CHAPITRE 22

Pour l'instant, 2 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

11.     L’injuste, qu’il soit injuste encore ; le contaminé, qu’il se contamine encore, le juste, qu’il fasse justice encore ! le consacré, qu’il se consacre encore !

 

 

  • L’injuste, qu’il soit injuste encore : et ceci est cohérent avec ce que dit Reish Lakish : Quelle est la signification de ce qui est écrit : Si cela concerne les méprisants, il les méprise mais aux humbles, il donne grâce. (Mishlei 3 :34). Celui qui vient pour devenir impur, dans le ciel, on lui donne l’ouverture pour le faire et il n’est pas empêché de pécher. Si l’on vient pour de se purifier, non seulement il est autorisé à le faire mais dans le ciel, il est assisté. (Avoda Zarah 55a)

 

  • le contaminé, qu’il se contamine encore : le principe selon lequel D.ieu opère dans ce monde, est que si quelqu'un veut faire la bonne chose, il bénéficie de l'assistance céleste. S'il insiste pour faire la mauvaise chose, puisqu'il possède le libre arbitre, on le laisse faire sans interférer, c'est-à-dire que D.ieu joue le jeu…  (Rabbénou Ba’hya, Devarim 4 :19 :4)

COMMENTAIRE N°1

 

Pour mieux comprendre, examinons un commentaire du Ramban.

 

Et j'endurcirai le cœur de Pharaon : il a été averti une fois, deux fois et trois fois et il ne s'est pas repenti et ainsi, il s’est fermé la porte de la téchouva. (…) Au méchant Pharaon, D.ieu lui a envoyé des avertissements plus de cinq fois et il n'a pas écouté les paroles du D.ieu vivant et par conséquent, il lui a dit : Tu t'es raidi le cou et tu as alourdi ton propre cœur ; voici, je vais ajouter de l’impureté à ton impureté ! (Ramban sur Shemot 7 :3 :1)

 

 

  • le juste, qu’il fasse justice encore : nous connaissons bien l’enseignement selon lequel, l’homme est conduit par le chemin qu’il souhaite prendre lui-même. (Makoth 10b ; Bamidbar Rabah 20 :11 ; Zohar I 198b) illustré par le verset : Se trouve-t-il en présence des railleurs, il leur oppose la raillerie mais il accorde sa bienveillance aux humbles. (Proverbes 3 :34). La providence divine aide l’homme à suivre la voie qu’il désire, pour le meilleur ou pour le pire. Et si l’homme aspire à s’incliner sans cesse devant D.ieu, à se comporter en accord avec le verset : Je place sans cesse l’Eternel en face de moi. (Téhilim 16 :8) et à se conduire humblement comme un serviteur envers son maître, la providence l’aide à accomplir ce souhait et il ne rencontre aucun obstacle. (Rabbi David ‘Hanania Pinto)

 

 

  • le consacré, qu’il se consacre encore : D.ieu mène l’homme dans la voie qu’il désire emprunter et quiconque veut se purifier bénéficie de l’aide divine. Lorsque le Saint Béni soit-Il décèle en l’homme une aspiration à se sacrifier pour lui, sa Torah et ses mitsvot ; il lui octroie une bénédiction particulière lui permettant de transcrire ses ambitions pures en actes et de poursuivre dans cette voie. (Rav David ‘Hanania Pinto).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

19.     Si quelqu’un enlève des paroles du volume de cette inspiration, Elohîms lui enlèvera sa part de l’arbre de la vie, et de la cité du sanctuaire, selon ce qui est décrit dans ce volume.

 

 

  • Si quelqu’un enlève des paroles du volume de cette inspiration : cela fait référence au fait de retrancher, de cacher ou de corrompre les paroles de cette prophétie de Yohanan.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Pour mieux comprendre cette injonction du Mashiah, nous pourrons nous inspirer du Talmud.

 

Quand je suis venu étudier avec Rabbi Yichmaël, il m'a dit : Mon fils, quelle est ta vocation ? J'ai répondu : Je suis un scribe [lavlar] qui écrit des Rouleaux de la Torah. Il m'a dit : Mon fils, sois prudent dans ta vocation car ta vocation est un service céleste et il faut faire attention de ne pas omettre une seule lettre ou d'ajouter une seule lettre. L'ajout ou l'omission d'une seule lettre peut changer le sens de vérité à mort (Erouvin 13a)

Je suis venu apprendre la Torah avec Rabbi Yichmaël, il m'a dit : Mon fils, quelle est ta vocation ? Je lui ai dit : Je suis un scribe [lavlar] qui écrit des Rouleaux de Torah. Il m'a dit : Mon fils, sois prudent dans ton travail car ton travail est l'œuvre du Ciel, de peur d'omettre une seule lettre du Rouleau de la Torah ou d'ajouter une seule lettre ; autrement, cela détruirait le monde entier, l'erreur modifie le sens du verset et entraîne un blasphème. (Sota 20a)

 

  • Elohîms lui enlèvera sa part de l’arbre de la vie : cela fait certainement référence au Gan Eden, comparable dans ce contexte au Olam Haba ; ainsi, retrancher les paroles de ce Livre nous condamnerait, selon les propos du Mashiah, au Guey-Hinnom [l’enfer dans un langage plus commun].

 

 

  • et de la cité du sanctuaire : cela fait référence au monde renouvelé, contenant la Jérusalem céleste et le Temple comme il est dit : Rabbi Yrmeyahou a dit : Dans les temps qui viennent, le Saint Béni soit-Il renouvellera son monde et il construira Jérusalem en la faisant descendre toute bâtie des hauteurs ; cela afin qu'elle soit indestructible et il a juré qu'il n'exilera plus jamais la communauté d'Israël. (Zohar Béréshit 114b) ou encore : Et je vis descendre du ciel, d'auprès de D.ieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, préparée comme une épouse qui s'est parée pour son époux. (Révélation 21 :2).

 

 

  • selon ce qui est décrit dans ce volume : dans la Révélation de Yohanan.