CHAPITRE 24

Pour l'instant, 3 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

46.     Il leur dit : Il est écrit ainsi que le messie souffrirait, puis se relèverait d’entre les morts, au troisième jour.

 

 

  • Il leur dit : Il est écrit ainsi que le messie souffrirait : dans le Livre de Yeshayahou au chap. 53 (et autres) comme cela est également relaté dans la Torah Orale.  

 

Cependant, ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme puni, frappé de D.ieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie et l'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. Il a été maltraité et opprimé et il n'a point ouvert la bouche, semblable à un agneau qu'on mène à la boucherie, à une brebis muette devant ceux qui la tondent ; il n'a point ouvert la bouche. Il a été enlevé par l'angoisse et le châtiment et parmi ceux de sa génération, qui a cru qu'il était retranché de la terre des vivants et frappé pour les péchés de mon peuple ?  (Yeshayahou 53 :4-8)

 

COMMENTAIRE N°1

 

Au-delà des prophéties claires et extrêmement révélatrices de Yeshayahou, il est également enseigné par les rabanim que le Mashiah ben Yossef souffrira pour les péchés du peuple d’Israël ; le concept n’est pas donc chrétien mais bien Juif kasher. Par exemple, on pourra s’inspirer du témoignage de Rabbi Moshé Alshich sur la grandeur et de la souffrance du Mashiah ben Yossef lié au Sefer Devarim.

 

Les meilleurs produits de la terre et de ce qu'elle renferme. Que la grâce de celui qui apparut dans le buisson vienne sur la tête de Yossef, sur le sommet de la tête du prince de ses frères ! (Devarim 33 :16)

 

Sur la tête de Yossef. Cela fait référence à Yéhochoua, le chef [la tête] qui vient de la tribu de Yossef. Et une deuxième expression dit : Sur la couronne de la tête. Qui est cette deuxième tête qui vient de Yossef ? C 'est celui distingué parmi ses frères… C’est Mashiah ben Yossef qui dans son grand mérite, est triste et porte leurs châtiments. Il montera dans la grandeur ultime, comme Yossef, qui était séparé de ses frères et qui portait leurs problèmes. Et la bénédiction repose sur "la couronne de la tête" à cause son onction messianique. (Yalqout Moshiach, Paracha Vayéhi)

 

COMMENTAIRE N°2

 

En complément des autres passages cités, il est également enseigné dans le Yalqout Moshiach que le Mashiah ben Yossef souffrira et sera tué ; voici le témoignage d’un Rav lié au Sefer Béréshit. 

 

Et il dit : Si Essav vient contre l'un des camps et le bat, le camp qui restera pourra se sauver. (Béréshit 32 :8)

 

Les "deux camps " font allusion à deux meshi’him : Mashiah ben Yossef et Mashiah ben David : le Mashiah ben Yossef sera battu [par Essav] mais "un camp s'échappera" et cela fait référence au Mashiah ben David comme il est dit dans Ovadia 1 :17 : la maison de Yaakov reprendra ses possessions. (Rabbénou Ephraïm, Yalqout Moshiach, Paracha Vayichla’h, 149 ; 84)

 

 

  • puis se relèverait d’entre les morts, au troisième jour : ceci est également relaté dans le Livre de Yeshayahou.

 

Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours et l'œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. (Yeshayahou 53 :10)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

47.     et seraient clamés en son nom le retour et la rémission des fautes, en toutes les nations, à commencer par Ieroushalaîm.

 

 

  • et seraient clamés : du grec "kerusso" …

 

Voici la définition du mot grec "kerusso" :

  • publier : rendre une annonce publique, la faire connaître officiellement ; de nos jours, cela peut être par voie d'affichage, d'impression, via internet, etc…

  • prêcher : annoncer la parole de D.ieu sous forme de sermon,

  • crier : pousser des cris sous l'effet d'un appel divin ou d'une sensation spirituelle intense,

  • proclamer ouvertement à la manière d'un héraut : dans les milieux grecs et romains, il s’agissait par exemple d’un messager chargé de porter les ordres du roi, de partager diverses annonces dans les assemblées et/ou de déclarer la guerre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée [kerusso] dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matityahou 24 :14)

 

 

  • en son nom le retour et la rémission des fautes : la téchouva [la repentance en français].

 

 

  • en toutes les nations : cela fait référence aux non-Juifs et cela rejoint ainsi, l’attitude d’Avraham Avinou comme il est dit : Et les âmes qu'ils ont faites à Haran. (Béréshit 12 :5) ; Avraham convertissait les hommes et les amenait sous les ailes la Shekhina. (Rachi) ou encore l’avis du Sifri comme il est dit : Quand D.ieu s'est révélé pour donner la Torah à Israël, il ne s'est pas uniquement révélé à Israël mais à toutes les nations. (Sifri Devarim 343) ou encore l’avis de Rabbi Méïr lequel a déclaré : D’où sait-on que même le non-Juif qui observe la Torah est comparable au Cohen Gadol ? Il est dit : Vous observerez mes lois et mes ordonnances : l'homme qui les mettra en pratique vivra par elles. (Vayikra 18 :5) ; dans la Torah, il n’est pas écrit : les cohanim, les lévites ou les Israélites mais simplement l’homme. Tu apprends de là que le non-Juif qui observe la Torah est comparable au Cohen Gadol. (Avoda Zara 3a)

 

 

  • à commencer par Ieroushalaîm : comme il est dit : Mais vous recevrez une puissance, le Rouah Hakodesh survenant sur vous et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie et jusqu'aux extrémités de la terre. (Actes 1 :8) ou encore : Car je n'ai point honte de l'Évangile : c'est une puissance de D.ieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du non-Juif. (Romains 1 :16)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

51.     Et c’est, quand il les bénit, il s’écarte d’eux ; il est enlevé au ciel.

 

  • Et c’est, quand il les bénit : par la brakhah du Birkat Cohanim.

 

  • il s’écarte d’eux ; il est enlevé au ciel : le Mashiah fut enlevé lors de Mem Ba’Omer.

 

COMMENTAIRE N°1

Mem Ba’Omer est le jour de l’ascension de notre Maître, Rabbi Yeshoua de Natzeret.

Or, Mem Ba’Omer, c’est ‘Hod chébé-Yessod : Aharon HaCohen en Yossef HaTsadik dans les codes de la Torah. Yeshoua étant Mashiah ben Yossef éleva ses mains et donna la bénédiction aaronique à ses talmidim, lorsqu’il s’éleva en cette sainte journée.

Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Yeshoua, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous.

Nous avons un grand Cohen Gadol qui a traversé les cieux, Yeshoua, le Fils de D.ieu, demeurons fermes dans la foi que nous professons. (Hébreux 4 :14)