LES BÉNÉDICTIONS
LE BIRKAT HAMAZON

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

LES BÉNÉDICTIONS : LE BIRKAT HAMAZON

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

INTRODUCTION

 

La Torah nous enseigne : « Tu mangeras, te rassasieras, et béniras Hashem ton D.ieu pour le bon pays qu'il t'a donné. » (Devarim 8 :10). Sont donc concernés par ce verset, les pains (ou les gâteaux à partir d'une quantité totale consommée de 216g !) fait à partir d'une des cinq céréales suivantes : blé, orge, épeautre, seigle et avoine.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

COMMENT MANGER DU PAIN ?

Avant de consommer un repas avec du pain (ou au moins 216g de gâteaux !), nous procédons aux ablutions appelés « Netilat Yadayim ».

  • Si l'on mange entre 0 et 26g de pain, il n'y a pas d'obligation de faire « Netilat ».

  • Si l'on mange entre 27 et 54g de pain, il faut faire « Netilat » mais sans la bénédiction.

  • Si l'on mange plus de 54g de pain, il faut faire « Netilat » avec la bénédiction.

Pour ce faire, nous prenons un kéli, soit un récipient, que nous remplissons d'eau et que nous versons à trois reprises sur la main droite puis à trois reprises sur la main gauche. Nous levons nos mains encore mouillées à hauteur de notre visage, et prononçons la bénédiction suivante avant de les essuyer :

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, acher kidéchanou bemitsvotav, vetsivanou al netilat yadaim »

« Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par ses commandements et nous a ordonné d'élever les mains »

 

Sans s'interrompre, on prend le pain dans les mains et l'on dit :

 

« Baroukh ata Hashem Élokénou Melekh HaOlam, hamotsi lekhem min haaretz »

Tu es Source de Bénédictions, Hashem notre D.ieu, Roi du monde, qui fait sortir le pain de la Terre »

 

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUELQUES HALAKHOTS

  • Pour information, selon certains Maîtres, la mitsva du Birkat Hamazon concernerait également (en plus du pain !) les sept fruits d'Israël (blé, orge, raisins, figues, grenades, olives et dattes) et selon d'autres, juste le blé. La halakha est tranchée que l'on ne fait le Birkat Hamazon que sur du pain (à partir de 27g consommé selon l'avis le plus répandu), ou sur des gâteaux (à partir d'une consommation de 216g).

  • On fera toujours avant de réciter le Birkat Hamazon, la coutume de « Mayim Ha'haronim » :  se laisser couler un peu d'eau sur le bout des doigts.

 

  • Le Birkat Hamazon est constitué de 4 bénédictions : la première fut instituée par Moshé, la seconde par Yéhochoua, la troisième par le Roi David et le Roi Shlomo, la quatrième par les Sages de Yavné, après la destruction du Second Temple. Et à quoi se réfèrent-elles ? À la nourriture, à la Terre d’Israël et à Jérusalem.

 

  • Les trois premières bénédictions du Birkat Hamazon répondent en fait, à un commandement positif de la Torah. Et comme nous l’avons souligné, à cela nos Sages ont additionné une quatrième bénédiction, intitulée « Hatov Véhamétiv ». Ainsi, si l'on a mangé et que l'on est rassasié, mais que l'on ne se souvient plus avoir récité le Birkat Hamazon, on prononcera les trois premières bénédictions seulement. En effet, étant donné que la quatrième n'a été instituée que par nos Sages, en vertu du principe halakhique stipulant que dès que l'on a un doute concernant la récitation d'une bénédiction d'ordre rabbinique, il faut s'abstenir de la prononcer, telle est la consigne dans notre cas.

 

  • Cette grande bénédiction finale doit être dite avec concentration et joie. Il s'agit de la seule bénédiction de la Torah Écrite, et elle fait donc d’ailleurs partie intégrante des 613 mitsvot.

  • On récitera le Birkat Hamazon assis. Nos Sages ont été très sévères sur ce point, compte tenu du fait qu'il s'agit d'une injonction de la Torah. De même, la bénédiction finale de "Meen Chaloch" (que l'on récite après avoir consommé un gâteau, du vin, ou un des sept fruits d'Israël) sera dite en position assise car selon l'avis de la plupart des décisionnaires, elle correspond à une prescription de la Torah, et non une simple injonction rabbinique.

 

  • On récitera le Birkat Hamazon dans un délai maximum après de 72 min après la fin du repas, ou tant que l'on se sent rassasié. On le récitera à l'endroit où l'on a mangé, et il est bon de laisser un peu de pain sur la table à ce moment (pour que la bénédiction puisse y reposer !).

  • En effet, il faudra réciter le Birkat Hamazon à l'endroit précis où l'on a mangé. Ainsi, si l'on a quitté intentionnellement la table où l'on a mangé pour aller dans un autre endroit, il faudra retourner à sa place initiale pour y prononcer le Birkat Hamazon. Toutefois, si par mégarde, on l'a prononcé dans un autre endroit, on sera tout de même quitte et il ne faudra pas le réciter à nouveau.

 

  • L'habitude est de recouvrir les couteaux ou de les retirer de la table au moment de réciter le Birkat Hamazon. Toutefois le Shabbat et les jours de Yom Tov, nous n'avons pas l'habitude de les retirer.

 

  • Le Birkat Hamazon se trouve généralement dans tous les Sidourim.

  • On ajoute au Birkat Hamazon des paragraphes spéciaux les jours de Shabbat, de Rosh 'Hodesh, de Yom Tov, ou encore à 'Hanoukka et à Pourim.

 

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

AUTRE INFOS

Trois personnes qui ont mangé ensemble doivent prononcer le « Zimoun » en disant « Névarekh Chéakhalnou Michélo ». Lorsque 10 personnes (ou plus) ont partagé ensemble leur repas, on rajoute le Nom de D.ieu dans la formule du Zimoun comme il est rapporté dans les Livres de prières : « Névareh Elokénou Chéakhalnou Michélo ».