CHAPITRE 20

Pour l'instant, 2 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

7.     Et c’est le premier jour après le shabat. Nous nous rassemblons pour partager le pain. Paulos s’entretient avec eux. Il doit sortir le lendemain, mais il prolonge la parole jusqu’à minuit.

 

  • Et c’est le premier jour après le shabat : le dimanche.

 

  • Nous nous rassemblons pour partager le pain : en pleine communion fraternelle.

 

  • Paulos s’entretient avec eux : étant un Maître en Torah et un responsable de la Kéhila Nazaréenne.   

  • Il doit sortir le lendemain, mais il prolonge la parole jusqu’à minuit : du grec "mesonuktion"…

Voici la définition du mot grec "mesonuktion" :

  • minuit : cela fait ainsi, référence au moment précis de ‘Hatsot dans le Judaïsme.

 

Veillez donc car vous ne savez quand viendra le maître de la maison, le soir, pour ‘Hatsot, au chant du coq ou le matin ; craignez qu'il ne vous trouve endormis, à son arrivée soudaine. (Marcos 13 :35-36)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

16.     Oui, Paulos avait jugé de passer au large d’Éphèse pour ne pas perdre de temps en Asie. Oui, il se hâtait pour être à Ieroushalaîm, si possible, pour la fête de Shabou’ot.
 

  • Oui, Paulos avait jugé de passer au large d’Éphèse : une importance cité de l’époque.

 

  • pour ne pas perdre de temps en Asie : comme c’est écrit plus tard, soucieux de respecter la Torah non abolie, l’Apôtre Shaoul souhaité monter à Jérusalem.

 

  • Oui, il se hâtait pour être à Ieroushalaîm : comme cela est demandé dans la Torah dans le Sefer Devarim.

 

Trois fois par année, tous les mâles d'entre vous se présenteront devant l'Éternel, ton D.ieu, dans le lieu qu'il choisira : à la fête des pains sans levain, à la fête des semaines et à la fête des tabernacles. On ne paraîtra point devant l'Éternel les mains vides. (Devarim 16 :16)

 

  • si possible, pour la fête de Shabou’ot : la fête Juive de Matan Torah.

COMMENTAIRE N°1

Voici plusieurs commentaires du Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h sur la fête de Shavouot.

À Pessah, on reçoit une grande lumière gratuite qu’on doit intégrer pendant 50 jours (le Omer) jusqu’à pouvoir en bénéficier à Shavouot. Dans les jours du compte du Omer, on tire vers nous l’esprit de Pessa’h.

Rabbi Nathan écrit dans une correspondance à son fils Its’hak : Bien que nous devions le cœur brisé supplier Hashem, en versant d’abondantes larmes, afin de pouvoir faire partie des Juifs intègres et kashers, sache que le principal outil pour recevoir la Torah à Shavouot est la joie. La danse amène à la joie.

Un jour à Shavouot, Rabbi Na’hman demanda à un de ses élèves de l’accompagner au mikvé. Lorsqu’ ils marchèrent en direction du mikvé Rabbi Na’hman demanda à l’élève : Entends-tu les voix ? L’élève répondit qu’il n’entendait rien. Et Rabbénou était très étonné qu’il n’entendait pas… Peu de temps après, l’élève en question confia à Rabbi Nathan avoir compris qu’il s’agissait des voix et des éclairs du don de la Torah. (Hayé Moharan).