LES LOIS DU YOM TOV

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LES LOIS DU YOM TOV

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

RÉSUMÉ

 

Les jours de Yom Tov sont les suivants :

  • les deux jours de Rosh Hashanna (le début de l'année Juive),

  • les deux premiers, et les deux derniers jours de Soukkot (la Fête des Cabanes),

  • les deux premiers, et les deux derniers jours de Pessa’h (la Fête de Pâques),

  • les deux jours de Shavouot (appelé également Pentecôte), 

  • le jour de Yom Kippour (le Jour du Pardon).

Les habitants d'Eretz Israël ne célèbrent qu'un seul jour de Yom Tov, à l'exception de Rosh Hashana qu'ils célèbrent également durant deux jours.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES HALAKHOTS

 

  • De façon générale, tout ce qui est interdit le jour de Shabbat, l'est aussi le jour de Yom Tov. Des activités telles qu’utiliser des appareils électriques, se rendre au travail, manipuler de l'argent, écrire, sont toutes interdites. La grande différence réside entre Shabbat et Yom Tov tient au fait que le jour de Yom Tov, il sera permis, sous certaines conditions détaillées plus loin, de préparer un repas, de cuire, d’allumer un feu à partir d'une flamme préexistante, de porter un objet dans le domaine public (toutes choses qui sont interdites le jour de Shabbat !).

  • Cependant, si le Yom Tov tombe un Shabbat, tous les interdits du Shabbat restent en vigueur.

 

  • Un habitant de diaspora qui vient en Eretz Israël pour y passer les Fêtes doit célébrer deux jours de fêtes, comme les habitants de son pays d'origine. Certaines personnes ont pris l'habitude de ne faire qu'un seul jour et c'est une grave erreur ! Profaner le second jour de Yom Tov en Eretz Israël n'est pas moins grave que de le profaner en diaspora. En revanche dans le cas contraire, un habitant d'Eretz Israël qui passe les Fêtes en diaspora n'aura quand même pas « le droit » d’effectuer des travaux interdits lors du deuxième jour de Yom Tov. En fait, tout ce que les Sages ont interdit à un « ben Eretz Israël » d'effectuer en diaspora le deuxième jour de Fête, ne concerne uniquement un endroit où habitent des Juifs. Si aucun Juif n'habite l'endroit dans lequel il se trouve, il sera possible de faire toutes sortes de travaux. Dans un endroit pourvu de Juifs, il convient d'être rigoureux et de n'effectuer aucune mélakha et ce, même si personne ne nous observe. Cependant, le mouktsé peut être déplacé quand on se trouve dans un endroit isolé (seul). Il est également tranché qu’un habitant d’Eretz Israël se trouvant en diaspora peut allumer une lumière électrique le deuxième jour de Fête, à condition que personne ne le voit car il n’a pas le risque d'être soupçonné de négliger le Yom Tov.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES DIFFÉRENCES

 

  • Commençons par « okhel néfech », la permission de cuisiner un plat pour Yom Tov, et même de pétrir si besoin est. En fait, on pourra cuisiner et préparer toutes sortes d'aliments, à condition de ne pas allumer de feu ou d'appareil électrique. On utilisera ainsi, à cette fin soit une « plata », soit un feu électrique, soit un four, ou encore un gaz qui seront allumés avant le Yom Tov. Il est également possible de brancher sur minuterie ces appareils, afin de les utiliser durant la Fête.

  • On peut aussi allumer un feu à partir d'une flamme déjà existante (on pourra donc allumer un feu à gaz à partir d'une flamme allumée depuis l'entrée de la Fête). Attention, il reste néanmoins interdit d'éteindre toute flamme ou tout appareil électrique pendant Yom Tov.

  • Le second soir de Yom Tov, nous allumons les bougies de la fête à partir d'une flamme déjà existante, comme par exemple à partir d’une bougie spéciale de 24 heures.  

  • Faire chauffer de l'eau est une aussi forme de cuisson. De ce fait, ouvrir le robinet d'eau chaude durant Shabbat est interdit puisqu’il provoque un afflux d'eau froide dans la chaudière afin qu'elle y soit chauffée. En revanche, il est permis d'ouvrir le robinet d'eau chaude le jour de Yom Tov, pour faire la vaisselle, se laver les mains ou une autre partie du corps. En revanche, prendre un bain ou une douche à l'eau chaude, demeure interdit.

  • On peut aussi trier le jour de Yom Tov pour s'alimenter et, à la différence du Shabbat, cette dérogation est donnée même si on retire le mauvais du bon. La seule condition à respecter est de ne pas réaliser un acte de manière plus fatigante. Par exemple, si le mauvais (pssolèt) a un plus grand volume que le bon, on choisira alors de trier le bon du mauvais, et vice versa pour le cas contraire.

  • Il est permis de porter des objets dans le domaine public, à condition que l'on en ait besoin pour le jour même. Par exemple, on ne pourra pas porter des clefs à la synagogue l'après-midi, afin de pouvoir rentrer chez soi le soir (l’usage de la « ceinture de Shabbat » est alors opportun). Il faudra cependant faire attention à ne pas transporter d'objet trop lourd, afin de ne pas se fatiguer.

  • Lorsque Yom Tov tombe un vendredi, il faudra effectuer le « Érouv Tavchiline » pour pouvoir cuire et préparer le vendredi en vue du lendemain, le Shabbat. En effet, un jour de Fête, il est interdit d’accomplir tout acte en préparation du jour suivant, même si celui-ci est Shabbat. Toutefois, les Sages ont créé un dispositif halakhique, appelé « Érouv Tavchiline », qui autorise une personne à cuire un jour de fête de la nourriture destinée à être consommée le Shabbat qui le suit immédiatement. Le « Erouv Tavchiline » autorise seulement à cuisiner du vendredi pour le Shabbat. Il ne permet pas de cuisiner d’un jour de la fête pour le suivant (comme le jeudi pour le vendredi).

  • Tout objet ne pouvant être utilisé pendant Shabbat est appelé « mouktsé ». Cet objet ne peut donc être tenu en main, ni déplacé durant Shabbat. Des exemples courants d'objets mouktsé sont les stylos, portefeuilles, bougeoirs, allumettes... La règle du mouktsé s'applique aussi au Yom Tov, avec l’exception évidente des objets servant à un travail interdit le Shabbat, mais permis le Yom Tov. Ainsi, transporter des bougeoirs, ou même une bougie allumée, est interdit le jour de Shabbat, mais permis le jour de Yom Tov.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AUTRES INFOS

 

  • Le Yom Tov, il faut prendre deux repas avec du pain, le premier le soir et le deuxième en journée. On récite le kiddoush une fois le soir, et une fois le matin. Comme pour Shabbat, il ne faut rien consommer avant le kiddoush. On fait le kiddoush sur un verre de vin ou de jus de raisin, entièrement rempli.

  • Il est interdit d'effectuer des préparations le Yom Tov pour le lendemain. Cet interdit existe même lorsque le lendemain est aussi un Yom Tov. Ainsi, il sera interdit de mettre la table, ou de faire la vaisselle le premier jour de Yom Tov pour le deuxième jour. En fait, pour Yom Tov, il est permis de préparer des aliments à condition qu'ils soient destinés à être consommés le jour même.

  • Il faut aussi s'efforcer, selon notre possibilité, de subvenir aux besoins des pauvres pour la Fête.

  • À la sortie de la Fête, on récite une Havdala abrégée, c'est-à-dire que l'on ne récite pas les bénédictions du parfum.

  • Les hommes ont l'obligation d'offrir à leur épouse un nouveau vêtement, ou un nouveau bijou en l'honneur de Yom Tov. Les enfants reçoivent des sucreries ou un nouveau jouet.

  • Il est de coutume d'avoir une plus grande diversité de plats le jour de Yom Tov que le jour du Shabbat. De même, la garde-robe de Yom Tov est traditionnellement plus élégante que celle du Shabbat.

  • Il n'est pas nécessaire de faire une « Séoudat Chélichit » (prendre un « troisième repas » en après-midi) le jour de Yom Tov comme pour le Shabbat.

  • Peut-on célébrer un mariage durant Yom Tov ? Non pas le « Yom Tov » mais oui, les jours de « Hol Hamoed ».

  • Qu’est-ce qu’un Ma’hzor ? Le Ma’hzor (« cycle ») est un Livre contenant les prières spéciales pour les Fêtes.