CHAPITRE 2

Pour l'instant, 4 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4.     Ou méprises-tu la richesse de sa bonté, de sa patience, de sa longanimité, sans pénétrer que la bonté d’Elohîms te pousse à faire retour ?

 

 

  • Ou méprises-tu la richesse de sa bonté, de sa patience, de sa longanimité : cela fait référence aux 13 attributs de miséricorde d’Hashem, dévoilés dans la Torah.

 

L'Éternel descendit dans une nuée, se tint là auprès de lui et proclama le nom de l'Éternel. Et l'Éternel passa devant lui et s’écria : L'Éternel, l'Éternel, D.ieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité, qui conserve son amour jusqu'à mille générations. (…) Aussitôt Moshé s'inclina à terre et se prosterna. (Shemot 34 :5-8)

 

 

  • sans pénétrer que la bonté d’Elohîms te pousse à faire retour : l’Apôtre Shaoul parle de la téchouva… Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l'Éternel. N'est-ce pas qu'il change de conduite et qu'il vive ? (Yehezqel 23 :18)

 

COMMENTAIRE N°1

Le monde est créé sur le principe du retour, de la téchouva. Un homme peut s’éloigner mais il reviendra forcément car Hashem a créé le monde avec des énergies qui vont et viennent… En effet, D.ieu voulait que l’homme ne puisse jamais réellement se déconnecter. Ainsi, lorsque l’homme pense qu’il s’est complètement éloigné, c’est là qu’il revient ; quand Israël est un tas de cendres, c’est là qu’il revient sur sa Terre. (Rav Haïm Dynovisz)

 

COMMENTAIRE N°2

 

Voici un enseignement de la ‘Hassidout Habad extraordinaire pour nous encourager dans le chemin de la téchouva.

 

De plus, lorsque le pécheur se repent ardemment, ses fautes délibérées deviennent pour lui comme de véritables mérites. En effet, le repentir, issu des profondeurs du cœur, avec un amour, une passion et une âme aspirant ardemment à s’attacher au Saint Béni soit-Il, font dire à nos Sages, de mémoire bénie : Là où se tiennent les repentants, il n’est de place même pour les Tsadikim accomplis. Car l’ardent désir du repentant pour le divin fait défaut chez les Tsadikim accomplis. C’est à propos de ce repentir motivé par un immense amour pour D.ieu que les Sages ont aussi dit que les fautes délibérées du repentant deviennent pour lui comme des mérites, puisque c’est par leur moyen (ses fautes, qui l’avaient auparavant éloigné de D.ieu) qu’il a atteint cet immense amour pour D.ieu, lorsqu’il s’est repenti. Ses fautes ont donc eu pour lui le même effet que des mitsvot : elles ont été la source d’un amour pour D.ieu plus profond. Or, quand le repentir n’est pas motivé par un tel amour, bien que ce soit un repentir adéquat et que D.ieu lui pardonnera certainement, ses fautes ne deviennent pas pour lui comme des mérites. (Tanya et commentaires, Likouté Amarim, chap. 7)

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13.     Non, ceux qui écoutent la tora ne sont pas justes devant Elohîms; mais ils seront justifiés, ceux qui accomplissent la tora.

 

 

  • Non, ceux qui écoutent la tora ne sont pas justes devant Elohîms : comme il est enseigné au nom de Yaakov HaTsadik, le chef de la Kéhila Nazaréenne, que si quelqu'un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à un homme qui regarde dans un miroir son visage naturel et qui, après s'être regardé, s'en va et oublie aussitôt quel il était. Or, celui qui aura plongé les regards dans la Torah parfaite, la Torah de la liberté et qui aura persévéré, n'étant pas un auditeur oublieux mais se mettant à l'œuvre, celui-là sera heureux dans son activité. (Yaakov 1 :23-25)  

 

COMMENTAIRE N°1

 

Pour mieux comprendre les paroles de l’Apôtre Shaoul, nous pourrons nous inspirer des enseignements talmudiques.

 

Quiconque étudie la Torah et l’oublie est semblable à une femme qui donne naissance et enterre son nouveau-né. (Sanhédrin 99a) et dans le même élan, Rabbi Akiva a dit : Chantez tous les jours, chantez tous les jours, c'est à dire révisez vos études comme une chanson que l'on chante encore et encore. (Sanhédrin 99b)

 

COMMENTAIRE N°2

 

Nous pourrons également nous inspirer des Écrits de nos Maîtres, comme le Pirké Avot.

 

Et selon Rabbi Yehoshua ben Levi : Chaque jour une voix céleste sort du mont Horev et fait une proclamation : Malheur à l'humanité pour son mépris envers la Torah ! Quiconque ne s'occupe pas de l'étude de la Torah est appelé, le réprimandé (…) car il n'y a d'homme libre que celui qui s'implique dans l'apprentissage de la Torah. (Pirké Avot 6 :2)

 

COMMENTAIRE N°3

Continuons dans le Pirké Avot.

Ben Bag Bag dit : Sonde la Torah et sonde-la encore car tout s’y trouve, scrute-la profondément, grandis et vieillis auprès d’elle et ne t’en défais pas car tu n’as pas plus édifiant qu’elle. (Pirké Avot 5 :21)

 

Les quatre déclarations de Ben Bag Bag se réfèrent toutes à l'étude de la Torah. La première déclaration enseigne que l'on doit continuellement étudier la Torah, en la retournant encore et encore car toute la sagesse du monde y est contenue. De plus, Ben Bag Bag avertit également l'homme de ne pas se contenter d'un apprentissage superficiel de la Torah ; au contraire, celui-ci doit plutôt l'étudier à plusieurs reprises pour approfondir ses significations les plus profondes… En réalité, il faut continuer d’étudier la Torah même après qu'on ait vieilli car l’étude de la Torah est une entreprise qui dure toute la vie.

 

Cette Mishna est un exemple par excellence de la valeur de l'étude de la Torah aux yeux des Maîtres d’Israël. En effet, c'est l'un des livres les plus étudiés de l'histoire humaine et aucun peuple n'a jamais autant développé une telle dévotion pour son étude que les Juifs.

 

  • mais ils seront justifiés : contrairement aux avis répandus sur l’Apôtre Shaoul, il est clairement fait référence ici à une justification par les œuvres comme l’a enseigné Yaakov HaTsadik : comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. (Yaakov 2 :26).

 

COMMENTAIRE N°4

 

Voici les déclarations apostoliques de Yaakov HaTsadik concernant ce sujet.  

Mes frères, que sert-il à quelqu'un de dire qu'il a la foi, s'il n'a pas les œuvres ? La foi peut-elle le sauver ? Si un frère ou une sœur sont nus et manquent de la nourriture de chaque jour et que l'un d'entre vous leur dise : Allez en paix, chauffez-vous et vous rassasiez ! Et que vous ne leur donniez pas ce qui est nécessaire au corps, à quoi cela sert-il ?  Il en est ainsi de la foi : si elle n'a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu'un dira : Toi, tu as la foi et moi, j'ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. Tu crois qu'il y a un seul D.ieu, tu fais bien ; les démons le croient aussi et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile ? Avraham Avinou ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu'il offrit son fils Its’hak sur l'autel ? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi s'accomplit ce que dit l’Écriture : Avraham crut à D.ieu et cela lui fut imputé à justice ; il fut appelé ami de D.ieu. Vous voyez que l'homme est justifié par les œuvres et non par la foi seulement. (Yaakov 2 :14-24)

 

  • ceux qui accomplissent la tora : néanmoins, même si toutes les mitsvot sont nécessaires pour la réparation du monde ; celle-ci doivent être accomplies avec kavana [avec le cœur] car autrement, elles seraient comme un corps sans âme.

 

COMMENTAIRE N°5

 

Pour mieux comprendre le lien entre la kavana et les mitsvot, nous pourrons nous inspirer du Likouté Amarim.

 

L’intention divine dans la Création est celle d’avoir une demeure ici-bas ; celle-ci s’accomplit précisément par les mitsvot qui relèvent de l’action |ou de la parole qui est aussi assimilée à une action]. En effet, les mitsvot permettent l’élévation et la transformation de la vitalité du corps et de l’âme vitale, qui tient de la klipat noga. Ainsi, la klipat noga dans sa globalité, ce qui veut dire la vitalité même du monde, accèdera à la sainteté et les autres klipot impures, n’ayant plus d’attache dans la sainteté, cesseront ipso facto d’exister. Il n’y aura plus alors de dissimulation du divin, lequel rayonnera en ce monde. (…) Or, les Sages ont dit que la prière ou une autre bénédiction dites sans intention [kavana] sont comme un corps sans âme… La supériorité de la kavana est comme la grandeur de la supériorité de la lumière de l’âme sur le corps, qui est un réceptacle et un vêtement pour l’âme, tout comme le corps de la mitsva elle-même est un réceptacle et un vêtement pour sa kavana. Aussi l’accomplissement de la mitsva et sa kavana sont-ils respectivement comparés au corps et à l’âme, ce qui fait dire à nos Sages qu’une mitsva dépourvue de kavana est semblable à un corps sans âme. Il est écrit dans le Ets ‘Haïm, à savoir que la kavana dans les mitsvot et dans l’étude de la Torah relève du niveau de la lumière alors que le corps, c’est-à-dire, l’accomplissement des mitsvot relève du niveau et de la dimension des réceptacles. (Tanya et commentaires, Likouté Amarim, chap. 38)

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25.     Certes, la circoncision est utile, si tu pratiques la tora. Ta circoncision devient prépuce, si tu transgresses la tora.

 

 

  • Certes, la circoncision est utile, si tu pratiques la tora : la Brit Mila demeure, pour nous, le sceau divin gravé dans notre chair pour sanctifier l'instinct le plus puissant et le plus empreint de sensualité. Aucune des facultés qu'Hashem a mises en nous n'est bonne ni mauvaise dans l'absolu. Tout dépend de l'emploi que nous en faisons. La Torah a voulu donner à ses enfants, à côté d'une liberté morale entière, les moyens d'en faire le meilleur usage. En apposant le cachet divin sur le corps humain, la Torah sanctifie la vie et son attachement au Créateur ainsi que l'instinct le plus violent. Elle invite l'homme qui, par ce signe de l'alliance, prend conscience de la divinité jusqu'au fond de son être, à entrer dans le cercle des "serviteurs de D.ieu" pour que l'homme entier devienne le parfait artisan du plan divin. (Rav Munk, Voir La voix de la Torah sur Béréshit 17 :10)

 

  • Ta circoncision devient prépuce, si tu transgresses la tora : or, si l’homme ne prend pas conscience du plan divin, sa circoncision devient incirconcision puisqu’elle ne sert à rien ; cet homme néglige la Torah et la morale de la mitsva ! Or, si la mitsva de la brit mila vient d’un commandement de la Torah et que tu ne la pratiques pas ou la néglige, à quoi te sert la mitsva de la brit mila ? C’est comme si tu avais un prépuce et que tu étais un non-Juif puisque tu te comportes comme eux [les sans-Torah] !

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

29.     Est Iehoudi, qui l’est au-dedans, la circoncision, c’est celle du coeur, selon le souffle, et non selon la lettre.Sa louange ne vient pas des hommes, mais d’Elohîms.

 

 

  • Est Iehoudi, qui l’est au-dedans : dans l’intérieur du cœur et non au dehors, comme certains proushim décrits dans Matityahou 23.

 

Alors Yeshoua, parlant à la foule et à ses talmidim, dit : Les soferim et les proushim sont assis dans la chaire de Moshé. Faites donc et observez tout ce qu'ils vous disent ; mais n'agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas. (…) Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges tefillin et ils ont de longs tzitzits à leurs vêtements ; ils aiment la première place dans les festins et les premiers sièges dans les synagogues ; ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi. (…) Malheur à vous, soferim et proushim hypocrites ! Parce que vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat, et qu'au dedans ils sont pleins de rapine et d'intempérance. Paroush aveugle ! Nettoie premièrement l'intérieur de la coupe et du plat, afin que l'extérieur aussi devienne net. Malheur à vous, soferim et proushim hypocrites ! Parce que vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors et qui, au dedans, sont pleins d'ossements de morts et de toute espèce d'impuretés. Vous de même, au dehors, vous paraissez justes aux hommes mais, au dedans, vous êtes pleins d'hypocrisie et d'iniquité. (Matityahou 23 :1-28)

 

 

  • la circoncision, c’est celle du coeur selon le souffle : comme Moshé nous l’as transmis dans le Sefer Devarim : vous circoncirez donc votre cœur et vous ne roidirez plus votre cou. (Devarim 10 :16)  

 

COMMENTAIRE N°1

 

Mon alliance se trouve déjà en toi. (Béréshit 17 :4). Et il en est véritablement ainsi, car cette circoncision externe est simplement dirigée vers un objectif plus noble : elle prouvera la nécessité de circoncire l'excroissance du cœur et de le purifier. Or, sans aucun doute, même avant la circoncision, Avraham était déjà doté d'un cœur pur et circoncis, et telle est la raison pour laquelle, Hashem lui a déclaré : Je sais que mon Alliance de circoncision est déjà avec toi car tu es animé d'un cœur pur ! Néanmoins, comme je veux maintenant faire de toi le père d’une multitude des nations, il me faut un argument du pourquoi je t'élève ainsi, en faisant ressortir ta noblesse et la pureté de ton cœur aux yeux des peuples, par cette circoncision "externe" qui atteste de la pureté de ton cœur intérieur. (Kli Yakar sur Béréshit 17 :4)

 

Le "vrai" Juif selon Shaoul et selon les Maitres d’Israël est celui qui est circoncis de cœur et de chair, le cœur ayant simplement la priorité… Tout Juif doit pratiquer la Torah et l'intérioriser, posséder l’Esprit de la Torah et la lettre !

 

Voici des exemples de vrais Juifs selon Shaoul : Moshé, Yéhochoua, les Prophètes, David, Yonathan, les autres Apôtres, soit tout Juif qui intériorise la Torah !

 

  • et non selon la lettre : dans l’aspect extérieur [le dehors, le paraître]. Or, les jours viennent, dit l'Éternel où je châtierai tous les circoncis qui ne le sont pas de cœur. (Yrmeyahou 9 :25)

 

  • Sa louange ne vient pas des hommes, mais d’Elohîms : car Hashem ne désire que le service du cœur !