CHAPITRE 10

Pour l'instant, 3 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


12.     Mais celui-ci, ayant offert un seul sacrifice pour les fautes, siège continuellement à la droite d’Elohîms.

 

 

 

  • Mais celui-ci, ayant offert un seul sacrifice pour les fautes : comme cela avait été prophétisé : Ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme puni, frappé de D.ieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. (…). L'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. (…) Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours et l'œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. À cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes et il se chargera de leurs iniquités. C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'il a intercédé pour les coupables. (Yeshayahou 53 :1-12).

 

 

COMMENTAIRE N°1

 

Voici plusieurs références de nos Maîtres sur Yeshayahou chap. 53.

 

Dans le Gan Eden, un palais est appelé le "palais des fils de la maladie" ... Le Messie entre dans ce palais et rassemble chaque douleur et chaque châtiment d'Israël. Tout cela vient reposer sur lui et s'il ne les avait pas pris sur lui-même, aucun homme n'aurait été capable de porter les châtiments d'Israël pour la transgression de la Torah car il est écrit : Certainement ce sont nos maladies qu'il a portées. (Yeshayahou 53 :4). (Zohar II, 212a)

 

À propos du Mashiah, la Guémara demande : Quel est son nom ? (…) Son nom est le lépreux (…) ainsi qu'il est dit : Certes, ce sont nos maladies qu'il a portées et nos souffrances qu'il a subies et nous le considérions comme un lépreux, frappé par D.ieu, humilié. (Yeshayahou 53 :4). (Sanhédrin 98b)

 

 

 

  • siège continuellement à la droite d’Elohîms : et c’est pourquoi, il est enseigné : Le Mashiah est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de D.ieu et il intercède pour nous ! (Romains 8 :34) ou encore : Le point capital de ce qui vient d'être dit, c'est que nous avons un tel Cohen Gadol, qui s'est assis à la droite du trône de la majesté divine dans les cieux. (Hébreux 8 :1)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

22.     approchons avec un cœur vrai dans la plénitude de l’adhérence, les cœurs purifiés d’une conscience criminelle, le corps lavé à l’eau pure.

 

  • approchons avec un cœur vrai : rempli de sincérité, authentique.

 

COMMENTAIRE N°1

Nous pourrons nous inspirer de plusieurs enseignements du Rav Avraham Ifra’h pour relier les Écrits Nazaréens avec l’actualité, notamment concernant la sincérité exigée par notre génération.

Aujourd’hui, le peuple ne vote plus pour un discours politique mais pour un candidat, une figure et une histoire. Aujourd’hui, les discours, nous n’y croyons plus... Les voix des électeurs font taire les voix des beaux discours. Pour quelle raison ? Le peuple a flairé le mensonge de la poudre aux yeux. On ne cherche plus le pouvoir politique, on cherche la sincérité, l’honnêteté et l’engagement personnel des candidats. Peu importe le programme politique, du moment que la vérité est là, nous sommes contentés… Nous ne choisissons pas le trajet du bateau mais plutôt le capitaine de celui-ci. Le mensonge, le peuple n’en veut plus. Le peuple veut de la vérité. Le peuple veut du emet. C’est le paradoxe de la 50e porte d’impureté : nous n’avons jamais été aussi empêtrés dans l’impureté ; pourtant, la sincérité, les valeurs, les messages de vérité, sont estimés… À titre individuel, la quête de la vérité est identique. Chaque individu cherche à vivre une vie en corrélation avec son emet pnimi, sa vérité intérieure. Et quoi de mieux que l’attachement au Tsadik pour y parvenir ? (Rav Avraham Ifra’h)

Un récent article fait état d’une découverte susceptible de révolutionner le monde de l’agriculture. Un agriculteur a mis en lumière une nouvelle technique permettant la culture de tomates sans l’emploi d’eau. Celui-ci a découvert que lorsque les graines de tomates étaient plantées hors des terrains agricoles, sans le moindre système d’irrigation, ni la moindre technologie, celles-ci développaient la faculté de s’implanter dans la terre, malgré les contraintes inhérentes au milieu. Deux constats s’imposent. Le premier est qu’à l’image de cette graine qui développe son potentiel alors que le terrain n’y est pas propice, l’individu se révèle à lui-même et aux autres dans les moments d’obscurité. Tout individu recèle des forces inespérées et bien souvent, c’est sous l’effet de la contrainte qu’elles se dévoilent.


Le deuxième constat est que la simplicité est la maîtresse de toutes les réussites. À l’image de cette graine qui n’a besoin de rien et qui fleurit, l’individu se doit de faire dans la simplicité, car tout y est. Cette recherche du simple se retrouve dans de nombreux domaines, notamment dans la politique. Adieu les énarques, le peuple veut des individus simples au pouvoir. Peu importe s’ils sont maladroits, pourvu qu’ils soient authentiques, vrais. Mieux vaut un authentique maladroit qu’un énarque pétri dans le mensonge. (…) Toute cette recherche de la simplicité participe d’une volonté de revenir à l’authenticité, à echad. (Rav Avraham Ifra’h)  

 

  • dans la plénitude de l’adhérence : de la émouna.

 

  • les cœurs purifiés d’une conscience criminelle : purifiés par le Rouah Hakodesh du Mashiah, nous entraînant constamment dans la sanctification, loin de la faute. De plus, comme on le sait, il n’y a, absolument, plus aucune condamnation pour ceux attachés au Mashiah Yeshoua.

 

Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Mashiah Yeshoua. (Romains 8 :1)

 

 

  • le corps lavé à l’eau pure : l’immersion au nom de Yeshoua, nous ayant lavés de notre vie passée, de toutes nos fautes, de nos fardeaux, de nos malédictions, etc…

 

L’auteur peut également parler du mikvé.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

25.     Ne désertez pas votre réunion, de vous-mêmes, comme certains s’y accoutument ; mais exhortez-vous, d’autant plus qu’approche, vous le voyez, le jour.

 

 

  • Ne désertez pas votre réunion, de vous-mêmes : n'abandonnez pas votre communauté, comme c’est enseigné dans le Judaïsme par Hillel : Hillel soulignait l'importance de la communauté : Ne te sépare pas du peuple et de la communauté. (Pirké Avot 1 :5)

 

 

  • comme certains s’y accoutument : certains Nazaréens abandonnaient leurs communautés pour diverses raisons, le but étant de s’arrocher au maximum ; malgré les tensions, les disputes, etc… La volonté d’Hashem est de voir une communauté s’épanouir dans la communion fraternelle.

 

 

  • mais exhortez-vous : comme dit plus haut, les Nazaréens doivent s’encourager et non se déchirer, se diviser, etc… L’amour étant une priorité comme cela est enseigné par le Rabbi de Natzeret lui-même : A ceci tous connaîtront que vous êtes mes talmidim, si vous avez de l'amour les uns pour les autres. (Yohanan 13 :35)

 

 

  • d’autant plus qu’approche, vous le voyez, le jour : l’auteur parle de la guéoula, soit de la délivrance finale lorsque le Mashiah se dévoilera. Qu’Hashem puisse rapprocher cette date bientôt et de nos jours. Amen.