CHAPITRE 6

Pour l'instant, 1 verset est actuellement disponible pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

12.     Ils sortent clamer le retour.

 

 

  • Ils sortent : cela fait référence aux douze Apôtres.

  • clamer : du rec "kerusso" …

 

Voici la définition du mot grec "kerusso" :

  • publier : rendre une annonce publique, la faire connaître officiellement ; de nos jours, cela peut être par voie d'affichage, d'impression, via internet, etc…

  • prêcher : annoncer la parole de D.ieu sous forme de sermon,

  • crier : pousser des cris sous l'effet d'un appel divin ou d'une sensation spirituelle intense,

  • proclamer ouvertement à la manière d'un héraut : dans les milieux grecs et romains, il s’agissait par exemple d’un messager chargé de porter les ordres du roi, de partager diverses annonces dans les assemblées et/ou de déclarer la guerre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée [kerusso] dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matityahou 24 :14)

 

  • le retour : la téchouva [la repentance en français].

 

COMMENTAIRE N°1

Qu’est-ce que le téchouva ? Pour faire simple, la téchouva en français, c’est la repentance, c’est le fait d’abandonner sa faute et de se résoudre à ne jamais récidiver, comme il est dit : Que le pervers abandonne sa voie. (Yeshayahou 55 :7) ; l'appel à la repentance a toujours été et sera toujours l'un des messages centraux de la Torah et plus précisément, de tous les grands Prophètes. En réalité, il s’agit de la clé du succès dans la Avodat Hashem et c’est ce que souhaitait partager Yohanan HaMatbil comme il est dit : Yohanan parut, immergeant dans le désert et prêchant une immersion pour la téchouva, pour la rémission des péchés. (Marcos 1 :4) ou encore : Et il alla dans tout le pays des environs du Jourdain, prêchant une immersion pour la téchouva, pour la rémission des péchés. (Loucas 3 :3) 

Le Judaïsme, la religion de Yohanan HaMatbil et de Yeshoua, enseigne que la vraie repentance [téchouva] est un moyen efficace pour retrouver la paix intérieure. En effet, la repentance sincère est véritablement tout ce qui est recommandé par la Bible pour retrouver le bon chemin, c’est l'une des principales façons dont l'homme peut réellement se rapprocher de D.ieu.

 

Par exemple, le Roi David lui-même priait : Lave-moi minutieusement de mon iniquité et purifie-moi de mon péché. (Téhilim 51 :2) ou encore : Purifie-moi avec l’hysope et je serai pur. (Téhilim 51 :7) ; regardons également le Prophète Yrmeyahou ayant imploré de nombreuses fois le Am Israël de faire téchouva : Lave ton cœur du mal, ô Jérusalem, afin que tu sois sauvé. (Yrmeyahou 4 :14) et de là, il est aisé de comprendre que le message de repentance de Yohanan était le même message que tous les autres Prophètes Juifs. Pourquoi ? Car la repentance fonctionne et rapproche de D.ieu, elle permet de recevoir la délivrance totale, individuellement comme collectivement. 

 

Maintenant, posons-nous la question : le Mashiah Yeshoua est-il en accord avec le fait que la repentance soit un moyen efficace pour retrouver le pardon et la paix auprès d’Hashem ? Nous le lisons dans l’Évangile de Matityahou dans lequel, il est dit : Repentez-vous car le Royaume des Cieux est proche. (Matityahou 4 :17) et dans le même élan, Loucas nous enseigne également que Yeshoua a proclamé à tout Israël qu’il y avait plus de joie dans le Ciel pour un pécheur qui se repentait que pour plus de quatre-vingt-dix-neuf justes qui ne se repentaient pas. (Loucas 15 :7). N’est-ce pas extraordinaire ? De même, Rav Adda bar Ahava a dit : Une personne qui commet une transgression, qui se confesse mais ne se repent pas de son péché, à quoi est-elle comparable ? À une personne qui tient dans sa main un animal rampant mort, ce qui la rend rituellement impur et même si elle se plongeait dans toutes les eaux du monde, son immersion serait inefficace pour elle tant que la source de son impureté resterait dans sa main. Cependant, si elle a jeté l'animal de sa main, une fois qu'elle s'est immergée dans un bain rituel, l'immersion est effective immédiatement pour elle comme il est dit : Celui qui couvre ses transgressions ne prospérera pas mais celui qui les avoue et les abandonne obtiendra miséricorde. (Mishlei 28 :13) ; autrement dit, la confession seule est futile mais celui qui abandonne réellement ses transgressions recevra miséricorde. (Taanit 16a)

 

Quel est le but de tous ces messages de téchouva ? C’est que la repentance est une vérité éternelle, un moyen efficace de retrouver le bon chemin ! Puissions-nous tous l’emprunter.