LA BESSORA SELON LES NAZARÉENS

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

 

LA BESSORA SELON LES NAZARÉENS

Introduction aux Apocryphes.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

L’IMMERSION DE YOHANAN

Voici, la mère du Seigneur et ses frères se dirent : Yohanan HaMatbil immerge pour la rémission des péchés ; allons et immergeons-le par lui. Mais Yeshoua leur dit : En quoi ai-je péché pour que j'aille me faire immerger par lui ? À moins que ce que je viens de dire, soit un péché d'ignorance. (Rapporté par Jérôme, Contre Pélage 3 :2)

 

NOTRE PAIN POUR LE « LENDEMAIN »

Voici donc comment vous devez prier : (…) Donne-nous aujourd'hui notre pain pour demain. (Rapporté par Jérôme, Commentaires sur Matityahou chap. 6) au lieu de cette formulation : « Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien. » (Matityahou 6 :11)

 

PERSÉVÉRER AVEC LE MASHIAH

Yeshoua a dit : Si vous êtes dans mon sein mais que nous ne faites pas la volonté de mon Père Céleste, je vous chasserai de mon sein. (Commentaires sur Matityahou chap. 7)

 

CE N’EST PAS VOUS QUI M’AVEZ CHOISI

Le Mashiah lui-même a enseigné la raison des séparations des âmes qui ont lieu dans les maisons, comme nous l'avons trouvé quelque part dans la Bessora, qui est répandu à l'étranger parmi les Juifs dans la langue hébraïque, et dans laquelle il est dit : Je choisis pour moi-même les plus dignes ; les plus dignes sont ceux qu’Hashem m'a donné. (Rapporté par Eusèbe, Commentaires sur Matityahou chap. 10)

 

YESHOUA CHASSE L’INFIRMITÉ

L’homme qui avait la main desséchée : « Et voici, il s'y trouvait un homme qui avait la main sèche. » (Matityahou 12 :10) est décrit comme un maçon ayant demandé de l'aide avec les mots suivants : J'étais un maçon cherchant un moyen de parnassa avec mes mains. Je t'en supplie, Yeshoua, de me rendre à ma santé, afin que je n'aie pas honte de mendier ma nourriture. (Rapporté par Jérôme, Commentaires sur Matityahou chap. 12)

 

NOUS NE SERONS JAMAIS INFAILLIBLES

Yeshoua a dit : Si votre frère a péché par la parole et a fait trois réparations, recevez-le sept fois par jour. Shimon, son talmid, lui dit : Sept fois par jour ? Le Seigneur répondit, lui disant : Oui, je te le dis, jusqu'à soixante-dix fois sept fois. Car dans les Prophètes aussi, après avoir été oints du Rouah Hakodesh, une parole de péché a été trouvée. (Rapporté par Jérôme, Contre Pélage 3 :2)

 

L’ARGENT, OU LA RACINE DE TOUS LES MAUX

Origène, dans ses commentaires, rapporte qu'il y a eu deux hommes riches qui se sont approchés de Yeshoua en chemin. Et que la deuxième homme riche aurait demandé à Yeshoua : Rabbi, quelle bonne chose puis-je faire pour vivre ? Yeshoua lui dit : Homme, accomplis la Torah et les Prophètes. Il lui répondit : Je l'ai fait. Yeshoua a dit : Allez, vendez tout ce que vous avez, et distribuez-le aux pauvres ; et venez, suivez-moi. Mais l'homme riche a commencé à s'agiter car cela ne lui plaisait pas. Et le Seigneur lui dit : Comment peux-tu dire : J'ai accompli la Torah et les Prophètes, quand il est écrit dans la Torah : Tu aimeras ton prochain comme toi-même, et que beaucoup de tes frères, des fils d’Avraham, sont couverts de crasse, mourant de faim, et ta maison est pleine de beaucoup de bonnes choses, dont aucune ne leur sert ? Et Yeshoua se tourna et dit à Shimon, son talmid, qui était assis à côté de lui : Shimon fils de Yohanan, il est plus facile pour un chameau de passer par le chas d'une aiguille que pour les riches d'entrer dans le Royaume des Cieux. (Rapporté par Origène, Commentaires sur Matityahou chap. 19)

 

LE VISAGE DU MASHIAH

Car une certaine lumière ardente et étoilée brillait de ses yeux, et la majesté de la divinité brillait sur son visage. (…) Et les rayons qui sortaient de ses yeux les terrifiés et les faisaient fuir. (Rapporté par Jérôme et Pierre de Riga, Commentaires sur Matityahou chap. 21)

 

LE VOILE, OU LE LINTEAU DU TEMPLE ?

Selon une autre version de la Bessora de Matityahou, ce n’est pas le voile du Temple qui s’est déchiré, mais plutôt le linteau du Temple qui était d'une taille merveilleuse, qui s'est effondré. (Rapporté par Jérôme, Commentaires sur Matityahou chap. 27)