CHAPITRE 18

Pour l'instant, 4 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13.     Et s’il arrive à le trouver, amén, je vous dis, il se réjouit pour lui plus que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne sont pas égarés.

 

  • Et s’il arrive à le trouver, amén, je vous dis : au moment où la brebis [le fauteur] fait téchouva…

 

 

  • il se réjouit pour lui plus : elle cause plus de joie à Hashem que les quatre-vingt-dix-neuf qui ne se sont pas égarées.

 

 

  • que des quatre-vingt-dix-neuf qui ne sont pas égarés : et ainsi, on comprend mieux pourquoi Rabbi Abbahu a soutenue l’idée selon laquelle, les repentants sont supérieurs aux tsadikim, comme Rav dit : À l'endroit où se trouvent les baalé téchouva, même les tsadikim ne peuvent pas se tenir ! (Sanhédrin 99a)

 

COMMENTAIRE N°1

Voici également les propos du Rav Ron Chaya sur les baalé téchouva.

Le baal téchouva doit se battre durant toute sa vie contre les images du passé, c’est pour cela qu’il a plus de mérites que le tsadik qui n’a pas goûté au péché et qui n’a donc pas ces images du passé qui le hantent. De plus, l’effort qu’a fourni le baal téchouva pour se repentir est souvent considérable et en effet, beaucoup se battent contre leur famille, leurs amis, etc… Il faut savoir que tout cela leur procure un mérite que le tsadik parfait n’a pas. Or, il faut également savoir que ce n'est que grâce à la téchouva que le Mashiah viendra ; or, comment peut-il y avoir de la téchouva s'il n'y a aucun péché auparavant ? Quelque part, il est donc normal qu'il y ait des péchés et de telles tentations… Hashem nous propose la grande mitsva de faire téchouva, qui est la raison même pour laquelle le monde a été créé. Et comme nous l’avons dit, c'est la mitsva qui amènera le Mashiah et c'est celle qui nous rend plus grand qu'un Tsadik ! Hashem nous aime beaucoup et il nettoie tous nos péchés si la téchouva est vraiment sincère, alors que le Baal Téchouva s’investisse dans la Torah jour et nuit, et il pourra même devenir un très grand Tsadik du peuple d'Israël. (Rav Ron Chaya)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

15.     Si ton frère faute, va, blâme-le entre toi et lui seul. S’il t’entend, tu auras gagné ton frère.

 

  • Si ton frère faute, va, blâme-le entre toi et lui seul : lorsqu’on a vu, une fois seulement, quelqu’un faire une faute grave [une avéra] et qui est connue de tous, l’unique solution qui nous est proposé est d’aller faire une remontrance en douceur à cette personne. (Lois de Chémirat HaLachon du ‘Hafets Haïm, chap. 4, halakha 5)

 

 

  • S’il t’entend, tu auras gagné ton frère : et si quelqu'un parmi vous s'est égaré loin de la vérité, et qu'un autre l'y ramène, qu'il sache que celui qui ramènera un pécheur de la voie où il s'était égaré sauvera une âme de la mort et couvrira une multitude de péchés. (Yaakov 5 :19-20)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

16.     S’il n’entend pas, prends avec toi encore un ou deux, pour que ’sur la bouche de deux ou trois témoins toute parole s’appuie. 

 

  • S’il n’entend pas, prends avec toi encore un ou deux : lorsqu’on a vu, une fois seulement, quelqu’un faire une faute grave [une avéra] et qui est connue de tous, l’unique solution qui nous est proposé est d’aller faire une remontrance en douceur à cette personne. Si par contre, cette personne n’accepte pas la remontrance on a plusieurs possibilités dont aller voir les Juges de la ville, si on est deux témoins. (Lois de Chémirat HaLachon du ‘Hafets Haïm, chap. 4, halakha 5)

 

 

  • pour que ’sur la bouche de deux ou trois témoins toute parole s’appuie : et effectivement, selon la Torah, un seul témoin ne suffira pas contre un homme pour constater un crime ou un péché, quel qu'il soit ; un fait ne pourra s'établir que sur la déposition de deux ou de trois témoins. (Devarim 19 :15)

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

17.     S’il refuse de les entendre, dis-le à la communauté ; et s’il refuse d’entendre même la communauté, il sera pour toi semblable à un goï et à un gabelou.

 

  • S’il refuse de les entendre, dis-le à la communauté : lorsqu’on a vu, une fois seulement, quelqu’un faire une faute grave [une avéra] et qui est connue de tous, l’unique solution qui nous est proposé est d’aller faire une remontrance en douceur à cette personne. Si par contre, cette personne n’accepte pas la remontrance on a plusieurs possibilités dont aller voir les Juges de la ville, si on est deux témoins ; rapporter la faute aux proches de la personne qui a fauté, si on est certain que nos propos soient totalement acceptés et que notre intention est pure ; il en est de même pour le Rav ou le confident de la personne qui a fauté, s’ils peuvent avoir plus d’influence que nous-même. En revanche, les proches, le Rav ou encore le confident n’ont pas le droit de rapporter à d’autres nos propos. (Lois de Chémirat HaLachon du ‘Hafets Haïm, chap. 4, halakha 5)

 

 

  • et s’il refuse d’entendre même la communauté : cela fait référence au Rav [ou le dirigeant] d’une communauté, d’autres pieux Nazaréens ancrés dans la Torah ou encore certains de ses proches [également ancrés dans la Torah].

 

 

  • il sera pour toi semblable à un goï et à un gabelou : tel un païen ou un publicain, des gens réputés pour être des fauteurs.