LES FÊTES : SOUKKOT

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LES FÊTES : SOUKKOT

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

INTRODUCTION

 

Date : du 15 au 21 Tishri.

  • La fête commence toujours à la pleine lune du mois de Tishri (15 Tishri), soit 5 jours après Yom Kippour (10 Tishri).

 

  • La fête de Soukkot dure 7 jours (2 jours de Yom Tov et 5 jours de ‘Hol Hamoed) en Israël. Le 7ème jour de Soukkot est appelé « Hoshanna Rabba ».

 

Pour Chemini Atsérét, soit le 8ème jour de Soukkot, la date est du 22 au 23 Tishri.

Pour Sim’hat Torah, la date est le 23 Tishri. 

 

Le mot « soukkot » signifie « cabanes » en souvenir des habitations dans lesquelles, nos ancêtres résidèrent dans le désert. La fête de Soukkot commémore donc l’errance des Juifs dans le désert et leur séjour dans des cabanes, après leur sortie d’֤Égypte. En plus des cabanes (soukkot) qui abritaient chaque famille, Hashem envoya également les nuées de gloires, par le mérite d'Aaron, qui entouraient et protégeaient le peuple. Conclusion, nous fêtons Soukkot pour nous rappeler le séjour de nos ancêtres dans le désert où ils étaient protégés par D.ieu.

 

Soukkot est aussi appelé « ‘Hag Haassif », la « fête de la récolte » car elle marque la fin du cycle agricole annuel.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES MITSVOTS DE LA FÊTE

 

Il y a deux grandes mitsvot pour Soukkot : la mitsva de demeurer dans la soukka, et la mitsva du loulav.

 

  • LA SOUKKA,

 

Pourquoi ? D’abord, ce commandement nous rappelle les conditions de vie des Juifs pendant lors de l’exode égyptien. De plus, il nous rappelle aussi que ce monde matériel est également transitoire. En effet, ici-bas, nous nous préparons au monde futur en nous élevant spirituellement.

 

La Torah nous ordonne de construire une soukka pour y passer la fête puisque durant 7 jours, la soukka est censé remplacer notre domicile ; il faut ainsi, essayer d'y vivre un maximum : y manger, y dormir, y étudier, ou encore y recevoir des invités selon la place, etc… En cas de pluie ou de forts vents, ou s’il fait trop chaud, la mitsva est bien entendu annulée.

 

À noter que la construction de la soukka débutera juste après Yom Kippour.

 

Il existe également beaucoup de halakhot au sujet de la soukka, voici les principales pour bien s'acquitter de la mitsva :

 

  • elle doit être construite dans un endroit où le Ciel est vu (au-dessus). Si quelque chose fait obstacle entre la soukka et le Ciel comme un balcon, un plafond, un arbre, etc… elle n'est pas kasher.

 

  • elle doit comporter au moins 3 cloisons. Les dimensions minimums sont 80 cm de haut, et 70 cm de côté. Les dimensions maximum sont 9,6 m de haut, pas de restriction sur les côtés.

 

  • le skakh (le toit de la soukka) pour être kasher, doit être constitué de végétaux exclusivement comme des roseaux, des branches de sapins, des bambous, etc…

 

  • c’est aussi une mitsva de décorer l'intérieur et l'extérieur de la soukka (portrait de Sages, avec des fleurs, etc.)

 

 

 

  • LE LOULAV, OU ARBA'AT MINIM,

Les arba’at minim, également appelées le loulav, symbolisent la reconnaissance du peuple d’Israël pour la récolte qu’Hashem lui accorde chaque année.

 

C'est une mitsva d'agiter le loulav (les 4 espèces) durant les jours de Soukkot. Celui-ci se compose :

 

  • d'un étrog (cédrat),

  • d’une branche de loulav (une branche de palmier),

  • de trois hadassim (trois branches de myrtes)

  • et de deux 'aravot (branches de saules de rivières).

Le premier jour de la fête, on prend le Loulav dans la main droite, puis on prononce les deux bénédictions suivantes : 

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou al nétilat loulav »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par ses commandements et nous a prescrit d'élever le loulav »

​« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhé’héyanou, véqiyémanou, véhigi'anou, lizmane hazé »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, qui nous a fait exister et arriver jusqu'à ce moment »

 

Immédiatement après, on joint l'étrog avec la main gauche contre le loulav et on les agite ensemble comme suit : « Sud, Nord, Est, haut, bas et Ouest » sauf si la coutume de notre synagogue est différente.

​​

Ces mouvements symbolisent notre joie d’avoir été acquittés de nos fautes à Yom Kippour et notre volonté de glorifier la suprématie divine partout dans le monde.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA VEILLE DE LA FÊTE

 

Il est souhaitable de se procurer, si possible, un Sidour spécial Soukkot car les prières possèdent certains ajouts, par rapport à celles du Shabbat.

Les femmes (ou les hommes, s’il n'y a pas de femmes !) allument les bougies avant l'entrée de la fête, en prononçant au préalable la brakhah suivante :

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou,

léadliq ner shel Yom Tov »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par ses commandements et qui nous a ordonné d'allumer la bougie du Yom Tov »

 

Puis, le kiddoush (bore péri haguéfen) sera fait dans la soukka afin d’introduire la sainteté du jour et le début du repas, avec les brakhot suivantes :

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher ba'har banou mikol 'am vérom'manou mikol lashôn véqidéshanou bemitsvotav vatitèn lanou Hashem Élokénou béahavah (shabatot lim'nou'hah ou) mo'adim lésim'hah 'haguim ouz'manim lésasôn êt yom (hashabbat hazé véêt yom) 'hag hasoukkot hazé êt yom tov miqra kodesh hazé zémân sim'haténou béahavah miqra kodesh zékhèr litsiat mitsrayim ki vanou va'harta véotanou qidashta mikol ha'amim (véshabatot ou) mo'adéi qodshéra (béahavah ouv'ratsôn) bésim'hah ouvsasôn hin'haltanou. Baroukh ata Hashem méqadesh (hashabbat vé) Israël véhazmanim »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a choisis parmi tous les peuples, élevés au-dessus de tout idiome, sanctifiés par Ses mitsvot. Tu nous as donné, Hashem notre D.ieu, avec amour (les Shabbat pour le repos et) les fêtes pour la joie, des solennités et des temps pour l'allégresse (ce jour de Shabbat et) ce jour de la fête de Soukkot, cet excellent jour, de convocation sainte, temps de notre joie Avec amour, convocation sainte en souvenir de la sortie d'Égypte, car c'est nous que tu as choisis et nous que tu as sanctifiés parmi tous les peuples, tu nous as légué (les Shabbat et) tes saintes fêtes (avec amour et bienveillance), avec joie et allégresse. Tu es Source de Bénédictions, Hashem, qui sanctifie (le Shabbat), Israël et les temps. »

 

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léshèv bassoukkah »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par ses commandements et qui nous a ordonné de demeurer dans la Soukkah. »

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhé’héyanou, véqiyémanou, véhigi'anou, lizmane hazé »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, qui nous a fait exister et arriver jusqu'à ce moment »

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LA PÉRIODE DE 'HOL HAMOED

Les jours de demi-fêtes sont les jours intermédiaires, que l'on trouve durant les semaines de Soukkot et Pessa'h.

 

Il faudra être particulièrement joyeux durant cette période : on s'habillera de beaux habits, on mangera et on boira mieux que d'habitude.

 

Il est souhaitable de ne pas travailler durant toute cette semaine mais si cela est impossible, et que ça occasionne une perte d'argent, il sera permis de se rentre à son activité professionnelle.

 

Les hommes ne se coupent pas les cheveux, ni ne se rasent ; si possible, il convient aussi d'être rigoureux et de ne pas se couper les ongles ; on s'occupera de toutes ces choses avant la semaine de fête.

 

Et on ne lavera pas de linge, sauf si cela est indispensable.

 

Les hommes ne mettent pas les tefillins durant tous ces jours non plus, et on s'adonne plus que d'habitude à l'étude de Torah.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

HOSHANNA RABBAH

Durant le 7ème jour de Soukkot, une coutume consiste à rester réveiller durant la nuit pour s'adonner à la Torah.

 

À la synagogue, les Juifs tournent autour de la téva avec leur loulav. Puis, après la prière du Moussaf, nous prenons 5 'aravot, que l'on attache ensemble, et que l'on frappe 5 fois par terre selon une coutume instituée par les Prophètes, qui contient de grands secrets.

 

​On se renforcera également dans la pratique des mitsvot et dans l'étude de la Torah car les décrets de Rosh Hashanna sont finalisés en ce jour.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

CHÉMINI 'ATSÉRÉT 

Chemini Atsérét est le 8ème jour de Soukkot et clôture l’ensemble des fêtes du mois de Tishri. En Israël, cette fête ne dure qu’une journée alors qu’en diaspora celle-ci dure deux jours, le 22 et 23 Tishri (relié avec Sim’ha Torah).

 

Il s’agit d’une fête indépendante que nous accueillons par un nouvel allumage de bougies.

 

Ce jour-là nous ne travaillons pas (Yom Tov) car il est dit : « Et, au huitième jour, ce sera une « atsérét » pour vous ; vous n’y ferez aucun travail. » (Bamidbar 29 :35)

 

En diaspora, le jour de Chemini Atsérét, nous continuons de manger dans la soukka. Par contre, nous cessons d’accomplir la mitsva du loulav qui n’est réalisée que pendant les sept jours de Soukkot.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

SIM'HAT TORAH

En Eretz Israël, Sim’hat Torah (« la joie de la Torah ») et Chemini Atsérét sont célébrés le même jour tandis qu'en diaspora, Sim’hat Torah se situe le jour suivant Chemini 'Atsérét, soit le 23 Tishri.   

 

Pendant ces jours, les lois sont les mêmes que celles du Shabbat, excepté le fait qu’il soit permis d’allumer un feu à partir d’une flamme existante. Il est également autorisé de porter à l’extérieur des objets nécessaires à la fête.

 

Durant ce jour, nous concluons la lecture de la Torah débutée un an plus tôt, et nous recommençons un nouveau cycle avec Béréshit/Genèse. Autrement dit, un « hatan Torah » est invité à lire un extrait de la dernière paracha et un « hatan berechit » est invité à lire le premier extrait de la première paracha : Béréshit.

 

Nous dansons aussi avec la Torah, en entrecoupant ces moments par des montées à la Torah pour lire la dernière Paracha.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

AUTRES INFOS

  • On aura une conduite sainte dans la soukka.

 

  • Durant toute cette période, les hommes ne mangeront pas plus de 54 grammes de pain ou d'aliments ayant pour bénédiction initiale « mézonot » en dehors de la Soukka. En revanche, il leur est permis de boire ou de manger d'autres aliments en dehors de la Soukka. Lorsque l'on consomme plus de 54 grammes de pain dans la Soukka, il faudra réciter la bénédiction suivante juste après la bénédiction du pain (motsi) : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léshèv bassoukkah »

 

  • Au niveau de la Torah Orale, tout un Traité du Talmud est consacré à cette fête : « la Massékhet Soukka ».

 

  • Les femmes ne sont pas astreintes à la mitsva de la soukka puisqu'il s'agit d'un commandement dépendant du temps. Néanmoins, elles seront récompensées si elles accomplissent cette mitsva.

 

  • Avec Pessa’h et Shavouot, Soukkot est l’une des Chalosh Régalim, l’une des trois « fêtes de pèlerinage » instituées par la Torah au cours desquelles, il fallait se rendre au Temple de Jérusalem.

 

  • Durant cette période, nous accueillons aussi les « ouchpizine » : Avraham, Its’hak, Yaakov, Moshé, Aharon, Yossef et le Roi David.

 

  • À noter que pendant le Shabbat, afin de ne pas transporter un loulav dans le domaine public, nous n’accomplissons pas cette mitsva.

 

  • Pendant la fête de Soukkot, nous récitons le Hallel tous les jours. En effet, toute la semaine de fête, on chante le Hallel dans la prière du matin, et on ajoute « ya’alé véyavo » dans la ‘Amida (18 bénédictions) et dans le Birkat Hamazon.

 

  • Comme à chaque fête, la Torah nous demande de penser aux plus démunis pour que tous la vivent dignement.