LES BÉNÉDICTIONS GÉNÉRALES

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LES BÉNÉDICTIONS GÉNÉRALES

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

INFOS GÉNÉRALES

Les bénédictions du repas sont un moyen de remercier D.ieu pour les aliments qu'il nous a donnés. Cette « mitsva de bénir » nous permet de nous rappeler constamment des bontés prodiguées par le Saint Béni soit-Il et de développer notre reconnaissance envers lui.

 

Il existe deux sortes de bénédictions pour les aliments : les bénédictions initiales (c'est-à-dire, celles qui précèdent la consommation) et les bénédictions finales (celles qui suivent la consommation).

 

QUELQUES HALAKHOTS

 

  • Les bénédictions initiales doivent être récitées avant de consommer un aliment, quelle que soit sa quantité (même pour un chewing-gum !). Question simple, y-a-t-il des aliments que l’on mange sans bénédiction ? La réponse est non.

 

  • Lorsque l'on mange plusieurs aliments ayant la même bénédiction, on ne récitera qu'une seule fois la bénédiction. Cette dernière loi est aussi valable pour les bénédictions finales.

 

  • Il faut réciter la bénédiction en attrapant l'aliment avec la main droite puis en goûter, sans aucune interruption. On ne parlera pas avant d'avoir avalé un peu de l'aliment.

 

  • Pour les boissons, la bénédiction finale ne doit être récitée que si l'on a bu au moins 86 ml (l'équivalent d'un peu moins d'un demi-verre !) d'un trait. À priori, une courte interruption n'empêche pas de réciter la bénédiction finale. Cependant, puisqu'il est difficile de savoir la mesure exacte de cette interruption, on s'appliquera à boire sans interruption.

 

  • Un mets composé de plusieurs ingrédients aura pour bénédiction celle de l'ingrédient « essentiel » ou « principal », et on ne récitera donc pas de bénédiction sur les ingrédients qui l'accompagnent ou sur les épices.

 

  • Lorsqu’on récite la bénédiction sur le pain, on rend quitte tous les autres aliments qui seront consommés au cours du repas, à l'exception du vin et des aliments ne faisant pas partie du repas (pour lesquels, on récitera la bénédiction initiale !). En effet, l'ensemble des aliments présentés à table durant le repas, comme la viande, le riz, le poisson, les œufs, ne nécessite pas que l'on récite leur bénédiction respective car ils ont tous été acquittés par la bénédiction prononcée sur le pain « hamotsi ». Toutefois, concernant des fruits ou des friandises que l'on souhaite manger en guise de dessert, il faut réciter avant leur consommation la bénédiction initiale afférente.

 

  • Si le pain est fabriqué avec de la farine provenant de l'une des 5 céréales (blé, orge, avoine, épeautre ou seigle), sa bénédiction est « hamotsi ». Si le pain est fabriqué avec une autre farine (riz, maïs, ou pomme de terre, etc…), sa bénédiction est « chéhakol ». Selon certains, la bénédiction du pain fait à base de farine de riz est « mézonot » sachant que la bénédiction finale restera toujours « boré néfachot ». 

 

  • Après avoir mangé du pain, il faut se rincer le bout des doigts (de nombreuses communautés n'obligent que les hommes à cette mitsva). Puis, on récitera le Birkat Hamazon (les actions de grâce).

 

  • Après toute bénédiction que nous entendons, il faut répondre : « Amen ». Cette loi s'applique à toutes les bénédictions, que ce soient celles du repas, celles de la prière, etc… Si l'on a attendu plus de deux secondes après la fin de la bénédiction, on ne pourra plus répondre « Amen ». De même, si l'on ne sait pas quelle bénédiction a été récitée, on ne répondra pas « Amen ».

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES BÉNÉDICTIONS

 

Nombreuses sont les bénédictions à connaître pour pratiquer la Torah.

 

En voici, une bonne liste :

  • Bénédiction au lever : « Modé (ou « moda » pour une femme) ani léfanékha, Melekh 'Haï vékayam, chéhé'hézarta bi nichmati bé'hémla, rabba émounatékha »

  • L’ablution des mains, avant de consommer du pain (au lever ou avant le « motsi ») et le matin avant « asher yatsar » : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou al netilat yadayim »

 

  • Le matin, après avoir récité « netilat yadayim » et être allé aux toilettes : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, achér yatsar èt aadam békhokhma. Ouvara vo nékavim nékavim. ‘Haloulim ‘haloulim. Galoui’ véyadoua lifné khissé khévodékha chéim yissatèm e’had méém o im yipatéa’h e’had méhém ey éfchar léit kayèm afilou chaa a’hat. Baroukh ata Hashem, rofé khol bassar oumafli laahassot »

  • Avant de consommer de la bière, de l’alcool, des œufs, du poisson, du fromage, des aliments non végétaux ou des jus de fruits : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhakol niya bidevaro »

 

  • Avant de consommer du pain : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, hamotsi lekhem min haaretz »

 

  • Avant de consommer un fruit de l’arbre (sauf bananes, ou fraises) : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré péri haets »

 

  • Avant de consommer un fruit de la terre : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré péri haadama »

 

  • Avant de consommer un aliment à base de pâte, de riz ou un gâteau : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré miné mézonot »

 

  • Avant de consommer du vin : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré péri haguefen »

 

  • Lorsqu’on sent une bonne odeur : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré miné bessamim »

 

  • Après avoir consommer du fromage, des boissons d’un trait, du chocolat, de la viande, etc… : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré nefachot rabot ve’hesronan al kol ma shebarata léa’hayot bahèm néfech kol ‘haï. Baroukh ‘haï haolamim »

  • Avant de fixer une mézouza : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou likboa mezouza »

 

  • Avant une immersion dans un mikvé : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou al hatevila »

 

  • Avant l’immersion d’ustensiles pour kashérisation : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou al tevilat kelim »

 

  • Après une captivité, un long voyage ou une longue maladie : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, hagomel »

 

  • Avant un voyage (hors de la ville) : « Téfilat a dérekh »

 

  • Après un évènement heureux, des retrouvailles après 30 jours de séparation, ou encore sur nouveau fruit ou un nouveau vêtement : ​« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhé’héyanou, véqiyémanou, véhigi'anou, lizmane hazé »

 

  • À l’occasion d’une joie personnelle : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, a tov véhamétiv »

 

  • Pour des retrouvailles, après plus d’un an de séparation : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, mé’hayé hamétim »

 

  • Après un décès : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, dayan ha émet »

 

  • Lorsqu’on entend le tonnerre : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéko’ho ougvourato malé olam »

 

  • Lorsqu’on voit la Mer Méditerranée : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, chéhassa et hayam hagadol »

 

  • Lorsqu’on voit un arc-en-ciel : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, zorér a bérit néeman bivrito vékayam béma hamaro »

 

  • Lorsqu’on voit un miracle de la nature (montagnes, éclairs, des chutes d’eaux, etc…) : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, ossé maassé béréchit »

 

  • Avant le prélèvement de la ‘halla : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léhafrich hala térouma »

 

  • Avant une fusion des plats (erouv tavchilin), fusion des cours (erouv hatséroth), fusion des distances (erouv tehoumim) : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, al mistvat erouv »

 

  • Allumage des bougies du Shabbat : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léadliq ner shel Shabbat »

 

  • Allumage des bougies de Yom Tov : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léadliq ner shel Yom Tov »

 

  • Pour ‘Hanoukka : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léadliq ner shel Hanoukka »

 

  • Avant le repas dans la Soukka : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, léchéve bassouccah »

  • Avant de mettre le talith gadol : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, lehit’atef batsitsit »

  • Avant de mettre le talith katan : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav vetsivanou, al mitsvat tsitsit »

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES BÉNÉDICTIONS : MEEN CHALOSH

Cette bénédiction est spéciale et se récite après avoir consommé une quantité suffisante de vin, de pâtisserie ou l’un des cinq fruits d’Israël (dattes, figues, raisins, grenades et olives).

 

Elle comporte trois parties distinctes : le début, le corps et la fin.

Le début est toujours le même : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam »

Si vous avez consommé une pâtisserie : « al ami’hiya veal hakalkala »

Si vous avez consommé du vin : « al haguefen veal péri haguefen »

Si vous avez consommé l’un des fruits d’Israël : « al haets véal péri haets »

Ensuite, le corps de la bénédiction est toujours le même, on poursuit en récitant : « Veal ténouvat hasadé, veal eretz ‘hemda tova ourhava cheratsita vé inchalta laavotenou léechol mipirya vélisboa mitouva. Ra’hem Hashem Elokénou alénou, veal israel amar, veal yéroushalaim irach, veal ‘har tsion mishkan kévodar, veal mizba’har, veal é’halar, ouvné Yerushalayim ir hakodesh biméhra veyaménou, véalenou létorah, vésam’hénou bévinyana ounva’har aléa bikédousha ouvtahara »

Le Shabbat, on ajoute : « Ourtsé vé’halitsénou béyom haShabbat hazé »

Pour la fin : « Ki ata tov oumétiv lakol vénodé lécha Hashem Elokénou al haaretz »

Si vous avez consommé une pâtisserie : « veal ami’hiya veal hakalkala »

Si vous avez consommé du vin : « veal péri haguefen »

Si vous avez consommé l’un des fruits d’Israël : « veal apérot »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES BÉNÉDICTIONS : LE SHABBAT

  • Les différents Kiddoushim du Shabbat  :

 

  1. Kiddoush récité le vendredi soir : « Yom hachichi ».

  2. Kiddoush récité le samedi midi : « Véchamérou ».

  3. Kiddoush des Fêtes : « Elé moadé Hashem, mikra é kodesh ».

 

  • Bénédictions de la havdala (à la fin du Shabbat !) :

 

  1. sur le vin : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré péri haguefen »

  2. sur une plante odorante : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré miné béssamim »

 ou sur une herbe aromatique : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré isbé béssamim »

 ou sur un arbuste aromatique : « Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré atsé béssamim »

   3. sur une flamme« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, boré méhoré haech »

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES BÉNÉDICTIONS : LES RAJOUTS

Certains rajouts sont présents dans les prières liturgiques Juives :

  1. Pour Hanoukka et Pourim : on insère « al hanissim ».

  2. Pour Shabbat : on insère « rétsé véa ‘halitsénou ».

  3. Pour Rosh Hodesh, Pessa’h, Shavouot, Souccot, Rosh Hashanna (Yom Tov) : on insère « yahalé véyavo ».