CHAPITRE 20

Pour l'instant, 1 verset est actuellement disponible pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

28.     Ainsi le fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir, pour donner son être en rançon pour beaucoup. 

 

  • Ainsi le fils de l’homme : cela fait référence au Mashiah, selon la description du Livre de Daniel : Je regardai pendant mes visions nocturnes et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu'un de semblable à un fils de l'homme ; il s'avança vers l'Ancien des jours et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne ; tous les peuples, les nations et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point et son règne ne sera jamais détruit. (Daniel 7 :9-14)

 

 

  • n’est pas venu pour être servi, mais pour servir : dans le sens, où le Mashiah est venu pour servir toute l’humanité afin de l’amener à sa réparation ultime… Malheureusement, pour ce faire, le Rabbi de Natzeret devait aller jusqu’au bout de sa mission et mourir afin de justifier le Am Israël et tous ceux qui voudraient bien s’attacher à lui comme il est écrit : par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes et il se chargera de leurs iniquités. (Yeshayahou 53 :11).

 

 

  • pour donner son être en rançon pour beaucoup : pour beaucoup de monde, Yeshoua n'est pas le Mashiah promis puisqu'il n'a pas accompli les prophéties messianiques. En effet, selon le Tanakh, le Roi Messie doit apporter la victoire à Israël sur tous ses ennemis, amener la résurrection des morts, rassembler le peuple d'Israël dispersé, etc… Or, en réalité, la chose est moins bien connue mais le Judaïsme enseigne deux Mashiah : un Mashiah ben Yossef [un Messie souffrant] et un Mashiah ben David. Comme nous l’avons compris, une partie d'Israël distingue donc le Mashiah ben Yossef et le Mashiah David. En vérité, il s'agit d'une unique personne endossant deux missions différentes comme l’enseigne d’ailleurs Rabbi Na’hman dans le ‘Hayé Moharan. Dans le même élan, comme l’Apôtre Shaoul le précisera, la Torah Écrite comme la Torah Orale annoncent que le Roi Messie devait d'abord souffrir, être rejeté du peuple, mourir, disparaître puis revenir…

 

COMMENTAIRE N°1

 

En termes plus grossiers, voici la vie de Yeshoua : un Tsadik, un Rabbi s'élève parmi le peuple d'Israël, il obtient l'âme messianique par Hashem ; à la suite de cela, il meurt pour faire l'expiation des péchés, ressuscite, se cache au regard d'Israël, puis se dévoile à nouveau à la fin de l'histoire afin d'amener la délivrance à son peuple et au monde… Conclusion, nous attendons tous le Mashiah, soit le second dévoilement de Yeshoua en tant que Mashiah ben David.

Nous pourrons également nous inspirer des enseignements du Kol HaTor pour mieux appréhender l’union des deux Messies.

Dans nos actions et dans nos prières, nous aidons Mashiah ben Yossef et en agissant ainsi de toutes nos forces, lorsque l'éveil vient d'en bas, nous réaliserons l'unité de Mashiah ben Yossef et de Mashiah ben David qui sont l'arbre de Yossef et l'arbre de Yéhouda. Au début, ils seront entre vos mains individuellement, puis ils seront unis dans ma main… L'unité des deux est le fondement de l'unité du Saint Béni soit-Il et la Shekhina, ainsi ce sera l'achèvement de la rédemption. (Yehezqel 37 :19). (…) La rédemption entière dépend de l'unification des deux morceaux de bois : le bois de Yossef et le bois de Yéhouda. Ce sont les deux Messies : Mashiah ben Yossef et Mashiah ben David ; au début, lorsque la rédemption commencera naturellement d'en bas, ce seront des individus séparés dans votre main mais ensuite, ils deviendront un dans ma main. (Yehezqel 37 :19). La main de D.ieu signifie, miraculeusement, à l'aide des nuées du ciel. (…) Les yeux du Seigneur ton D.ieu sont toujours là-dessus, du début de l'année jusqu'à la fin de l’année. (Devarim 11 :12) ; le mot "yeux" au pluriel fait référence aux deux meshi’him. Le début de l'année fait référence au Mashiah ben Yossef, la qualité du din et la fin de l'année fait référence au mois de la miséricorde, au Mashiah ben David, la qualité du ‘hessed. (…) Je susciterai un germe juste de David. (Yrmeyahou 23 :6). Un germe juste fait référence au premier Mashiah : le Mashiah ben Yossef. Comme le trône de David, comme expliqué ci-dessus, il prépare la voie au Mashiah ben David. Nous sommes obligés de prier (…) par conséquent, nous nous concentrons dans la Amida car on trouve les mentions de : "la pousse de David" et "élevez la corne du salut [keren Yeshoua]"… Tout ceci est révélé dans le mystère de l’expression "les cornes d'un bœuf [Yossef]"… À la fin de la bénédiction, il est donc dit : "matsmia’h keren yeshoua" qui, en guématria, équivaut à 741 soit la guématria de "Mashiah ben Ephraïm [Yossef]"…  (Enseignements du Kol HaTor)

Étonnamment, la notion d’un Mashiah qui se "voile et se dévoile" a été récupéré par la ‘Hassidout ‘Habad concernant le Rabbi de Loubavitch… Or, ce concept est enseigné par les Juifs Nazaréens [et non par les chrétiens] et existe depuis plus de 2000 ans.

Tout ceci est enseigné explicitement dans Yeshayahou au chap. 53.

 

Ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme puni, frappé de D.ieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. (…). L'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. (…) Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours et l'œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. À cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes et il se chargera de leurs iniquités. C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'il a intercédé pour les coupables. (Yeshayahou 53 :1-12).

 

Dans le Gan Eden, un palais est appelé le "palais des fils de la maladie" ... Le Messie entre dans ce palais et rassemble chaque douleur et chaque châtiment d'Israël. Tout cela vient reposer sur lui et s'il ne les avait pas pris sur lui-même, aucun homme n'aurait été capable de porter les châtiments d'Israël pour la transgression de la Torah car il est écrit : Certainement ce sont nos maladies qu'il a portées. (Yeshayahou 53 :4). (Zohar II, 212a)

 

À propos du Mashiah, la Guémara demande : Quel est son nom ? (…) Son nom est le lépreux (…) ainsi qu'il est dit : Certes, ce sont nos maladies qu'il a portées et nos souffrances qu'il a subies et nous le considérions comme un lépreux, frappé par D.ieu, humilié. (Yeshayahou 53 :4). (Sanhédrin 98b)

 

Évidemment, Yeshayahou chap. 53 est une référence au Mashiah ben Yossef. En complément, dans la Guémara, il est également fait mention du verset suivant : Et le pays sera en deuil, chaque famille à part. (Zekharia 12 :12) comme se rapportant au Mashiah ben Yossef qui sera tué. (Soukka 52a). Dans d’autres références de la Torah Orale, on parle également de la disparition du Rédempteur d'Israël puis de sa réapparition : Moshé est apparu aux Israélites, a disparu et est finalement apparu une fois de plus, et il se passera la même chose avec le rédempteur final : Il va apparaître, disparaître et apparaître à nouveau. (Midrash Bamidbar Rabah 11). Sa royauté sera jetée pour un temps : comme le premier rédempteur, le dernier rédempteur sera caché, puis reviendra et sera révélé. (Yalqout Shimoni Routh 2).

 

Un autre Midrash, moins connu également, présente le Messie dans son premier rôle de Sauveur personnel : Le Saint Béni soit-Il commencera à discuter avec lui et lui dira : les péchés viendront bientôt sur toi comme un joug de fer et ils te rendront comme ce veau dont les yeux furent affaiblis. Et ils étoufferont ton esprit avec un joug et ta langue sera bientôt attachée à ton palais par leurs péchés. Le veux-tu ? (...) Si ton âme est troublée, j’enlèverai les malheurs dès maintenant. Le Mashiah lui dira : Maître des mondes, c’est avec joie et réjouissance en mon cœur que je l’accepte pour qu’aucun en Israël ne soit perdu ; et seront sauvés en mes jours, non seulement ceux qui vivent mais aussi ceux qui sont dissimulés dans la poussière ; seront sauvés en mes jours non seulement ceux qui meurent mais aussi tous ceux qui sont morts depuis le premier Adam jusqu’à maintenant ; et pas seulement eux mais aussi les morts nés et pas seulement les morts nés mais aussi ceux qui sont montés dans ta pensée pour être créés mais qui ne l’ont pas encore été. Si c’est ainsi, je le veux ; si c’est ainsi, j’accepte le joug sur moi. (...) Concernant ce moment, David pleura et dit : Ma force se dessèche comme l’argile. (Téhilim 22 :15). Lorsque ce moment viendra, le Saint Béni soit-Il lui dira : Ephraïm, Mashiah, ma justice, tu l’as déjà accepté [cette souffrance] depuis les six jours du commencement et maintenant, ta douleur sera mienne. (Pesiqta Rabbati 161-162)