'une force venue d'en haut ; et que je vous remplirai du Rouah Hakodesh afin que vous diffusiez ce message à toutes les nations : Faites téchouva, car mieux vaut à l'homme de trouver un verre d' eau dans le Olam Haba, que de posséder tous les biens du monde entier ; et encore : L'espace d'une empreinte de pied dans la maison de mon Père vaut plus que toutes les richesses de ce monde ; et encore : Une heure de Tsadikim qui se réjouissent, vaut mieux que cent ans des pécheurs qui pleurent et se lamentent, sans qu'on essuie leurs larmes ou qu'on s'intéresse aucunement à eux. Or donc, ô mes membres glorieux, quand vous irez parmi les peuples, adressez-leur cet enseignement : C'est avec une balance juste et un juste poids qu’Hashem réglera votre compte ; et encore : Un simple mot plaisant que vous aurez dit, sera examiné. Comme il n'y a pas moyen d'échapper à la mort, de même personne ne peut échapper à ses actes bons ou mauvais. Mais tout ce que je vous ai dit revient à ceci : Le fort ne peut pas se sauver par sa force, ni l'homme se sauver par la multitude de ses richesses. (Vie de Yossef 1 :1) 

YOSSEF, UN TSADIK SELON LA TORAH

Maintenant écoutez que je vous raconte l'histoire de mon père Yossef, le vieux charpentier béni. Il y avait un homme appelé Yossef, qui était de la ville appelée Bethléem, celle des Juifs, qui est la ville du Roi David. Il était bien instruit dans la sagesse et dans l'art de la menuiserie. Cet homme appelé Yossef épousa une femme dans l'union d'un saint mariage. Elle lui donna des fils et des filles : quatre garçons et deux filles. (…) Yossef était un Tsadik, qui rendait gloire à D.ieu en toutes ses œuvres. Il allait au dehors exercer le métier de charpentier, lui et ses deux fils, car ils vivaient du travail de leurs mains selon la Torah de Moshé. Et ce Tsadik dont je parle, c'est Yossef, mon père selon la chair, celui à qui ma mère Myriam fut unie comme épouse. (Vie de Yossef 1 :2)

YESHOUA ET RA’HEL IMÉNOU

Comme elle était sur le point d'accoucher, Yossef avait inscrit son nom chez le scribe, à savoir : « Yossef, fils de David, avec Myriam son épouse, et Yeshoua son fils, issus de la tribu de Juda ». Et ma mère Myriam me mit au monde, sur la route du retour à Bethléem, vers le tombeau de Ra’hel, la femme de Yaakov Avinou, qui fut la mère de Yossef et de Benyamin. (Vie de Yossef 1 :7)

YOSSEF, UN HOMME TRAVAILLEUR

Après que cet impie Hérode fut mort, nous retournâmes dans une ville de la Galilée, qui s'appelle Nazareth. Mon père Yossef, le vieillard béni, pratiquait le métier de charpentier, et nous vivions du travail de ses mains. Observant la Torah de Moshé, jamais il ne mangea son pain gratuitement. (Vie de Yossef 1 :9) 

L’AMOUR DU RABBI POUR SES PARENTS

Quant à moi, j'appelais Myriam : ma mère, et Yossef : mon père. Et je leur obéissais en tout ce qu'ils allaient me dire. Je ne leur répliquais pas un seul mot, mais je les aimais beaucoup. (Vie de Yossef 1 :11)

LA MISÉRICORDE D’HASHEM

Je vous le dis, ô mes frères vénérables et mes Shli’him bénis ; tout homme né en ce monde et connaissant le bien et le mal, après qu'il ait passé tout son temps suspendu à la concupiscence de ses yeux, a besoin de la pitié de mon bon Père, lorsqu'il arrive au moment de mourir, de franchir le passage, de paraître devant le Tribunal terrible et de présenter sa défense. (Vie de Yossef 1 :29)