LES DIFFÉRENTES DOCTRINES DU ROMAN

LES NOTIONS DITES « TRINITAIRES »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

On comprend dans la littérature clémentine que l’unité de D.ieu est absolue et unique ; en d’autres termes, il n’est fait aucune mention des notions d’une « Trinité chrétienne » où le Fils serait égal au Père et ce, bien que l’on puisse rencontrer la formule dite « trinitaire » pour les immersions dans les Homélies. (Homélies 11, 26). En effet, les passages clémentins relient plutôt les baptêmes eux-mêmes aux formules trinitaires (Reconnaissances 1, 63 et 69) mais n’expriment en aucun cas, un attachement pour le « côté divin » de Jésus [comme le font les chrétiens plus modernes].

 

Par exemple, nous retrouvons ces mots dans la bouche de Pierre : « Nous ne tenons pas table commune avec les non-Juifs, à moins qu’ils n’aient cru et qu’ayant reçu la vérité, ils n’aient été baptisés et consacrés par une triple invocation du nom bien heureux ; alors, nous prenons notre nourriture avec eux. » (Reconnaissances 7, 29, 3) ; nous pouvons donc constater que le baptême est administré via la formule trinitaire tout comme l’a demandé Jésus dans son Évangile : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. » (Matthieu 28 :19) ou encore dans la Didaké : « Quant à l’immersion, immergez ainsi : après avoir proclamé tout ce qui précède, immergez au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit dans de l'eau courante. Mais, si tu n'as pas d'eau vive, immerge dans une autre eau ; si tu ne peux pas dans l'eau froide, que ce soit dans l'eau chaude. Si tu n'as ni l'une, ni l'autre ; verse trois fois de l'eau sur la tête au nom au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. » (Didaké 7 :1-2). En conclusion, les Écrits Nazaréens eux-mêmes, la Didaké et finalement la littérature clémentine ; toutes se rejoignent pour immerger via la formule dite « trinitaire ». 

 

Néanmoins, il convient aussi de préciser que nous pouvons également retrouver dans les Reconnaissances un baptême administré au nom du Prophète de vérité seul : « Il institua le baptême d’eau, dans lequel, par l’invocation de son nom, ils seraient délivrés de tous leurs péchés. » (Reconnaissances 1, 39, 2.) et dans les Écrits Nazaréens, tous les récits liés au baptême nous montrent bien que les nouveaux immergés l'étaient tous, « au nom du Seigneur Jésus » comme il est dit : « Pierre leur dit : Repentez-vous et que chacun de vous soit baptisé au nom du Seigneur Jésus, pour le pardon de vos péchés et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » (Actes 2 :38) ou encore : « Il avaient seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus » (Actes 8 :16) ou encore : « Sur ces paroles, ils furent baptisés au nom du Seigneur Jésus. » (Actes 19 :5)