SOURCES

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

(1) F. S. Jones, « The Pseudo-Clementines : A History of Research », Second Century. A Journal of Early.

(2) Reed, « Jewish Christianity after the Parting of the Ways: Approaches to Historiography and Self-Definition in the Pseudo-Clementines » dans Adam Becker et Annette Yoshiko Reed, The Ways that Never Parted : Jews and Christians in Late Antiquity and the Early Middle Ages, Texts and Studies in Ancient Judaism, 95, Mohr Siebeck, Tübingen, 2003, p. 197 

(3) Le Boulluec, « Jésus selon les Homélies clémentines : du vrai Prophète au prince de l’âge à venir » dans Mohammad Ali Amir-Moezzi, Pensée grecque et sagesse d’Orient, Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences religieuses, 142, Turnhout, Brepols, 2009, p. 369 

(4) B. Rehm, Die Pseudoklementinen. I : Homïlien, Berlin, 1953 ; B. Rehm et Fr. Paschke, Die Pseudoklementinen. II : Rekognitionen in Rufinus Uébersetzung, Berlin, 1965. 

(5) Jones, The Syriac « Pseudo-Clementines » : An Early Version of the First Christian Novel, Apocryphes, 14, Turnhout, Brepols, 2014 

(6) C. Schmidt, Btudien zu Pseudoclementinen, Leipzig, 1929. Voir également O. Cullmann, Histoire des principales explications, p. 41-57 

(7) R. A. Lipsius, Die Quellen der römischen Petrus-Sage kritisch untersucht, Kiel, Schwers'sche Buchhandlung, 1872 

(8) J. Chapman, « Origen and the Date of Pseudo-Clement », The Journal of Theological Studies, 3, 1902, p. 436-441 ; « On the date of the Clementines », Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der älteren Kirche, 9, 1908, p. 147-159 

(9) O. Cullmann, Le problème littéraire et historique du Roman Pseudo-Clémentin, p. 78-79 

(10) B. Rehm, « Zur Entstehung der pseudoclementinischen Schriften », Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft, 37, 1938, p. 77-184 

(11) F.S. Jones, « Evaluating the Latin and Syriac Translations of the Pseudo-Clementine Recognitions », Apocrypha 3 (1992) 237-257 

(12) P. Piovanelli, « L’ennemi est parmi nous : présences de Paul », dans Nouvelles Intrigues pseudo-clémentines, p. 247 

(13) N. Kelley, Knowledge and Religious Authority in the Pseudo-Clementines, p. 188-189

(14) A. Salles, « Simon le Magicien ou Marcion ? », Vigiliae Christianae, 12, 1958, p. 197- 224

(15) P. Piovanelli, « L’ennemi est parmi nous : présences de Paul », dans Nouvelles Intrigues pseudo-clémentines, p. 247 

(16) F. C. Baur, Das Christentum und die christliche Kirche der ersten drei Jahrhunderte, Tübingen, Fues, 1853 

(17) Cité d’après O. Cullmann, Le problème littéraire et historique du Roman Pseudo-Clémentin, p. 44 

(18) La règle des syzygies et le dualisme dans les Homélies et les Reconnaissances pseudo-clémentines, Études littéraires, Mémoire de Philippe Terrien, p. 125 et 139 

(19) D. Côté, Le thème de l’opposition entre Pierre et Simon dans les Pseudo-Clémentines, Collection des Études augustiniennes, Paris, 2001, p. 11 

(20) L. Cirillo, citant une remarque d'Origène, dans Eusèbe, Histoire Ecclésiastique VI, 38

(21) G. Battista Bazzana, Voir « Eve, Cain and the Giants », p. 313, note 1