LA BESSORA DE L'ENFANCE
Éditions Les Pléiades

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

 

LA BESSORA DE L'ENFANCE

Introduction aux Apocryphes.

Pour information, les crochets sont nôtres.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LE SÉJOUR DE YOSSEF, MYRIAM ET YESHOUA EN ÉGYPTE

Et, tandis qu'il réfléchissait sur la route à prendre, le matin le surprit alors qu'il avait déjà parcouru la moitié du chemin. Il arriva à proximité d'un grand village, dans lequel se trouvait un démon rebelle, qui habitait dans une idole. Toutes les autres idoles et divinités d'Égypte lui apportaient des offrandes ; un prêtre était à son service et, chaque fois que le démon parlait depuis l'intérieur de cette idole, il s'adressait à lui et c'était lui qui transmettait le message aux habitants de l'Égypte et de ses environs, car c'était vers lui que ces derniers se rendaient ; et ils subissaient sa tyrannie. Le prêtre avait un fils de trois ans possédé de nombreux démons et qui proférait toutes sortes de paroles. Lorsqu'on réprimandait ce fils, il déchirait ses vêtements et restait nu, jetant des pierres contre les gens. Dans le village se trouvait également un hospice dédié à cette idole. Lorsque Yossef et Myriam arrivèrent dans ce village, la terre trembla et l'idole tomba en compagnie de tous les autres dieux. Les prêtres et les docteurs se réunirent alors vers l'idole disant : Quel est ce tremblement qui s'est produit dans notre terre ? L’idole leur répondit : Il y a un D.ieu caché qui a un Fils caché auprès de lui ; et à cause du passage de ce dernier dans cette terre, celle-ci a été secouée et a tremblé ; et, à cause de l'intensité de sa lumière, les dieux sont également tombés. (Bessora de l’Enfance, Chap. 10)

 

RABBI YESHOUA ET SON SHALIA’H, TOMA LE DYDYME

Une femme avait deux fils jumeaux, tous deux malades. L'un était mort et l'autre était mourant. Sa mère prit ce dernier en pleurant, vint auprès de Myriam et lui dit : Myriam, aide-moi ; j'avais deux fils dont l'un est mort et l'autre mourant. Elle dit, tout en le portant : Hashem, tu es miséricordieux, bienveillant et bon, et non mauvais ; tu m'as donné deux fils et tu m'en as repris un ; laisse-moi le second ! Comme elle pleurait amèrement, Myriam eut pitié d'elle et lui dit : Pose ton enfant sur le lit de Yeshoua et mets sur lui, les vêtements de mon fils. Elle le mit sur le lit alors que ses yeux étaient déjà fermés et qu'il était près de mourir. Lorsqu'il fut enfoui dans le lit entouré des vêtements [de Yeshoua], le parfum pur du corps de Yeshoua s'éleva, il ouvrit les yeux et cria à sa mère : Mère ! Mère ! Donne-moi le sein. Elle le lui donna et il téta. Sa mère dit à Myriam : Maintenant, je sais que la puissance de D.ieu est descendue en toi au point que ton fils guérit ses semblables par le simple contact de ses vêtements. Cet enfant est celui qui, dans les ֤Écrits Nazaréens, est appelé Toma. (Bessora de l’Enfance, Chap. 28)

 

LE SATAN AVEC YÉHOUDA

Quand Yeshoua fut âgé de trois ans, il y avait une femme dont le fils était tourmenté. Son nom était Yéhouda. Chaque fois que ce démon l'assaillait, il mordait tous ceux qui s'approchaient de lui, et, s'il ne trouvait personne à mordre, il se mordait les bras et les membres. Quand sa mère entendit parler de Yeshoua et de ceux qui avaient été guéris par lui, elle lui apporta son enfant. Yaakov et Yossé l'avaient alors emmené pour jouer. Lorsqu'il arriva, Yéhouda s'assit à sa droite. Le démon l'attaqua et lui fit perdre l’esprit ; et Yéhouda frappa le flanc droit de Yeshoua, et celui-ci se mit à gémir et à pleurer. Aussitôt, le démon sortit de Yéhouda et s'enfuit comme un chien enragé. Ce garçon était Yéhouda de Quériot, qui livra Yeshoua à la mort, et l'endroit où il frappa notre Seigneur est aussi l'endroit où celui-ci fut percé par la lance. (Bessora de l’Enfance, Chap. 33)

 

 

YESHOUA PROPHÉTISAIT DANS LE BERCEAU

Nous avons trouvé dans le Livre du Cohen Gadol, qui vivait au temps du Mashiah et dont les gens disent qu'il était Caïapha, que Yeshoua parla alors qu'il était encore un bébé dans son berceau. Quand il eut un an, il dit à sa mère : Ô Myriam, je suis Yeshoua, le Fils de D.ieu que tu as enfanté comme Gavriel te l'a annoncé. Mon Père m'a envoyé pour sauver le monde. (Bessora de l’Enfance, Chap. 36)

 

YESHOUA, UN CHARPENTIER D’EXCEPTION

Bien souvent, les gens de la ville faisaient venir Yossef le charpentier pour qu'il leur fasse des travaux de menuiserie comme des portes, des tonneaux et des lits. Yeshoua l'accompagnait, et, chaque fois que Yossef avait besoin de lui dans son travail pour allonger, raccourcir, élargir ou rétrécir une planche, que ce fût d'une coudée ou d'un empan, Yeshoua étendait sa main vers lui, et le résultat souhaité se réalisait sans que Yossef eût besoin de rien faire de ses propres mains. (Bessora de l’Enfance, Chap. 36)

 

SHIMON, UN AUTRE SHALIA’H

Des gens arrivèrent, avec qui se trouvait un garçon d'une quinzaine d'années appelé Shimon ; celui-ci avait entendu un son venant d'un arbre et avait cru qu'il s'agissait du chant d'un petit oiseau. Ayant étendu la main pour le saisir, il fut mordu par une vipère. (…) La famille de Shimon était en pleurs à cause de lui, car il avait le bras très enflé et malade. Après avoir salué Yeshoua, celui-ci leur dit : Pourquoi pleurez-vous ? Ils répondirent : À cause de lui : il a étendu la main pour saisir un oiseau, et un serpent l'a mordu. Les ayant vus, Yeshoua eut pitié d'eux et s'avança pour prendre la main de l'enfant en lui disant : Ce Shimon sera mon talmid, et à l'instant Shimon fut guéri de son mal et fut comme s'il n'avait rien eu. (Bessora de l’Enfance, Chap. 41)

 

L’ÉPISODE AVEC YOHANAN HATMABIL

Des gens se rendirent auprès de Yohanan HaMatbil, qui se trouvait alors au bord du Jourdain, et portèrent témoignage sur Yeshoua auprès de lui. Ils dirent : Nous avons vu Yeshoua rappeler un mort de sa tombe et lui rendre la vie ; il est maintenant avec lui à manger et à boire. Yohanan envoya deux de ses talmidim vers Yeshoua pour lui dire : Es-tu celui qui doit venir ou en attends-tu un autre ?  Yeshoua lui répondit en disant aux talmidim de Yohanan : Allez, et dites à Yohanan ce que vous avez vu et entendu.  Les talmidim de Yohanan repartirent et l'informèrent de cela et de ce que Yeshoua avait fait. (Bessora de l’Enfance, Chap. 45)

 

Yohanan vit Yeshoua avec l'œil de l'âme. Il était venu à lui, et le Ciel et la terre étaient remplis de la lumière de sa face. La lumière du soleil était auprès de la splendeur de sa face comme la clarté des étoiles à côté de celle du soleil : les yeux humains ne pouvaient la regarder. Yohanan fut effrayé alors que Yeshoua était venu pour se faire immerger par lui. Il lui dit : Seigneur, toutes les créatures te demandent l'absolution et le pardon : comment peux-tu venir me demander l’immersion et le pardon ? Yeshoua lui répondit : C'est pour cela que j'ai été envoyé : je suis venu pour faire, compléter et achever ce pour quoi tu as été envoyé. Yeshoua descendit pour être immergé, et Yohanan vit les portes du Ciel ouvertes : l'Esprit [l’âme du Mashiah] descendit sous la forme d'une colombe, et il entendit la voix d’Hashem qui disait en haut : Celui-ci est mon Fils bien-aimé j'ai choisi : écoutez-le ! (…) Yeshoua que sortit de l'eau et ordonna à ses talmidim de se faire immerger. (Bessora de l’Enfance, Chap. 46)

 

Trois jours après l’immersion, il y eut un repas à Cana en Galilée auquel Yeshoua, ses talmidim et sa mère furent invités. Tandis qu'ils attendaient, le vin vint à manquer. Sa mère qui avait confiance dans le pouvoir de Yeshoua lui dit : Yeshoua, mon fils, les gens n'ont rien à boire. Yeshoua lui répondit : Femme, que t'importe et que m’importe ? L'heure n'est pas encore venue. Sa mère dit aux serviteurs : Prenez garde : quoi qu'il vous ordonne, faites-le ! Yeshoua ordonna de remplir les amphores d'eau jusqu'au bord ; il y en avait six. Il dit : Prenez-les maintenant, et servez ! Ils commencèrent par le premier des convives et continuèrent. Lorsque le premier convive eut goûté le vin délicieux, il appela le fiancé et lui dit : Tout le monde offre d'abord son meilleur vin, et lorsque les gens sont ivres, ils en offrent d'autres. Le fiancé répondit : Je ne sais pas d'où vient ce vin. Les invités répondirent : Il a raison de dire qu'il ne sait pas. Les échansons dirent au premier convive : Ce vin était de l'eau, et le fils de Myriam l'a changé en vin. Alors les convives louèrent Yeshoua. Ce fut le premier miracle après l’immersion. (Bessora de l’Enfance, Chap. 47)