LA BESSORA DU « PSEUDO » TOMA

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LA BESSORA DU « PSEUDO » TOMA

Introduction aux Apocryphes.

Pour information, les crochets sont nôtres.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LA TRANSMISSION MESSIANIQUE AUX NON-JUIFS

Moi, Toma le Juif, je crois très utile de faire connaître à tous nos frères d'origine non-Juive, les actions enfantines de notre Seigneur et Mashiah Yeshoua et les merveilles qu'il accomplit après qu'il fut né en notre pays. (Bessora du « Pseudo » Toma 1 :1) 

 

NE JAMAIS ACCUSER UN TSADIK

Un jour, Yeshoua jouait sur la terrasse d'une maison, quand l'un de ses petits camarades dégringola du haut du toit et se tua. L'accident mit tous les enfants en fuite. Yeshoua resta seul. Les parents de la victime arrivèrent et l'accusèrent d'avoir provoqué sa chute. Et Yeshoua avait beau se défendre, ils continuaient à le rudoyer. Alors, d'un saut, Yeshoua fut au bas de la terrasse. S'arrêtant devant le cadavre de l'enfant, il cria d'une voix forte : Zénon, ainsi s'appelait-il, debout ! Et dis-le, est-ce moi qui t'ai fait tomber ? Aussitôt l'enfant se releva et dit : Non, Seigneur, tu ne m'as pas fait tomber, tu m'as plutôt ressuscité ! Les gens étaient stupéfaits. Quant aux parents de l'enfant, ils glorifièrent D.ieu à cause de ce miracle et ils louèrent [les actes de] Yeshoua. (Bessora du « Pseudo » Toma 9 :1-3) 

 

YESHOUA, REMPLI DU ROUAH HAKODESH

Un peu plus tard, un jeune homme qui coupait du bois dans le voisinage, laissa échapper sa hache qui lui entailla la plante du pied. Perdant tout son sang, il se mourait. Ce fut l'affolement. Les gens accoururent. Yeshoua lui aussi, arriva en hâte. Au milieu la foule, Yeshoua vint toucher le pied blessé et le jeune homme sur-le-champ fut guéri. Il lui avait dit : Debout maintenant ! Coupe tes bûches et souviens-toi de moi ! Et la foule qui avait été témoin de la scène le loua, disant : Le Rouah Hakodesh habite véritablement ce petit ! (Bessora du « Pseudo » Toma 10 :1-2) 

 

LA GÉNÉROSITÉ DU RABBI

Une autre fois, à la saison des semailles, l'enfant sortit avec son père pour semer du blé dans leur champ. Et tandis que son père semait, l'enfant Yeshoua jeta un seul grain en terre. Et quand vint la moisson et qu'il battit sa récolte, il en tira cent mesures. Appelant tous les pauvres du village sur l'aire, il leur distribua son blé et l'excédent revint à Yossef. Yeshoua avait huit ans quand il fit ce miracle. (Bessora du « Pseudo » Toma 12 :1) 

 

LA CAPACITÉ DE TRANSFORMER LES CHOSES 

Yossef son père, était charpentier et il fabriquait en ce temps-là des charrues et des jougs. Un jour, un riche le chargea de lui faire un lit. Il se trouva que l'une des pièces était plus courte que l'autre, et Yossef était bien contrarié. Mais Yeshoua dit à son père : Pose les planches à terre, et reste à ta place si tu veux les rendre égales. Yossef fit comme l'enfant avait dit. Et Yeshoua se mit à l'autre bout, saisit l'élément le plus court et en l'étirant, lui donna la même longueur que l'autre, sous les yeux admiratifs de Yossef ! Celui-ci prit son fils dans ses bras, le couvrit de baisers et dit : Je suis heureux qu’Hashem m'ait donné cet enfant ! (Bessora du « Pseudo » Toma 13 :1) 

 

YESHOUA A SAUVÉ YAAKOV D’UN SERPENT

Yossef envoya son fils Yaakov lier des fagots pour les apporter à la maison. L'enfant Yeshoua le suivit. Tandis que Yaakov ramassait ses branches, une vipère le piqua à la main. Déjà il agonisait, tout raidi, quand Yeshoua s'approcha et souffla sur la morsure. Les douleurs se calmèrent sur-le-champ et c'est l'animal qui mourut. Yaakov, lui, était déjà sur pied. (Bessora du « Pseudo » Toma 16 :1) 

 

UNE RÉSURRECTION DES MORTS

Plus tard, chez un voisin de Yossef, un petit enfant malade expira. Sa mère pleurait amèrement. Entendant ce deuil et ces cris affreux, Yeshoua se précipita. Il vit l'enfant mort, lui toucha la poitrine et dit : Mon tout petit, je te défends d'être mort ! Vis, et reste avec ta mère ! Aussitôt, le marmot ouvrit ses yeux et sourit. Yeshoua dit à la femme : Prends-le, donne-lui son lait et souviens-toi de moi. (Bessora du « Pseudo » Toma 17 :1) 

 

YESHOUA, TSADIK ET GUÉRISSEUR

Il se produisit un grand vacarme, près d’une maison en construction. Yeshoua se leva et alla voir. Un homme gisait, sans vie. Il lui prit la main et dit : Je te le dis, homme, lève-toi, et remets-toi à l’ouvrage. Aussitôt il se leva et le remercia. Alors la foule, émerveillée, s’écria : Cet enfant vient du Ciel ! Il a déjà sauvé beaucoup de gens et il en sauvera tout au long de sa vie. (Bessora du « Pseudo » Toma 18 :1-2) 

 

UN FUTUR MASHIAH AU MILIEU DE SES AÎNÉS

Quand il eut douze ans, ses parents, selon la mitsva, se rendirent à Jérusalem pour la fête de Pessa’h avec une caravane d’autres pèlerins. La fête de Pessa’h terminée, ils s’en retournèrent chez eux. Et tandis qu’ils cheminaient, l’enfant Yeshoua remonta à Jérusalem. Ses parents le croyaient toujours dans la caravane. Après une journée de route, ils le recherchèrent parmi leur famille et ne le trouvant pas ; pleins d’angoisse, ils retournèrent le chercher en ville. Au troisième jour, ils le découvrirent assis dans le Temple, au milieu des Maîtres, les écoutant et les interrogeant. Et tous étaient attentifs et s’étonnaient qu’un enfant pût fermer la bouche aux Maîtres et aux Docteurs de notre peuple, et qu’il sût éclairer les principaux points de la Torah et les paraboles des Prophètes. Myriam, sa mère, s’approcha et dit : Pourquoi nous as-tu fait cela, mon enfant ? Nous étions bien inquiets et nous te cherchions. Mais Yeshoua leur dit : Pourquoi me cherchez-vous ? Ne savez-vous pas que je dois m’occuper des affaires d’Hashem ?  Scribes et pharisiens dirent : Est-ce toi, la mère de cet enfant ? Elle répondit : Oui, c’est moi. Et ils lui dirent : Tu es heureuse parmi les femmes, car D.ieu a béni le fruit de ton sein ! De gloire, de vertu et de sagesse comme la sienne, non, nous n’avons jamais vu ni entendu ! Alors, Yeshoua se leva et suivit sa mère, et il était soumis à ses parents. Sa mère conservait toutes ces choses dans son cœur. Et Yeshoua grandissait en sagesse, en âge et en grâce. À lui la gloire aux siècles des siècles. Amen ! (Bessora du « Pseudo » Toma 19 :1-5)