CHAPITRE 27

Pour l'instant, 11 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

11.     Iéshoua’ se tient devant le procurateur. Le procurateur l’interroge et dit : Toi, es-tu le roi des Iehoudîm ? Iéshoua’ dit : Toi, tu le dis. 

 

 

  • Iéshoua’ se tient devant le procurateur : devant Pilatus [Ponce Pilate en français].

 

 

  • Le procurateur l’interroge et dit : Toi, es-tu le roi des Iehoudîm : Pilatus a demandé au Rabbi de Natzeret s’il était le Mashiah attendu par Israël ? Le concept du Mashiah dans le Judaïsme étant la représentation d’un véritable Roi, d’un homme politique agissant de ce monde concret… La description de Yeshoua dans les ֤Évangiles est en parfait adéquation avec ce schéma de pensée et par conséquent, celle-ci va à l’encontre de toutes les interprétations chrétiennes faisant de Jésus, un Roi uniquement dans le Ciel.

 

 

  • Iéshoua’ dit :  Toi, tu le dis : d’une façon un peu détournée, Rabbi Yeshoua confirme bien être le Mashiah attendu par le Am Israël devant Pilatus. En effet, il est intéressant de noter que l’expression "toi, tu le dis" laisse planer quelque peu le doute sur sa royauté… Or, cela s’explique par le fait que Rabbi Yeshoua savait qu’il allait [et devait] mourir par décret divin, le peuple Juif n’ayant pas téchouva ; en conséquence, il ne l’a pas déclaré ouvertement à Pilatus pour ne pas accorder du crédit aux accusations Juives saducéennes : Si tu le relâches, tu n'es pas ami de César. Quiconque se fait Roi se déclare contre César. (Yohanan 19 :12).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

18.     Oui, il savait qu’ils l’avaient livré par envie. 

 

  • Oui, il savait : on parle de Pilatus

 

  • qu’ils l’avaient livré par envie : du grec "phthonos"…

 

Voici la définition du mot grec "phthonos" :

  • dans le sens, d’être poussé à la jalousie.

  • envier : éprouver envers quelqu’un un sentiment d'envie soit qu'on désire ses biens, soit qu'on souhaite être à sa place.

Car il savait que c'était par envie que les principaux cohanim l'avaient livré. (Marcos 15 :10)

En plus, voici également la définition du mot grec d’origine "phtheiro" :

  • dans un sens moral : corrompre, dépraver

  • écarter une communauté d’une état de sainteté dans lequel il est souhaitable qu'elle demeure.

Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. (1 Corinthiens 15 :33)

 

COMMENTAIRE N°1

Pour mieux comprendre cette hostilité, nous pourrons nous inspirer du Likouté Moharan de Rabbi Na’hman de Breslev.

Le Tsadik de vérité possède une force d'attraction susceptible d'attirer à lui le monde entier, afin de le rapprocher du Saint Béni soit-Il et de la Torah. Or, la raison pour laquelle, les gens sont éloignés de lui et que tous ne sont pas attirés vers lui, résulte de la force centrifuge qui s’oppose à la force d’attraction des Tsadikim. En effet, il y a des gens dont les paroles et les actions créent une déconnexion et obligent à s’éloigner du Tsadik de vérité. Le renforcement de la force centrifuge est causé principalement par l’orgueil, la suffisance et l’honneur ; l’homme craignant que son honneur soit mis à mal et qu’il soit méprisé quand il se rapprochera de la vérité. C’est pourquoi celui qui veut connaitre la pure vérité abaissera son esprit sincèrement, il se souviendra vraiment de son insignifiance et de sa bassesse ; de ce qui lui est arrivé depuis sa naissance et quand il ressentira vraiment sa bassesse, alors la vérité se dévoilera certainement à lui, la force d’attraction reprendra le dessus sur la force centrifuge et l’homme sera attiré avec un grand zèle chez le Tsadik de vérité. (Torah n°70 du Likouté Moharan I) 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

45.     Dès la sixième heure, la ténèbre vient sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure. 

 

 

  • Dès la sixième heure : Yeshoua ayant été crucifié au Mont Golgotha à la troisième heure.

 

COMMENTAIRE N°1

 

La Torah spécifie un moment particulier pour faire le sacrifice de Pessa'h.

 

Ce sera un agneau sans défaut, mâle, âgé d'un an ; vous pourrez prendre un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu'au quatorzième jour de ce mois et toute l'assemblée d'Israël l'immolera entre les deux soirs. (Shemot 12 :5-6)

 

L'hébreu pour l’expression "entre les deux soirs" est bein ha-arbayim signifiant littéralement "entre les soirées" … Or, voici les commentaires de la Mekhilta : Voici, il est dit : Là, tu sacrifieras l'offrande de Pessa’h au soir. Je pourrais prendre cela littéralement, c'est-à-dire le soir mais l'Écriture continue en disant : au moment où vous êtes sorti d'Égypte. Quand Israël est-il sorti d’Egypte ? Après les six heures de la journée. (Mekhilta de Rabbi Yichmaël, Tractate Pis’ha, chap. 5, traduit par Yaakov Z. Lauterbach, Jewish Publication Society, p. 30)

 

Regardons également le commentaire du Ramban.

 

Ainsi, l'Écriture nous enseigne que nous devons faire l'offrande de la Pâque au milieu des arbayim car le temps prescrit par la Torah pour l'abattage de l'offrande de Pessa’h est à partir de la sixième heure du jour jusqu'au commencement du coucher du soleil. (Ramban, Shemot, traduit par Rabbi C. Chavel , Shilo Publishing House,  p. 123)

 

Or, toutes ces références sont extrêmement intéressantes car comme on le voit, l'Évangile de Matityahou déclare que c'était l'heure exacte où Yeshoua, notre Pessa’h (1 Corinthiens 5 :7) était au mont Golgotha.

 

 

  • la ténèbre vient sur toute la terre : une obscurité surnaturelle car le soleil symbolise la royauté de la maison de David. (Rachi sur Amos 8 :9). Et de même, Yeshoua s'est voilé en ce jour, les ténèbres symbolisant le deuil. (Rachi sur Amos 8 :10).

 

En ce jour-là, dit le Seigneur, l'Éternel, Je ferai coucher le soleil à midi et j'obscurcirai la terre en plein jour (…) Je mettrai le pays dans le deuil comme pour un fils unique et sa fin sera comme un jour d'amertume. (Amos 8 :9-10)

 

COMMENTAIRE N°2

 

Dans la tradition Juive, il est enseigné que lorsque un Tsadik meurt, le Ciel est en deuil et le fait savoir par l’apparition de l’obscurité.

 

Selon le Talmud, ce fut d’ailleurs le cas pour la mort de Rabbi Yohanan et pour celle du roi Yoshiyahou tout comme dans les Écrits Nazaréens, ce fut le cas pour Yeshoua.

 

Quand Rabbi Yohanan est décédé, le Rav Its’hak ben Eléazar a ouvert son éloge funèbre pour lui comme suit : Aujourd'hui est aussi difficile pour le peuple Juif que le jour où le soleil se couche à midi, comme il est écrit : Et il arrivera un jour, dit le Seigneur D.ieu, où je ferai descendre le soleil à midi et que j'obscurcirai la terre en temps clair. Et je transformerai vos fêtes en deuil et toutes vos chansons en lamentations. (…). ( Amos 8: 9-10 ). Et Rabbi Yohanan dit : C'était le jour où le Roi Yoshiyahou été tué (II Divré Hayamim 35 :20-24). Cela démontre que la personne la plus juste de la génération est décrite comme le soleil. (Moed Katan 25b)

Le Prophète Amos a fait l'éloge de Yoshiyahou, déclarant : Il arrivera en ces jours, dit le Seigneur D.ieu, que je ferai descendre le soleil à midi et que j'obscurcirai la terre un jour de lumière. (Amos 8 :9-10). Rabbi Yohanan a déclaré que ce verset faisait référence au jour de la mort du Roi Yeshayahou. Yoshiyahou avait commencé à égayer les yeux d'Israël par ses directives afin d’augmenter l'étude communautaire de la Torah. S'il avait vécu plus longtemps, il aurait considérablement augmenté la quantité de Torah [connaissance] de son temps… Cependant, les péchés de la génération étaient grands et la lampe d'Israël était obscurcie. (Haamek Sheilah sur Sheiltot d'Rav Achai Gaon, Kidmat HaEmek, Partie I, 8: 5)

Comme nous l’avons compris, il suffit simplement de comparer ces références de la tradition Juive avec la mort de notre Rabbi.

 

  • jusqu’à la neuvième heure : cette phrase suggère l'heure, un point entre le déclin du soleil à l'ouest et son coucher, environ 15 heures. Au sein du Temple, la journée était divisée en quartiers, le quart entre 12h et 15h était appelé "la petite oblation" du soir, tandis que celui entre 15h et 18h était appelé la principale "oblation du soir" … Par conséquent, "entre les soirées" signifie entre ces deux périodes, ou 15 heures. La neuvième heure où Yeshoua a été tué serait donc 15 heures, en même temps que l'agneau avait été tué en Egypte. (Joseph Good, Rosh Hashana et le Royaume Messianique à venir, p. 19)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

48.     Vite, l’un d’eux court, prend une éponge, la remplit de vinaigre, la met sur un roseau et lui donne à boire. 

 

 

  • Vite, l’un d’eux court, prend une éponge, la remplit de vinaigre : Boaz parla à Routh du Roi Messie : Approche, approche du Royaume et mange de notre pain, c’est le pain du Royaume et trempes le dans le vinaigre, ce sont les souffrances du Mashiah comme il est dit : Et c’est pour nos péchés qu’il a été meurtri. (Yeshayahou 53 :5) (Routh Rabah 5 :6) 

 

 

  • la met sur un roseau et lui donne à boire : comme cela avait été prophétisé : Ils mettent du fiel dans ma nourriture et pour apaiser ma soif, ils m'abreuvent de vinaigre. (Téhilim 69 :21).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

51.      Et voici, le voile du sanctuaire se déchire en deux de haut en bas, la terre se séisme, les rochers se fendent.

 

 

  • Et voici, le voile du sanctuaire se déchire en deux de haut en bas : le voile s'est déchiré pour prophétiser que Titus viendrait profaner le Saint des Saints, avant de le détruire et en effet, Titus blasphéma et profana le nom du Ciel en prenant une prostituée, en entrant dans le Saint des saints et en étalant sur le sol un rouleau de Torah sur lequel, il se vautra puis il prit un glaive et déchira le voile. (Guittin 56b)

 

COMMENTAIRE N°1

Quarante ans avant la destruction du Temple, le tirage au sort n'est pas venu dans la main droite, ni le ruban de couleur rouge n'est devenu blanc, et la lampe occidentale [de la Ménorah] n'a plus brûlée et les portes du Temple s'ouvraient d'elles-mêmes, jusqu'à ce que Rabban Yohanan Ben Zakkai les réprimandât, disant : Temple ! Temple ! Pourquoi veux-tu nous alarmer ? Je sais que tu seras détruit, car Zekharia ben Ido a déjà prophétisé à ton sujet : Liban, ouvre tes portes, Et que le feu dévore tes cèdres ! (Zekharia 11 :1). (Yoma 39b)

Est-ce un hasard si depuis l’année où Yeshoua fut condamné à mort, D.ieu n’a plus agréé les sacrifices communaux offerts à Yom Kippour et que le Temple, quarante ans plus tard, a "bugué" et fut détruit par les romains ?  Certainement pas…

Selon un angle Nazaréen, puisqu'ils ont laissé les vêtements du Tsadik de vérité être tiré au sort par Edom et n'ont pas eu pitié de lui, mesure pour mesure, le sort n’allait plus dans la main droite, représentation de la bonté. Et puisqu'ils ont fait couler le sang du Tsadik, mesure pour mesure, le korban de Kippour n'était plus accepté. Et puisqu'ils ont éteint le Tsadik de vérité qui est la lumière du monde, mesure pour mesure, la lampe de la ménorah ne brûlait plus. Et puisqu'ils ont détruit le corps du Tsadik de vérité, qui est le Temple de la génération, mesure pour mesure, le Temple de Jérusalem a ouvert ses portes pour accueillir les ennemis d'Israël.

 

  • la terre se séisme, les rochers se fendent : la Création a énormément souffert de la perte d’un Tsadik du calibre de Yeshoua et par conséquent, celle-ci s’est exprimée en vacillant par des séismes comme c’est écrit : La terre chancelle comme un homme ivre, elle vacille comme une cabane ; son péché pèse sur elle, elle tombe et ne se relève plus. (Yeshayahou 24 :20)