LES FÊTES : POURIM

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LES FÊTES : POURIM

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

INTRODUCTION

 

Date : le 14 Adar de façon générale mais dans la ville de Jérusalem, Pourim est célébré le 15 Adar puisque la ville est entourée d'une muraille (les détails sont tous répertoriés dans le Traité Méguila).

 

La fête est célébrée lors du second mois d'Adar (si année embolismique !).

 

La fête de Pourim ou « la fête des sorts » est une fête d’origine biblique commémorant le souvenir du sauvetage des Juifs de Perse par la Reine Esther et par son mari, Mordékhaï. Ce jour-là, selon le Livre d’Esther, les Juifs ont échappés de justesse à un massacre d’une grande ampleur orchestré par le méchant Haman, soit par le premier ministre du Roi Arachvéroch.

 

Les principaux personnages de l’histoire d’Esther sont : Arachvéroch, Haman (Amalek), Mordékhaï, Vachti et Esther.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES SHABBATS SPÉCIAUX

 

1) Parashat Sheqalim (Shemot 30 :11-16) : elle est lue le Shabbat précédent Rosh 'Hodesh Adar (ou le Shabbat Rosh 'Hodesh Adar). Celle-ci nous relate l'obligation nous incombant de payer « le demi-shekel » lequel servira pour l'achat des offrandes communautaires. À l'époque du Temple, cette taxe était versée durant le mois d'Adar.

 

2) Parashat Zakhor (Devarim 25 :17-19) : elle est lue le Shabbat précédent Pourim. Ce passage traite de l'éradication total d'Amalek, en rapport avec Haman lequel était un descendant de ce dernier.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LE MOIS D’ADAR

 

Durant le mois d'Adar, nous augmentons la joie puisque « le mazal d'Israël » se trouve au summum en cette période.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

TA’ANIT ESTHER 

 

En souvenir des trois jours de jeûne observés par Esther pour implorer « le salut » du peuple Juif, nous jeûnons la journée du 13 Adar, du matin jusqu’au soir. Ce jeûne est d’institution rabbinique, et ne figure pas dans la Torah.

 

Si Pourim tombe un dimanche ; le jeûne, qui aurait dû avoir lieu pendant Shabbat, doit être reporté au jeudi précédent.

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LES MITSVOTS DE LA FÊTE

Pour Pourim, nous devons accomplir 5 mitsvot :  Lecture de Méguilat Esther, Michloa’h Manot, Matanot LaÉvyonim, Ma’hatsit Hashekel et le Mishté.

 

 

1) LECTURE DE MÉGUILAT ESTHER,

 

La lecture de la Méguila est obligatoire. En effet, c'est une mitsva de lire la Méguila le soir de Pourim, et le lendemain matin.

 

La lecture (ou l'écoute) doit se faire en hébreu. Attention, il faut absolument écouter tous les mots de la Méguila pour se rendre quitte de son obligation.

 

  • Si l'on ne peut, en cas de force majeur, se rendre dans une synagogue pour s'acquitter de l'écoute en hébreu, la lecture se fera en français (ou dans la langue comprise), le soir puis le lendemain.

 

  • Afin d’effacer le souvenir d’Haman, il est d’usage de faire du bruit dès que son nom est prononcé (en tapant du pied ou en agitant des crécelles, cette coutume étant respectée scrupuleusement par les enfants !)

 

 

 

2) MICHLOA'H MANOT,

 

Il est écrit dans le Rouleau d'Esther : « L'on s'envoie des portions les uns aux autres. » (Esther 9 :22) ; de ce fait, nous avons l'obligation d'envoyer (à un ami), au minimum, deux mets différents. Cela pourra être, par exemple, deux pâtisseries, ou une pâtisserie et une boisson.

 

 

3) MATANOT LAEVYONIM,

 

La Méguila rapporte : « L’on distribue des dons aux pauvres. » (Esther 9 :22) ; de ce fait, il nous incombe le jour de Pourim, de donner (au minimum) deux dons d'argent à deux pauvres différents.

 

 

4) MA'HATSIT HASHEKEL,

 

Nous avons l’habitude de donner de l’argent à la tsédaka ou aux institutions de Torah, en souvenir « du demi-Shekel » (9g d’argent pur) autrefois offert au Temple.

 

On peut donner depuis le début du mois d’Adar ; néanmoins, la coutume la plus répandue est de donner le jour du jeûne d’Esther (en cas d’impossibilité ou d’oubli, on le fera le jour de Pourim).

 

 

5) MISHTÉ POURIM,

 

Le « festin de Pourim » est obligatoire.

 

Il se déroule le 14 Adar, de préférence avant l’office de Min’ha.

 

Pendant ce repas, nous montrons notre joie en buvant beaucoup de vin et ce, jusqu’à ne plus pouvoir distinguer le nom d’Haman et de Mordékhaï. En effet, l'on fera un grand et bon repas le jour de Pourim puisque c'est un devoir de se réjouir pour cette grande délivrance qu’Hashem nous accordé.

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LA COUTUME D’ÊTRE DÉGUISÉ

 

La coutume du peuple d'Israël est de se déguiser le jour de Pourim. La raison en est que, dans le Livre d'Esther, nous voyons que la Reine cache ses origines Juives au Roi ; de plus, le nom même « d’Esther » signifie « voilée » et nos Sages nous ont en réalité enseigné à ce sujet, qu’Hashem lui-même « s’est voilé » durant toute cette histoire puisque son Nom n'est jamais mentionné ! De la même manière, nous nous « cachons » derrière d'autres identités le jour de Pourim, pour nous remémorer ces choses : que D.ieu est caché derrière chaque évènement.

 

Et cela contribue, également, à la joie de la fête !

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

LES BÉNÉDICTIONS DE LA FÊTE

 

Avant la lecture de la Méguila, le soir, nous disons ces 3 bénédictions :

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou al mikrah méguila »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par ses commandements et qui nous a ordonné la lecture de la Méguila »

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéassah nissim la’avoténou, bayamim hahèm bizmane hazé »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui a accompli des prodiges pour nos ancêtres à leur époque, en ce temps-là »

 

​« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhé’héyanou, véqiyémanou, véhigi'anou, lizmane hazé »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a fait vivre, qui nous a fait exister et arriver jusqu'à ce moment »

 

 

Lors de la lecture du lendemain, nous ne disons que les deux premières bénédictions.

 

À la fin de la lecture de la Méguila, nous faisons également la bénédiction suivante :

 

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui défend notre cause, qui nous rend justice, qui prend sur lui notre vengeance, qui châtie tous nos ennemis et se venge de nos oppresseurs. Tu es Source de Bénédictions, Hashem, qui venge son peuple Israël de tous ses ennemis, ô D.ieu Sauveur ! »

 

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

AUTRES INFOS 

 

  • Dans les téfilots de la ‘Amida (18 bénédictions) et du Birkat Hamazon, on ajoute le passage appelé « Al Hanissim »

 

  • Tout un Traité du Talmud est consacré à la fête de Pourim : « la Massékhet Méguila ».

 

  • Quelles sont les différentes Méguilot du Tanakh ? Nous avons Méguilat Shir Hashirim, Méguilat Routh, Méguilat Eikha, et Méguilat Qohelet (en plus de Méguila Esther !).