CHAPITRE 3

Pour l'instant, 1 verset est actuellement disponible pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21.     Au vainqueur je donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône, comme moi aussi j’ai vaincu et me suis assis avec mon père, sur son trône.

 

 

  • Au vainqueur : cela fait référence aux Nazaréens ayant triomphés des épreuves de ce monde.

 

COMMENTAIRE N°1

Pour mieux comprendre les paroles du Mashiah et également pour découvrir comment nous comporter afin d’être considéré comme un vainqueur, nous pourrons nous inspirer de la vie de Yossef HaTsadik comme l’a enseigné le Rav Shalom Arush.

 

Yossef HaTsadik a connu des périodes douloureuses où il a touché le fond mais il a également connu des périodes de bonheur où il était au sommet du monde. Néanmoins, à quelle période de sa vie la Torah l'appelle-t-elle : l'homme qui réussit ? Et il est dit :Le chef de la prison ne prenait aucune connaissance de ce que Yossef avait en main, parce que l'Éternel était avec lui. Et l'Éternel donnait de la réussite à ce qu'il faisait. (Béréshit 39 :23) ; la Torah l’appelle de cette façon précisément à la période où il était au plus bas, pendant son esclavage ! Il faut remarquer que la Torah consacre des passages complets à Yossef HaTsadik, plus qu'aux patriarches eux-mêmes car il est important pour la Torah de décrire le périple incroyable et impossible d'un homme qui avait toutes les raisons de s'effondrer et qui a fini par s'élever au-dessus de tous. Le récit du succès de Yossef parle de sa réussite précisément lorsqu’il était au plus bas de sa situation et c'est précisément à partir de ce moment que son immense ascension s'est construite. Ceci pour nous enseigner que le vrai succès de Yossef ne s’est pas opéré quand il a atteint le sommet mais à chaque instant et seconde de ses tribulations pendant lesquelles, il n'a jamais été brisé, est resté toujours heureux et connecté à sa mission et à Hashem. Tout cela vient nous apprendre que le fait d’être toujours joyeux dans la vie, ce qui est rendu possible grâce à une foi sans faille et une connexion totale au Créateur, sont les vrais ingrédients du succès. Cette attitude a permis à Yossef de vivre sans aucune haine, ni rancune envers ses frères, sans aucune soif de vengeance et sans aucun traumatisme. Il était apaisé, son cœur était pur. Il n'est pas étonnant qu'un personnage aussi réussi, ait pu grimper du bas de l'échelle au sommet du monde en un clin d'œil. (Rav Shalom Arush)

 

 

  • je donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trône : le Nazaréen triomphant recevra comme salaire de régner en compagnie du Mashiah et ailleurs, il est également dit : Que votre cœur ne se trouble point. Croyez-en D.ieu et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m'en serai allé et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. (Yohanan 14 :1-3)

 

 

  • comme moi aussi j’ai vaincu : par ma Avodat Hashem, mes mérites, au travers de mes épreuves, etc… comme il est enseigné : Le Tsadik est saint parce qu’il se sépare, tout au long de son existence, des préoccupations du monde, afin de se consacrer au service de D.ieu. (Tanya et commentaires, Iguéret Hakodesh, chap. 28)

 

 

  • et me suis assis avec mon père, sur son trône : comme étant le Melekh HaMashiah, le Roi Messie en français ; tout ceci fait référence aux secrets contenus dans l’histoire de Yossef HaTsadik comme il est dit : Et Pharaon dit à Yossef : Puisque D.ieu t'a fait connaître toutes ces choses, il n'y a personne qui soit aussi intelligent et aussi sage que toi. Je t'établis sur ma maison, et tout mon peuple obéira à tes ordres. Le trône seul m'élèvera au-dessus de toi. Pharaon dit à Yossef : Vois, je te donne le commandement de tout le pays d'Égypte. Pharaon ôta son anneau de la main et le mit à la main de Yossef ; il le revêtit d'habits de fin lin et lui mit un collier d'or au cou. Il le fit monter sur le char qui suivait le sien et l'on criait devant lui : A genoux ! C'est ainsi que Pharaon lui donna le commandement de tout le pays d'Égypte. Il dit encore à Yossef : Je suis Pharaon ! Et sans toi personne ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d'Égypte. (Béréshit 41 :39-44)