L’ORIGINE ET LES DIFFÉRENTES SOURCES DE LA LITTÉRATURE CLÉMENTINE

 

PRÉSENTATION

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Le récit apocryphe du nom « Roman Pseudo-Clémentin » est, comme son nom l’indique, attribué à Clément de Rome, un personnage historique ayant vécu à la fin du 1er siècle ; le Roman se présente comme étant une forme de son autobiographie.

 

Qui est Clément ? Irénée de Lyon présente Clément comme étant le troisième successeur de Pierre à la tête de la communauté de Rome. (Contre les hérésies, 3, 3) ; à contrario, le Roman Pseudo-Clémentin, en fait son successeur direct. À noter que sous le nom de Clément ont circulé plusieurs écrits pseudépigraphiques, soit des textes [judéo-chrétiens ou non] ayant utilisé faussement le nom de Clément pour exposer leurs doctrines ou autres… Par conséquent, la rigueur et l’analyse doivent être de mises en ce qui concerne la littérature dite clémentine ; nous rejoignons ainsi, l’avis de Charlotte Touati sur le sujet : Puisque des éléments sont clairement fictifs dans ce Roman, il devient alors délicat de faire le tri entre ce qui est vraiment historique, et ce qui ne l’est pas. (Pierre et Simon dans le Roman Pseudo-Clémentin, Notes critiques de Charlotte Touati)

 

Les Pseudo-Clémentines doivent donc être considérés comme une "énigme" littéraire et historique qui selon l’ensemble des chercheurs sur le sujet, n’est pas encore résolue. En effet, ni la date de rédaction, ni l’auteur ne peuvent être déterminés de façon précise et seule une analyse minutieuse du corpus permettraient éventuellement aux spécialistes d’avancer certaines estimations. Ce que la recherche actuelle nomme donc « Corpus Pseudo-Clémentin » consiste essentiellement en deux versions d’une intrigue jugée "romanesque" ayant pour auteur, un disciple de Jésus portant le nom de Clément.  

 

Les Écrits pseudo-clémentins comprennent ainsi, deux ouvrages probablement indépendants au départ : les Homélies et les Reconnaissances. À noter que la recherche antérieure (1) s’est traditionnellement attachée à déconstruire les textes pour en comprendre la genèse ou pour en extraire des informations sur l’histoire du judéo-christianisme primitif. Néanmoins, le chercheur, Dominique Côté a préféré traiter les Homélies et les Reconnaissances comme étant des entités totalement achevées, capables de subir une analyse globale.