CHAPITRE 26

Pour l'instant, 3 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


16.     Mais lève-toi, tiens-toi sur tes pieds. Oui, si je me suis montré à toi, c’est pour te choisir comme serviteur, comme témoin, de ce que tu as vu, et de ce que je te montrerai.

 

 

  • Mais lève-toi, tiens-toi sur tes pieds : dans l’idée de se tenir debout devant le Mashiah, cela rejoint également la pensée de Yeshoua exprimée dans l’Évangile de Loucas : Veillez donc et priez en tout temps, afin que vous ayez la force d'échapper à toutes ces choses qui arriveront, et de paraître debout devant le Fils de l'homme. (Loucas 31 :36).

 

 

  • Oui, si je me suis montré à toi : cette déclaration est liée aux événements [la vision de Damas] décrits dans le Livre des Actes chap. 9 et chap. 22.

 

COMMENTAIRE N°1

Comme au temps apostoliques, il existe des Juifs Messianiques [croyants en la messianité de Yeshoua] ne reconnaissant pas le message de Shaoul comme étant un message de Torah, l’accusant au contraire, de l’avoir aboli [tout comme pour Yeshoua]. Certains se demandent alors : Avons-nous une preuve que le Mashiah l'a réellement choisi et envoyé et qu'il ne s'agissait pas, au sujet de la vision de Damas, d'une hallucination, d’un démon ou d'un mensonge pour se donner du crédit ? Or, il faut tout d’abord savoir que l’Apôtre Shaoul a reçu un message divin particulier comparable à celui de la ‘Hassidout d’aujourd’hui notamment, concernant notre lien avec le Tsadik ; chez Shaoul, il s’agit des termes de la foi et de la grâce… En effet, par exemple, pour la ‘Hassidout Breslev, les notions de l’attachement au Tsadik sont prioritaires sur les œuvres de la Torah tout comme pour Shaoul.

Voici un exemple des enseignements sur le sujet : Le rapprochement et l'attachement au Tsadik véritable représentent le fondement de tous les fondements et la racine de toutes les racines, cela surpasse tout. (Torah n°143 du Likouté Moharan I) ou encore : On peut ne peut décrire ce mérite qui surpasse tous les mérites. L'essentiel de la grandeur d'un homme, dans ce monde, réside, dans son attachement au Tsadik véritable et dans son rapprochement avec le Tsadik. (Likouté Halakhot Matana 4-8) et dans le même élan : Celui qui n'est pas attaché et proche du vrai Tsadik, tout son service est seulement semblable à celui qui fait des contorsions et imite son prochain, comme un singe à visage humain car il n'y a réellement de service divin que celui qui est accompli grâce au vrai Tsadik. (Si’hot Haran 111).

 

Comme nous pouvons le constater, cet enseignement de s’attacher au Tsadik se retrouve énormément dans ses Écrits et principalement, dans ceux de Yohanan. En revanche, cet enseignement n’était clairement pas connu ou reçu par certaines personnes de l’entourage de Yaakov [nommés les Ébionites selon les témoignages patristiques] et c’est d’ailleurs, pour cela qu’il naîtra plusieurs tensions dans la communauté Nazaréenne. Comme l’histoire des Tsadikim l’a prouvé, le fait que Shaoul est pu ouvrir la voie dans ce sens n’est pas mauvais ; l’enseignement de l’attachement au Tsadik étant remis au goût du jour dans le Judaïsme de notre génération, principalement par les enseignements de Rabbi Na’hman de Breslev ayant d’ailleurs déclaré : ma Torah est celle du Mashiah et étant également reconnu par certains, comme le Tsadik de la génération. Bizarrement, dans nos Écrits Nazaréens, c’est Shaoul, accusé d’avoir aboli la Torah qui l’a instauré le plus ; sans taper sur les autres Apôtres, bien au contraire, cette idée n’est pas autant présente… Par conséquent, celui qui rejette Shaoul, rejette une partie du message ‘hassidique du Judaïsme et également du mouvement Nazaréen. De plus, au-delà de ce sujet concernant le Tsadik, il est clair que Shaoul n’a jamais aboli la Torah comme il est écrit : Hommes frères, je suis paroush, fils de paroush. (Actes 23 :6) ou encore : sans avoir rien fait contre le peuple ni contre les coutumes de nos pères. (Actes 28 :17). Ici, le Rabbi de Tarse précise que non seulement il n'a rien fait contre la Torah mais même contre une simple coutume, il n'a pas levé le petit doigt…

Pour revenir au sujet de la vision de Damas, l’hallucination n’est vraiment pas envisageable étant donné qu’elle fut acceptée clairement par absolument tous les Apôtres. En effet, l’objection s’impose d’elle-même comme une évidence : Que ferait un homme aux hallucinations dans un Concile de Jérusalem avec le frère de Yeshoua et ses talmidim, remplis du Rouah Hakodesh ? Comment un homme aux hallucinations pourrait-il avoir une quelconque influence pour nécessiter la présence de tout un Concile et exciter l’opposition de plusieurs autres Juifs Messianiques ? (Actes 15 :1-2). Comment un homme aux hallucinations pourrait-il avoir le soutien de Bar-Naba, un homme extrêmement apprécié aux yeux des Apôtres ? (Actes 4 :36). De plus, c’est également ce même Bar-Naba qui s’est porté garant pour Shaoul comme il est dit : Alors Bar-Naba, l'ayant pris avec lui, le conduisit vers les Apôtres et leur raconta comment sur le chemin Shaoul avait vu le Seigneur, qui lui avait parlé et comment à Damas il avait prêché franchement au nom de Yeshoua. (Actes 9 :27) et encore : La main du Seigneur était avec eux et un grand nombre de personnes crurent et se convertirent au Seigneur. Le bruit en parvint aux oreilles des membres de la Kéhila de Jérusalem et ils envoyèrent Bar-Naba jusqu'à Antioche. Lorsqu'il fut arrivé et qu'il eut vu la grâce de D.ieu, il s'en réjouit et il les exhorta tous à rester d'un cœur ferme attachés au Seigneur. Car c'était un homme de bien, plein du Rouah Hakodesh et de foi. Et une foule assez nombreuse se joignit au Seigneur. Bar-Naba se rendit ensuite à Tarse, pour chercher Shaoul et l'ayant trouvé, il l'amena à Antioche. Pendant toute une année, ils se réunirent aux assemblées de la Kéhila et ils enseignèrent beaucoup de personnes. (Actes 11 :21-26).

Arrêtons-nous un instant avec ces passages car plusieurs points essentiels et clés nous sont présentés : non seulement, Bar-Naba, confirme la vision de Shaoul et l’agrée tout en la confirmant auprès des autres Apôtres mais en plus de cela, Shaoul avait déjà commencé ses prédications dites "pauliniennes" ; par conséquent, ses prédications ne dérangent apparemment ni Bar-Naba puisqu’il va le chercher jusqu’à Tarse mais à ce sujet, il n’y a absolument aucune réprimande des Apôtres lors du Concile ; le débat ne portant que sur la circoncision, la conversion ou encore le rôle du Tsadik dans le cadre de notre justification mais en aucun cas, sur les prédications de Shaoul d’autant plus qu’il enseignait en compagnie de Bar-Naba… Qu’enseignaient-ils ? Ce fameux Bar-Naba aurait-il également aboli la Torah en compagnie de Shaoul ? Si oui, pourquoi ne sont-ils repris à ce sujet lors du Concile ? Et pourquoi Bar-Naba s’il est rempli du Rouah Hakodesh va-t-il chercher Shaoul, un détracteur des lois toraïques ? Au vue de ces multiples références, il est clair qu’il est totalement absurde de considérer Shaoul comme un apostat à la Torah.

De plus, il est bien précisé dans les Actes : Il allait et venait avec eux dans Jérusalem et s'exprimait en toute assurance au nom du Seigneur. (Actes 9 :28). Comment un homme ayant eu des hallucinations pourrait-il non seulement, convaincre Bar-Naba mais également les Apôtres et marcher avec assurance dans Jérusalem ou encore prêcher ouvertement des délires psychiques ou encore démoniaques ? Il va sans dire que les anti-pauliniens, s’ils rejettent Shaoul doivent également rejeter Bar-Naba et s’ils refusent, doivent tout simplement rejeter absolument une grande partie voire tout le Livre des Actes.

Autrement dit, comment un homme ayant le projet d’abolir la Torah pourrait-il marcher librement dans Jérusalem et s’exprimait en toute assurance au nom du Mashiah ? En fait, ce n’est pas le cas puisqu’il est dit :  La Kéhila était en paix dans toute la Judée, la Galilée et la Samarie, s'édifiant et marchant dans la crainte du Seigneur, et elle s'accroissait par l'assistance du Rouah Hakodesh. (Actes 9 :31). En termes plus simples, les Apôtres dont Yaakov, Shimon Kéfa, etc… étaient en paix avec Shaoul.

Pour preuve, tous ces épisodes font aussi référence à ce passage : Trois ans plus tard, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Kéfa et je demeurai quinze jours chez lui. Mais je ne vis aucun autre des Apôtres, si ce n'est Yaakov, le frère du Seigneur. (Galates 1 :18) et au sujet des communautés de Judée, il est dit : Or, j'étais inconnu de visage aux communautés de Judée qui sont dans le Mashiah ; seulement, elles avaient entendu dire : Celui qui autrefois nous persécutait annonce maintenant la foi qu'il s'efforçait alors de détruire. Et elles glorifiaient D.ieu à mon sujet. (Galates 1 :22-24). En termes plus simples, non seulement, Shaoul a souhaité se rapprocher des talmidim du Mashiah mais en plus de ça, les communautés Nazaréennes glorifiaient D.ieu à son sujet.

Contrairement aux dires des anti-pauliniens, Shaoul n’était donc pas un électron libre mais au contraire, a bien souhaité rencontrer les Apôtres pour en savoir plus concernant Yeshoua mais également pour échanger sur leurs diverses interprétations et missions respectives. Autrement dit, Shimon Kéfa n’aurait jamais reçu un homme ayant des intentions d’abolir la Torah et certainement que lors de cet entretien de plus de quinze jours, Shimon a parlé de Yeshoua et de son projet pour les-non Juifs à Shaoul ; entendre cette injonction :  Allez, faites de toutes les nations des talmidim, les immergeant en mon nom et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la fin du monde. (Matityahou 28 :19-20).

 

 

  • c’est pour te choisir comme serviteur, comme témoin : l’apostolat de Shaoul n’était pas d’origine charnelle [instauré par les hommes] mais bien céleste ; en l’occurrence, celui-ci provient du Mashiah Yeshoua lui-même…

 

 

  • de ce que tu as vu, et de ce que je te montrerai : de là on comprend que l’Apôtre Shaoul devait être un témoin vivant de la résurrection du Mashiah.

 

COMMENTAIRE N°2

Plus de précisions sont apportées dans la Lettre aux Galates, lorsque l’Apôtre Shaoul annonce clairement : Je vous déclare, frères, que l'Évangile qui a été annoncé par moi n'est pas de l'homme car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme mais par une révélation du Mashiah Yeshoua. (Galates 1 :12).

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

18.     pour dessiller leurs yeux et qu’ils se détournent des ténèbres vers la lumière, de l’autorité de Satân vers Elohîms, afin qu’ils obtiennent la remise de leurs fautes et une part de l’héritage, avec les consacrés, par leur adhérence en moi.

 

 

  • pour dessiller leurs yeux : par l’attachement au Mashiah Yeshoua, les yeux des non-Juifs s’ouvrent et ils peuvent ainsi, se connecter au D.ieu d’Israël et à la révélation toraïque.  

 

 

  • et qu’ils se détournent des ténèbres vers la lumière : les non-Juifs en étant loin de la Torah, sont considérés comme des personnes qui vivent dans l’obscurité ; le but de leur foi en Yeshoua étant de les conduire vers la lumière d’Israël et de la Torah.  

 

COMMENTAIRE N°1

 

La terre était informe et vide : il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme et l'esprit de D.ieu se mouvait au-dessus des eaux. D.ieu dit : Que la lumière soit ! Et la lumière fut. (Béréshit 1 :2-3)

Etonnamment, D.ieu ne crée pas un monde parfait. Tout commence par le désordre, la confusion. Quatre mots pour décrire cette situation : tohu, bohu, obscurité et abîme ; c’est de ce point de départ que D.ieu construit le monde, c’est-à-dire qu’il va y mettre de l’ordre.

Il est important d’insister sur cette notion du passage du désordre [de l’obscurité] à la mise en ordre [à la lumière] car nous retrouverons ce principe divin beaucoup de fois dans la Torah. Pa exemple, à Pessa’h et à Rosh Hashana, on réalise un seder à la maison, on suit un ordre liturgique et on met également de l’ordre dans notre vie. De même au moment de la traversée du désert, les tribus d’Israël furent placées en ordre de marche. Le Dieu de la Bible est un D.ieu d’ordre et un D.ieu du commencement : il ne créé pas un monde déjà réalisé, un monde déjà messianique ; il crée plutôt la notion d’un projet et d’un progrès constant. Ainsi, D.ieu créé l’Histoire et l’homme deviendra un "partenaire" du Saint Béni soit-Il dans l’œuvre de la Création !

Rachi cite un Midrash et nous rapporte que le souffle qui plane sur la surface des eaux, c’est le souffle du Mashiah et dans le même élan, D.ieu dit que la lumière soit et la lumière fut.

La première parole de D.ieu est donc lumineuse et celle-ci accompagne l’apparition de l’Esprit du Mashiah. Tant que D.ieu ne parle pas, le monde est plongé dans l’obscurité ; or, telle est la vocation d’une parole divine : éclairer et non assombrir. Ainsi, on comprendra aisément que l’Esprit de Yeshoua devait accompagner les non-Juifs, soit les nations et Israël, dans la véritable lumière : il continue l’œuvre du commencement, soit de mettre de l’ordre dans le chaos mondial.

Comme nous l’avons compris, le D.ieu de la Bible est un D.ieu qui éveille, qui communique sa lumière tout en étant accompagné du souffle messianique. Le monde ne commence pas donc forcément par la faute d’Adam Harichon ou par une quelconque tragédie mais bien par la lumière qui éclaire le monde d'une espérance originelle. Ainsi, on pourra comprendre que le monde est l’expression d’une volonté divine et ceci implique que notre Histoire aura un sens ; ce sens pour l’homme se traduira par l’accomplissement de la volonté divine, soit de la mise en pratique du Livre Saint donné par D.ieu, appelé la Torah.

 

  • de l’autorité de Satân vers Elohîms : comme on le sait, la plupart des non-Juifs étaient idolâtres et étaient donc, sous l’influence de faux dieux ; autrement dit, d’autres forces qu’Hashem, d’autres forces négatives, démoniaques, sataniques, etc… Le D.ieu d’Israël est l’unique chemin pour accéder à la lumière et il est possible de se connecter à lui, par l’intermédiaire du Mashiah.

 

COMMENTAIRE N°2

 

Dans le Likouté Amarim, les nations sont également comparées aux klipot, soit aux forces du Satan [de la sitra a’hara]. 

 

Toutes les klipot sont annulées et disparaissent, comme si elles n’avaient jamais été, en présence de D.ieu, ainsi qu’il est dit : Toutes les nations, ce terme incluant les klipot, ne sont comme rien devant lui. Et aussi "car tous tes ennemis, ô D.ieu" car dans ce verset, il est fait également allusion aux klipot, qui sont les ennemis de D.ieu, "tous tes ennemis périront et seront dispersés" et aussi "comme la cire fond devant le feu, ainsi périront, etc…. les méchants" …. Et les montagnes, par référence aux klipot, qui sont comparées aux montagnes du fait de leur arrogance, ont fondu comme de la cire. (Tanya et commentaires, Likouté Amarim, chap. 19)

 

 

  • afin qu’ils obtiennent la remise de leurs fautes : par leur émouna en Yeshoua, les non-Juifs tout comme les Juifs, sont justifiés devant Hashem par le mérites du Tsadik ; ils reçoivent le pardon de leurs fautes par l’intermédiaire du sacrifice du Mashiah [ben Yossef] et peuvent ainsi, accéder au Olam Haba.

 

  • et une part de l’héritage, avec les consacrés : le peuple Juif est appelé un "peuple saint" et ainsi, les non-Juifs, par l’intermédiaire du Tsadik, peuvent se greffer pleinement à Israël et recevoir une part de l’héritage accordé au peuple Juif.

 

 

  • par leur adhérence en moi : tous les bienfaits spirituels des non-Juifs passeront par leur émouna en Yeshoua, leur émouna dans le Tsadik, véritable point de connexion entre le monde, Israël et Hashem.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

20.     et aussi de Ieroushalaîm, à tout le pays de Iehouda et aux nations : Faites retour ; tournez-vous vers Elohîms. Faites des œuvres dignes du retour.

 

 

  • et aussi de Ieroushalaîm, à tout le pays de Iehouda et aux nations : comme on le sait, l’Apôtre Shaoul a annonce l’Évangile au monde entier.

 

 

  • Faites retour ; tournez-vous vers Elohîms : cela fait référence au fait de faire téchouva. 

 

 

  • Faites des œuvres dignes du retour : comme il est aussi dit : Produisez donc du fruit digne de la téchouva. (Matityahou 3 :8) ou encore : Autrefois vous étiez ténèbres et maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Marchez comme des enfants de lumière ! (Éphésiens 5 :8)

 

COMMENTAIRE N°1

 

Pour mieux comprendre ces propos, nous pourrons nous inspirer des enseignements du Rambam comme il est dit dans le Mishné Torah : Qu’est-ce qu’un vrai repentir ? C’est lorsque le fauteur se retrouve dans la même situation qu’auparavant, avec l’opportunité de commettre la même faute et malgré tout, se refuse à elle du fait de sa téchouva. Comment cela s'applique-t-il concrètement ? S’il a eu des rapports interdits avec une femme et après un certain temps, se retrouve de nouveau isolé avec elle et alors qu’il éprouve le même sentiment d’amour, il s’abstient de transgresser, c’est un parfait repenti. (Mishné Torah du Rambam, Hilkhot Téchouva, chap. 2)

 

COMMENTAIRE N°2

 

Toujours pour mieux comprendre les propos de Shaoul, nous pourrons nous inspirer également des enseignements du Talmud. 

 

Rav Adda bar Ahava a enseigné : Une personne qui commet une transgression, qui se confesse mais ne se repent pas de son péché, à quoi est-elle comparable ? À une personne qui tient dans sa main un animal rampant mort, ce qui la rend rituellement impure et même si elle se plongeait dans toutes les eaux du monde, son immersion serait inefficace pour elle tant que la source de son impureté resterait dans sa main. Cependant, si elle a jeté l'animal de sa main, une fois qu'elle s'est immergée dans un bain rituel, l'immersion est effective immédiatement pour elle comme il est dit : Celui qui couvre ses transgressions ne prospérera pas mais celui qui les avoue et les abandonne obtiendra miséricorde. (Mishlei 28 :13) ; autrement dit, la confession seule est futile mais celui qui abandonne réellement ses transgressions recevra miséricorde. (Taanit 16a)