CHAPITRE 11

Pour l'instant, 3 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.     Et c’est, quand Iéshoua‘ achève de donner des instructions à ses douze adeptes, il s’éloigne de là pour enseigner et clamer dans leurs villes.

 

 

  • Et c’est, quand Iéshoua‘ achève de donner des instructions à ses douze adeptes : cela fait référence aux douze Apôtres.

 

 

  • il s’éloigne de là pour enseigner : comme Rabbi.

 

 

  • et clamer dans leurs villes : du grec "kerusso" …

 

Voici la définition du mot grec "kerusso" :

  • publier : rendre une annonce publique, la faire connaître officiellement ; de nos jours, cela peut être par voie d'affichage, d'impression, via internet, etc…

  • prêcher : annoncer la parole de D.ieu sous forme de sermon,

  • crier : pousser des cris sous l'effet d'un appel divin ou d'une sensation spirituelle intense,

  • proclamer ouvertement à la manière d'un héraut : dans les milieux grecs et romains, il s’agissait par exemple d’un messager chargé de porter les ordres du roi, de partager diverses annonces dans les assemblées et/ou de déclarer la guerre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée [kerusso] dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matityahou 24 :14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

14.     Et si vous voulez accueillir ceci : voici, c’est lui, Élyahou qui vient.

 

 

  • Et si vous voulez accueillir ceci : si vous voulez bien le recevoir, ouvrir votre cœur et l’entendre [par la émouna] … 

 

COMMENTAIRE N°1

 

Elyahou est un concept extrêmement élevé dans le Judaïsme et ainsi, afin de le percevoir, il faut savoir ouvrir son cœur ; voilà pourquoi le Mashiah précise : si vous voulez bien accueillir ceci… En effet, bien qu’il ne s’agisse pas d’Elyahou en soi, Yohanan HaMatbil avait revêtu toutes les caractéristiques nécessaires pour l’annonce messianique et par conséquent, du rôle d’Elyahou HaNavi prophétisé par Malakhi. (Malakhi 4 :5). Or, en ouvrant notre cœur, on pourrait s’apercevoir qu’Elyahou [le vrai] n’étant pas mort, n’est jamais vraiment loin et bien sûr, celui-ci était présent et manifeste dans la vie de Yohanan HaMatbil.

 

Voici une histoire rapportée par le Rav Ifra’h concernant le sujet.

Les élèves du Baal Chem Tov avaient remarqué une habitude étonnante propre à leur maître : celle de fermer la porte de sa chambre et de se mettre à parler, alors que personne ne s’y trouvait. Un jour, l’un des étudiants interrogea le Tsadik quant à cette étonnante pratique. Celui-ci lui répondit : Je ne parle pas seul, je dialogue avec Elyahou HaNavi. Les élèves étaient stupéfaits. Le Rav parvenait donc à parler à cette immensité qu’est le prophète Elyahou !! Et quelle ne fut pas leur surprise lorsque le Baal Chem Tov ajouta : Vous aussi, vous parlez à Elyahou HaNavi et ce, tous les jours, sans le savoir… Quelques jours plus tard, les étudiants vinrent voir leur Maître pour soumettre la requête suivante :  Nous voudrions que notre Maître nous montre le Prophète lorsque celui-ci s’adresse à nous. C’est ainsi que quelques jours plus tard, un vendredi, le Baal Chem Tov partit dans les champs, accompagné de ses disciples, afin de réciter min’ha guedola. Le Tsadik avait l’habitude de se rendre dans les champs pour prier min’ha guedola, pour ensuite accueillir Shabbat dans les chants. Ainsi, alors qu’ils se trouvaient dans les champs, le Tsadik demanda à ses élèves s’ils avaient une pipe, afin de fumer. Comme ceux-ci n’en avaient pas, ils partirent alentours afin de demander à des passants. Leur chemin croisa celui d’un cavalier polonais qui se trouvait là, à fumer de la pipe. Ce dernier accepta de laisser fumer le Tsadik et lui offrit même sa pipe. C’est ainsi que la discussion s’engagea entre ce polonais et le Baal Chem Tov et ils discutèrent de finances et autres. Les élèves s’éloignèrent. Puis, l’heure du Shabbat arriva et le Tsadik et le cavalier se séparèrent. La prière d’Arvit fut chantée et une fois achevée, les disciples du Baal Chem Tov rentrèrent, en sa compagnie. Sur le chemin, l’un d’eux s’écria : Rav, quant est-il de votre promesse de nous montrer Elyahou HaNavi ? Leur Maître leur répondit : Elyahou HaNavi ? Vous venez de le voir et même de lui parler ! Il s’agissait du cavalier avec la pipe ! À ces mots, les disciples restèrent pantois. Le Baal Chem Tov leur expliqua :  La vision d’Elyahou HaNavi est une vision du cœur, pas de l’intellect. Dès que l’intellect cherche à voir Elyahou HaNavi, nous ne sommes plus à même de le voir…  De nos jours, nous avons également besoin de cette vision du cœur dans notre Avodat Hashem. À nous de ne pas intellectualiser la Torah et les mitsvot mais de servir Hashem avec notre cœur ! Autrement, la Torah serait une philosophie et non une Torah de vie. Tout est là, à nous d’ouvrir les yeux et notre cœur. Sinon, à défaut de voir Elyahou, nous resterons coincés dans l’apparence extérieure. (Rav Avraham Ifra’h)

 

  • voici, c’est lui, Élyahou qui vient : comme on le sait, Yohanan HaMatbil était revêtu de la mission d’Elyahou, celle d’annoncer une grande téchouva et de préparer le peuple Juif afin qu’il puisse recevoir le Mashiah.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

25.     En ce temps, Iéshoua‘ répond et dit : Je te célèbre, Père, Adôn du ciel et de la terre, parce que tu as caché cela aux sages et aux sagaces, et que tu le découvres aux tout-petits.

 

 

  • En ce temps, Iéshoua‘ répond et dit : Je te célèbre, Père : louange du Mashiah au Maître du monde.

 

 

  • Adôn du ciel et de la terre : comme il est écrit : Avram répondit au roi de Sodome : Je lève la main vers l'Éternel, le D.ieu Très Haut, Maître du Ciel et de la terre. (Béréshit 14 :22) ou encore : Je te ferai jurer par l'Éternel, le D.ieu du Ciel et le D.ieu de la terre. (Béréshit 24 :3)

 

 

  • parce que tu as caché cela aux sages et aux sagaces : le Maître du monde a dissimulé l’identité du Mashiah aux plus grands érudits de la Torah dont nos Maîtres mais l'a révélée de façon étonnante, au ham haaretz, aux ignorants en Torah… De façon complétement folle, au travers de ce schéma est également le secret de la fête de Pessah car comme on le sait, l’afikomân est trouvé par les enfants.

 

 

  • et que tu le découvres aux tout-petits : et même au sujet de la prophétie, il est dit : Rabbi Yohanan enseigne que le don de prophétie a été donné aux idiots et aux nourrissons. (Baba Batra 12b). En termes plus simples, les plus belles perles de la Torah réservées aux érudits ont été données au grand public comme il est également écrit : Considérez, frères, que parmi vous qui avez été appelés il n'y a ni beaucoup de sages selon la chair, ni beaucoup de puissants, ni beaucoup de nobles. Mais D.ieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; D.ieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes et D.ieu a choisi les choses viles du monde et celles qu'on méprise, celles qui ne sont point, pour réduire à néant celles qui sont, afin que nulle chair ne se glorifie devant D.ieu. (1 Corinthiens 1 :26-29)