CHAPITRE 13

Pour l'instant, 4 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

4.     Précieux en tous est le mariage et le lit sans souillure : oui, les putains et les adultères, il les juge, Elohîms.

 

 

  • Précieux en tous est le mariage : comme on le sait, le mariage est la mitsva la plus élevée dans le Judaïsme.

 

 

  • et le lit sans souillure : cela fait référence aux relations sexuelles [accomplies dans le cadre du mariage et non en dehors].

 

COMMENTAIRE N°1

 

Le Talmud (Nida 31a) enseigne qu'il existe trois partenaires dans la Création de l'enfant : le père, qui fournit les parties blanches du corps (les os, les ongles, etc.) ; la mère, qui fournit les parties rouges (la peau, la chair, etc.) et le Saint Béni soit-Il, qui insuffle la vie à l'enfant. Les trois partenaires doivent fonctionner ensemble… Concrètement, comment cela se passe-t-il ? Les Sages (Sotah 17a) se réfèrent au mariage comme kidoushin, de la racine kodesh, saint. Cela nous enseigne que le mariage, l'union entre époux et épouse devrait être un acte sacrée. C'est alors que la Shekhina, le troisième partenaire, réside entre eux. L'union sexuelle accomplie dans la sainteté témoigne de l’honneur et du respect accordés aux pouvoirs de la Création octroyés par D.ieu.

 

 

  • oui, les putains et les adultères, il les juge, Elohîms : comme cela est rapporté dans la Torah.

 

Tu ne commettras point d'adultère. (Shemot 20 :14)

 

Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s'il commet un adultère avec la femme de son prochain, l'homme et la femme adultères seront punis de mort. (Vayikra 20 :10)

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

8.     Iéshoua’, le messie, est le même hier et aujourd’hui et dans les pérennités.

 

 

  • Iéshoua’, le messie, est le même hier : lorsqu’il était encore vivant parmi les hommes…

 

  • et aujourd’hui : étant ressuscité.

 

COMMENTAIRE N°1

Si le Mashiah Yeshoua a aimé et chéri la Torah au point de tout accomplir dans les moindres détails, il l’accomplira encore lorsqu’il reviendra… Hier, il a accompli la Torah ; étant ressuscité, par le Rouah Hakodesh, il enseigne encore la Torah et pour l’éternité, il en parlera encore… Béni soit le nom du Mashiah d’Israël. Amen.  

Le Mashiah est le but, la finalité de la Torah. (Romains 10 :4)    

  • et dans les pérennité : éternellement.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

14.     Non, certes ! nous n’avons pas ici de cité qui demeure, mais nous recherchons celle qui vient.

 

 

  • Non, certes ! nous n’avons pas ici de cité qui demeure : nous n'avons pas de cité permanente dans ce monde étant comme le dit Shimon Kéfa : Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements car je sais que je la quitterai subitement, ainsi que notre Seigneur et Mashiah Yeshoua me l'a fait connaître. (2 Kéfa 1 :13-14).

 

 

  • mais nous recherchons celle qui vient : on peut comparer ses enseignements avec le chap. 12 de cette même Lettre comme il est dit : Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du D.ieu vivant, la Jérusalem céleste, des myriades qui forment le chœur des anges, de l'assemblé des premiers-nés inscrits dans les cieux, du juge qui est le D.ieu de tous, des esprits des Tsadikim parvenus à la perfection. (Hébreux 12 :22-23)

 

COMMENTAIRE N°1

Concernant la Jérusalem céleste des temps futurs, Rabbi Yrmeyahou a dit : Dans les temps qui viennent, le Saint Béni soit-Il renouvellera son monde et il construira Jérusalem en la faisant descendre toute bâtie des hauteurs ; cela afin qu'elle soit indestructible et il a juré qu'il n'exilera plus jamais la communauté d'Israël. (Zohar Béréshit 114b).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


20.     Alors l’Elohîms de la paix, qui a conduit hors d’entre les morts le grand berger des ovins, au sang du pacte de pérennité, notre Adôn Iéshoua’,

 

 

  • Alors l’Elohîms de la paix : comme l’enseigne le Judaïsme, le mot "shalom" est le nom même de D.ieu.

 

 

  • qui a conduit hors d’entre les morts le grand berger des ovins : cela fait référence au fait qu’Hashem a ressuscité notre Admour Yeshoua. Dans le même élan, la Guémara parle de la potentialité qu’un Mashiah puisse venir du monde des morts ; elle précise même qu’il pourrait s’agir de Daniel ou d’un Tsadik du "calibre" de Daniel comme il est dit : Si le Mashiah est parmi les vivants, c'est une personne comme Yéhouda HaNassi, réputé pour sa sainteté, sa piété et sa connaissance de la Torah. Si le Mashiah est parmi les morts, c'est une personne comme Daniel, l'homme bien-aimé. (Sanhédrin 98b)

 

 

  • au sang du pacte de pérennité : cela fait référence au sang de l’Alliance Renouvelée en Yeshoua comme cela avait été prophétisé par Yrmeyahou HaNavi.

 

Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je ferai avec la maison d'Israël et la maison de Juda une Alliance Nouvelle, non comme l'Alliance que je traitai avec leurs pères, le jour où je les saisis par la main pour les faire sortir du pays d'Égypte, Alliance qu'ils ont violée, quoique je fusse leur Maître, dit l'Éternel. Mais voici l'Alliance que je ferai avec la maison d'Israël, après ces jours-là, dit l'Éternel : Je mettrai ma Torah au dedans d'eux, je l'écrirai dans leur cour et je serai leur D.ieu et ils seront mon peuple. Celui-ci n'enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l'Éternel ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, dit l'Éternel car je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leur péché. (Yrmeyahou 31 :31-34)

 

 

  • notre Adôn Iéshoua’ : le mot Adon peut être traduit par "Seigneur" ou "Maître" : on l’emploie pour parler d’un grand homme ; en l’occurrence, du Seigneur Yeshoua ou encore du Roi David.

 

Notre Seigneur David ne le sait pas. (1 Melakhim 1 :11)