LA BESSORA
SELON SHIMON KÉFA

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

 

LA BESSORA SELON SHIMON KÉFA

Introduction aux Apocryphes.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

L’ÉPISODE DE LA PASSION

Or, après avoir saisi le Seigneur, ils le poussaient en courant et disaient : Traînons le Fils de D.ieu, puisque nous le tenons en notre pouvoir. Et ils le revêtirent de pourpre et le firent asseoir sur un trône de jugement en disant : Juge avec justice, Roi d'Israël. Et l'un deux, ayant apporté une couronne d'épines, la posa sur la tête du Seigneur. Et d'autres qui étaient présents lui crachaient à la face et d'autres lui frappaient les joues, d'autres le piquaient avec un roseau et certains le fouettaient en disant : Par cet hommage, honorons le Fils de D.ieu. Et ils amenèrent deux malfaiteurs et ils crucifièrent le Seigneur au milieu d'eux. Mais lui se taisait comme s'il n'éprouvait aucune souffrance. Et, lorsqu'ils eurent dressé la croix, ils y inscrivirent : Celui-ci est le Roi d'Israël. Et après avoir déposé ses vêtements devant lui, ils en firent des parts et les tirèrent au sort. L’un de ces malfaiteurs les réprimanda en ces termes : Nous, c'est pour les forfaits que nous avons commis que nous souffrons ainsi, mais celui-ci, qui est le Sauveur des hommes, quel mal vous a-t-il fait ? Et, s'étant irrités contre lui, ils ordonnèrent qu'on ne lui brisât pas les jambes afin qu'il mourût dans les tourments. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :6-14)

 

LA TÉCHOUVA PAR SUITE DES MULTIPLES CATACLYSMES

Et le Seigneur cria : Ma force, ô force, tu m'as abandonné ! Et, ayant parlé, il fut élevé. Et, au même instant, le voile du Temple de Jérusalem se déchira en deux. Et alors ils arrachèrent les clous des mains du Seigneur et ils le déposèrent à terre. Et la terre tout entière trembla et il y eut une grande peur. Alors le soleil brilla et on constata que c'était la neuvième heure. Les Juifs se réjouirent. Et ils donnèrent son corps à Yossef de Ramatayim pour qu'il l'ensevelit, puisqu'il avait vu tout le bien qu'il avait fait. Ayant pris le Seigneur, il le lava et l'enveloppa dans un linceul, et il l'introduisit dans son propre tombeau appelé : le Jardin de Yossef. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :19-24)

 

LES SHLI’HIM DEMEURÉS CACHÉS

Alors, les Juifs, les Anciens et les Cohanim, ayant reconnu quel mal ils s'étaient fait à eux-mêmes, se mirent à se frapper la poitrine et à dire : Malheur à nos péchés ! Le jugement et la fin de Jérusalem s'approchent. Quant à moi, j'étais dans l'affliction avec mes compagnons, et, blessés en notre cœur, nous restions cachés, car nous étions recherchés par eux comme des malfaiteurs et comme voulant incendier le Temple. En plus de tout cela, nous jeûnions et nous demeurions assis dans le deuil et les larmes, et ce nuit et jour jusqu'au Shabbat. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :25-28)

 

L’ÉPISODE DU TOMBEAU

Or les Scribes, les Pharisiens et les Anciens s'étaient réunis puisque que tout le peuple murmurait et se frappait la poitrine en disant : Si à sa mort ces très grands signes se sont produits, voyez combien c’était un Tsadik. Les Anciens furent effrayés et allèrent chez Pilate le prier en ces termes : Donne-nous des soldats pour garder son tombeau durant trois jours, de peur que ses talmidim ne viennent le dérober et que le peuple ne s'imagine qu'il est ressuscité des morts et qu'il ne nous fasse du mal. Pilate leur donna un centurion et des soldats pour garder le sépulcre ; et, avec eux, les Anciens et les Scribes allèrent au tombeau. Et, ayant roulé une grande pierre avec le centurion et les soldats, tous ceux qui étaient là la placèrent ensemble contre la porte du tombeau. Et ils y apposèrent sept sceaux et, après avoir dressé là une tente, ils montèrent la garde. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :28-34)

 

S’en étant allées, les femmes trouvèrent le tombeau ouvert et, s'étant approchées, elles se penchèrent pour y regarder ; et elles virent là, assis au milieu du tombeau, un jeune homme, beau et revêtu d'une robe resplendissante, qui leur dit : Pourquoi êtes-vous venues ? Qui cherchez-vous ? Ne serait-ce pas celui qui a été crucifié ? Il est ressuscité et s'en est allé. Si vous ne croyez pas, penchez-vous et voyez la place où il était déposé : il n'y est plus. En effet, il est ressuscité et s'en est allé là d'où il avait été envoyé. Alors, les femmes, effrayées, s'enfuirent. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :55-58)

 

LE MAL-ETRE DES SHLI’HIM

C'était le dernier jour de Pessa’h et beaucoup de gens s'en retournaient à la maison, le Yom Tov étant terminé. Nous, les talmidim du Seigneur, nous pleurions et étions dans l'affliction. Et chacun, affligé par ce qui était arrivé, rentra à la maison. Quant à moi, Shimon Kéfa, et à Andreas, mon frère, nous prîmes nos filets et nous allâmes à la mer ; et il y avait avec nous Lévi, fils de Halphaï. (Bessora selon Shimon Kéfa 1 :58-59)