CHAPITRE 2

Le chapitre est complet, tous les versets sont disponibles

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png
 

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.     De faux inspirés furent aussi dans le peuple, comme il y aura parmi vous de faux enseigneurs, qui introduiront subrepticement des hérésies ruineuses, en reniant le maître qui les a rachetés. Ils attireront sur eux-mêmes une ruine rapide.

 

  • De faux inspirés furent aussi dans le peuple : cela fait référence aux faux prophètes décrits dans le Tanakh comme il est dit : Voici, dit l'Éternel, j'en veux à ceux qui prophétisent des songes faux, qui les racontent et qui égarent mon peuple par leurs mensonges. (Yrmeyahou 23 :32)

 

 

  • comme il y aura parmi vous de faux enseigneurs : de faux docteurs… Bien évidemment, l’Apôtre Shimon Kéfa prophétisait toutes les futures déviances, dont les débuts du christianisme et tous ses dérivés.

 

 

  • qui introduiront subrepticement des hérésies ruineuses : des enseignements remplis de folies, de tromperies, de séductions, etc… Ces paroles de Shimon peuvent être facilement reliées avec toutes les doctrines chrétiennes actuelles.  

 

COMMENTAIRE N°1

Comme on le sait, les non-Juifs ont récupéré les enseignements du Mashiah Yeshoua afin de créer une nouvelle religion, totalement indépendante de la Torah, connue sous le nom du christianisme.

 

Par conséquent, si l’on veut parfaitement comprendre les paroles de Shimon Kéfa, il serait intéressant d’analyser certains propos des fameux "pères" de l'Église catholique, ayant introduit doctrines et pratiques antisémites dans les mœurs du monde entier.

 

Pour commencer, voici le témoignage d’un des plus éloquents d’entre eux, Jean Chrysostome, qui dénonça les Juifs dans le plus vil des langages : les plus misérables de tous les hommes (…) avares, rapaces, cupides, des bandits perfides, (…) des meurtriers invétérés, des destructeurs, des hommes possédés par le diable, (…) ; ils ont dépassé la férocité des bêtes sauvages car ils ont assassiné leur progéniture.

 

En fait, il faut savoir que dès le second siècle, plusieurs non-Juifs ont commencé à renoncer aux racines hébraïques de la foi en Yeshoua et à enseigner des doctrines très antisémites. Voici trois canons établis lors du Concile de Laodicée vers l’an 364, conséquences directes de ces mauvaises influences. 

 

  • Canon 29 : Il n'est pas propre pour les chrétiens de judaïser en chômant le Shabbat mais ils doivent travailler en ce jour, ils doivent plutôt se reposer le dimanche.

 

  • Canon 37 : Défense d'accepter, des Juifs ou des hérétiques, les présents qu'ils envoient pour leurs fêtes ; il y a désormais une interdiction de les célébrer avec eux.

 

  • Canon 38 : Défense d’accepter des Juifs du pain sans levain [de la matsa] et de participer à leur impiété.

 

Dans le Dialogue avec Tryphon, Justin Martyr fait ressortir le fait, que ce qui avait autrefois appartenu à Israël était maintenant la propriété des chrétiens. Au niveau même des Écritures Juives du Tanakh, Justin affirme de manière catégorique à Tryphon : ce ne sont pas les vôtres mais les nôtres. Pourquoi ? Car dans sa folie, l'Église a remplacé Israël en tant qu’enfants et peuple de D.ieu.

 

Ignace, un des soi-disant premiers évêques d'Antioche, déclara que le christianisme n’a pas fondé sa foi sur le Judaïsme mais que le Judaïsme l’a fondé sur le christianisme. Ceci est une absurdité surtout lorsqu’on sait que Yeshoua était Juif et que le christianisme n’existait même pas en son temps.

 

Tertullien et Origène ont également considérés les Juifs, comme étant les assassins du Christ et comme de véritables déicides. 

 

Selon d’autres sources, Jérôme, l’auteur de la Vulgate en latin et Augustin appelaient les Juifs, les maudits de D.ieu.

 

Tous ces enseignements ont malheureusement, prospéré et prirent racine dans les cœurs et les esprits des premiers croyants [issus des nations] en Yeshoua.

 

L’officialisation "doctrinale" de toutes ces déviances eut lieu vers l’an 313. En effet, après qu’il eut remporté la bataille du pont Milvius, l’empereur Constantin publiât l'édit de Milan. Bien que cet édit ne fit pas du christianisme la religion officielle de l'empire, Constantin prétendit être chrétien et ainsi, mit fin aux persécutions et plaça le christianisme sur un pied d'égalité, devant la loi, face aux autres religions de l'empire. De plus, Constantin favorisa grandement l'Église, lui octroya de larges sommes d'argent et érigea de magnifiques bâtiments dans de nombreux endroits, à Jérusalem, à Bethléem ou encore à Constantinople, etc… En d’autres termes, c’était le début de la fin car avec un empereur soi-disant chrétien, ce n'était plus du tout une honte d'être soumis aux déviances du christianisme [catholique et politique]. Au contraire, on pouvait même obtenir plus d’avantages matériels et sociaux. En conséquence, de nombreux idolâtres et non-Juifs entrèrent de plus en plus dans l'Église et apportèrent, bien sûr, leurs influences et croyances païennes avec eux. Ces non-Juifs introduisirent ainsi, au sein même de l'Église de nombreuses pratiques et doctrines qui remplacèrent complétement les valeurs Juives du départ. Comme on le sait, ces différentes pratiques et enseignements conduiront à la corruption et à l'apostasie totale de l'Église.

 

Voici une liste des doctrines et pratiques non bibliques, complétement enracinées au sein de l’Église romaine et universelle :

 

  • le culte de la Vierge Marie,

  • le célibat des prêtres,

  • la mise en place d’un pape, considéré comme étant le Vicaire du Christ,

  • la divinité de Jésus,

  • la théologie de la substitution, soit le remplacement d’Israël par l’Église comme peuple de D.ieu,

  • le salut par les œuvres, comme le fait d’acheter son paradis ou son pardon éternel par de grandes sommes d’argent faites en l’honneur de l’Église,   

  • les guerres menées au nom du Christ,

  • la corruption politique,

  • les nombreuses inquisitions,

  • la lecture de la Bible étant interdite pour le commun des mortels,

  • la cupidité, l’idolâtrie ou encore l’essor des fêtes païennes comme Noël,

  • etc… 

 

En fait, si les non-Juifs étaient restés ancré dans les racines hébraïques du "dit" Nouveau Testament, il est fort probable qu’ils n'auraient jamais succombé aux doctrines énumérées ci-dessus.

 

Je laisserai en Israël sept mille hommes, tous ceux qui n'ont point fléchi les genoux devant Baal et dont la bouche ne l'a point baisé. (1 Melakhim 19 :18)

 

De toute évidence, Hashem s’est toujours gardé un reste de véritables Nazaréens mais malheureusement, ceux-ci furent toujours une minorité, constamment persécutés et avalés par la masse non-Juive, largement dominatrice étant influencée par le pouvoir d’Essav.

 

Laissez croître ensemble l'un et l'autre jusqu'à la moisson et, à l'époque de la moisson, je dirai aux moissonneurs : Arrachez d'abord l'ivraie et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans mon grenier. (Matityahou 13 :30)

 

 

  • en reniant le maître : ces faux docteurs parlent "au nom de Yeshoua" mais en réalité, se sont complétement éloignés des enseignements du Rabbi.

 

 

  • qui les a rachetés : par leurs enseignements corrompus, ces faux docteurs renient complétement la vertu du sacrifice du Mashiah et n’ont malheureusement, plus aucune part dans les bienfaits de l’expiation disponible en Yeshoua.   

 

Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre D.ieu en dissolution et qui renient notre seul Rabbi et Seigneur, le Mashiah Yeshoua. (Yéhouda 1 :4)

 

 

 

  • Ils attireront sur eux-mêmes une ruine rapide : ils tomberont eux-mêmes dans leurs folies et s’éloigneront d’Hashem, de la Torah authentique et par conséquent, de la miséricorde divine elle-même comme il est dit : Ceux qui s'attachent à de vaines idoles éloignent d'eux la miséricorde. (Yonah 2 :8)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2.     Beaucoup les suivront dans des dérèglements par lesquels la route de vérité sera blasphémée. 

 

  • Beaucoup les suivront dans des dérèglements : en effet, combien les sectes chrétiennes sont nombreuses dans le monde : les catholiques, les évangélistes, les protestants, les anglicans, les baptistes, les adventistes, les témoins de Jéhovah, les calvinistes, les méthodistes, les mormons, etc… Tous prétendent avoir reçu le fameux "Saint-Esprit" pour guider les âmes perdues dans la vérité et paradoxalement, le christianisme est la religion la plus divisée au monde comptant des milliers de dénominations différentes. Quel œuvre splendide du Saint-Esprit : des statuts idolâtres, des divisions doctrinales énormes, des prêches menaçantes sous peine d’un enfer éternel, etc… Quelle est la raison de ce fiasco international ? L’éloignement de la Torah authentique ; en termes plus simples, il s’agit de l’apostasie dans le langage jacobien comme il est dit : Or, ils ont appris que tu enseignes à tous les Juifs qui sont parmi les non-Juifs à renoncer [apostasia] à Moshé, leur disant de ne pas circoncire les enfants et de ne pas se conformer aux coutumes. (…) Ce qu'ils ont entendu dire sur ton compte est faux mais que toi aussi tu te conduis en observateur de la Torah. (Actes 21 :21-24)

 

Les enseignements du Rabbi et des Maîtres d’Israël, sont les seuls phares dans le monde et le Mashiah Yeshoua, lui-même, a souhaité ce mode de fonctionnement en étant simplement le premier d’un grand nombres de frères.

 

Alors Yeshoua, parlant à la foule et à ses talmidim, dit : Les soferim et les proushim sont assis dans la chaire de Moshé. Faites donc et observez tout ce qu'ils vous disent. (Matityahou 23 :1-3)

 

  • par lesquels la route de vérité sera blasphémée : par l’émergence de toutes ces sectes, la Torah Nazaréenne n’est-elle pas blasphémée ou encore détestée par le Am Israël ? Combien la prophétie de Shimon Kéfa était profonde ! Par conséquent, il est aisé de comprendre qu’il est crucial de "redonner" Yeshoua au peuple Juif et de le cloisonner selon l’enseignement authentique des Maîtres d’Israël ; la vision édomite du christianisme [Essav] doit mourir.

 

COMMENTAIRE N°1

On pourra s’inspirer du Talmud pour mieux comprendre les concepts exposés par l’Apôtre Shimon Kéfa.

Il est enseigné dans une beraïta que Rabbi Yéhouda a dit : Dans la génération où le fils de David viendra, (…) les gens qui craignent le péché seront méprisés. Et le visage de la génération sera comme le visage d'un chien dans son impudence et dans son impudeur. Et la vérité manquera comme il est dit : La vérité a disparu et celui qui s'éloigne du mal est dépouillé. (Yeshayahou 59 :15). Quel est le sens de la phrase : Et la vérité a disparu ? Les Sages de la salle d'étude de Rav ont dit : Cela nous enseigne que la vérité se divisera en plusieurs troupeaux et s'éloignera. (Sanhédrin 97a)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


3.     Par cupidité, avec des paroles fabriquées, ils vous entraîneront, eux dont la condamnation ne traînera guère et dont la ruine ne s’assoupira pas.

 

  • Par cupidité : en référence aux motifs intéressés des faux docteurs déjà présents lors de l’époque apostolique.  

Et ce sont des chiens voraces, insatiables ; ce sont des bergers qui ne savent rien comprendre ; tous suivent leur propre voie, chacun selon son intérêt, jusqu'au dernier. (Yeshayahou 56 :11)

Car depuis le plus petit jusqu'au plus grand, tous sont avides de gain ; depuis le prophète jusqu'au cohen, tous usent de tromperie. (Yrmeyahou 6 :13)

 

 

  • avec des paroles fabriquées : a contrario des talmidim du Mashiah, ayant toujours annoncé des vérités divines humiliant le cœur des hommes et leur permettant d’annihiler complétement leur Yetser Hara.

Car nous ne falsifions point la parole de D.ieu, comme font plusieurs mais c'est avec sincérité, mais c'est de la part de D.ieu, que nous parlons dans le Mashiah devant D.ieu. (2 Corinthiens 2 :17)

 

 

  • ils vous entraîneront : comme il est dit : Car il viendra un temps où les hommes ne supporteront pas la saine doctrine mais, ayant la démangeaison d'entendre des choses agréables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres désirs, détourneront l'oreille de la vérité et se tourneront vers les fables. (2 Timotheos 4 :3-4)

 

  • eux dont la condamnation ne traînera guère : en référence au jugement d’Hashem et du Mashiah lui-même comme il est dit : Le Père ne juge personne mais il a remis tout jugement au Fils. (Yohanan 5 :22) 

 

  • et dont la ruine ne s’assoupira pas : en référence au Guey-Hinnom.

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


4.     Oui, si Elohîms n’a pas épargné les messagers fautifs, il les a plongés dans le Tartare, aux chaînes des ténèbres, où ils sont mis en réserve pour le jugement.

 

  • Oui, si Elohîms n’a pas épargné les messagers fautifs : comme il est enseigné dans la Torah Orale : Rabbi Yossi enseigne que ce sont [ne pas prononcer] Aza et Azaël ; à ce sujet, il a déjà été dit que le Saint Béni soit-Il les fit déchoir de la sainteté de l'En-Haut. Et si tu te demandes comment ils peuvent alors subsister en ce monde-ci, Rabbi ‘Hiya répond : ces êtres proviennent de ceux appelés : oiseaux volant [en allusion aux dieux égyptiens ayant une tête d’oiseau] sur la terre. (Béréshit 1 :20). Il a été expliqué aussi qu'ils apparaissent aux hommes sous un aspect humain. Si tu te demandes comment ils peuvent se transformer ainsi, sache qu'ils peuvent prendre en fait d'innombrables formes : lorsqu’ils sont descendus, ils se sont enveloppés de l'air du monde et ils ont ressemblé aux hommes. Tels sont [ne pas prononcer] Aza et Azaël, ils se rebellèrent dans l'En-Haut et le Saint Béni soit-Il les en fit tomber ; ils se corporifièrent sur terre et y demeurèrent sans ne plus pouvoir se débarrasser de leur forme terrestre. Ils se prostituèrent ensuite aux femmes de ce monde et jusqu'à notre époque, ils subsistent encore en enseignant la sorcellerie aux humains. (Zohar, Béréshit 58a)

 

 

  • il les a plongés dans le Tartare, aux chaînes des ténèbres : selon le Judaïsme, ces anges sont enchaînés dans les montagnes de l’Orient comme il est dit : Bilam prononça son oracle et dit : Balak m'a fait descendre d'Aram, le roi de Moav m'a fait descendre des montagnes de l'Orient. Viens, maudis-moi Yaakov ! Viens, sois irrité contre Israël ! (Bamidbar 23 :7) et comment le sait-on ? Car ces anges maléfiques ont révélé des secrets occultes au sorcier Bilam. 

 

 

  • où ils sont mis en réserve pour le jugement : comme il est enseigné par le frère du Mashiah : Hashem a réservé pour le jugement du grand jour, enchaînés éternellement par les ténèbres, les anges qui n'ont pas gardé leur dignité mais qui ont abandonné leur propre demeure. (Yéhouda 1 :6)

 
 
 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5.     s’il n’a pas épargné l’univers ancien, mais en a gardé huit, dont Noah, héraut de justice, quand il a amené le déluge sur un univers criminel.

 

  • s’il n’a pas épargné l’univers ancien : la génération du déluge, nommé l’ancien monde par Shimon Kéfa.  

 

 

  • mais en a gardé huit : comme cela est relaté dans le Sefer Béréshit : Ce même jour entrèrent dans l'arche Noa’h, Shem, ‘Ham et Yaphet, fils de Noa’h, la femme de Noa’h et les trois femmes de ses fils avec eux. (Béréshit 7 :13)

 

 

  • dont Noah, héraut de justice : un véritable Tsadik comme il est également dit : Noa’h était un juste et un homme intègre dans son temps ; Noa’h marchait avec D.ieu. (Béréshit 6 :9)

 

COMMENTAIRE N°1

Au sujet du déluge et de Noa’h, il serait intéressant de rapporter ici les paroles du Zohar, œuvre principale de la Kabbale, narrant une conversation entre lui et Hashem après le maboul. 

Lorsqu’il a quitté l'arche et a vu un monde complétement détruit, Noa’h a commencé à pleurer devant le Saint Béni soit-Il et lui a alors dit : Maître de l'univers, tu es appelé Miséricordieux. Tu aurais dû être miséricordieux pour ta Création ! D.ieu lui a répondu : Berger imbécile ! Ce n’est que maintenant que tu intercèdes ? Pourquoi n’as-tu pas intercédé au moment où je t’ai dit que je voyais en toi le Tsadik de la génération, ou quand j'ai dit que j'amènerai un déluge sur le monde, ou quand je t’ai dit de construire une arche ? J'ai constamment retardé le déluge et j'ai dit : Quand Noa’h va-t-il intercéder pour la compassion du monde ? Et maintenant que le monde est détruit, tu ouvres la bouche, tu pleures devant moi et tu m’adresses des supplications ? (Zohar Hashmatot, Béréshit 254b)

En ce qui concerne le verset : Noa’h était un juste et un homme intègre dans son temps ; Noa’h marchait avec D.ieu. (Béréshit 6 :9) ; Rabbi Yohanan a enseigné : Par rapport aux autres personnes de sa génération, il était un Tsadik mais il ne l’était pas par rapport à celles des autres générations. Reish Lakish a enseigné : Dans sa génération, il était un Tsadik malgré un entourage rempli de mauvaises influences et il aurait été d'autant plus, considéré comme juste et sincère dans les autres générations. (Sanhédrin 108a). Rachi commente : certains de nos Maîtres y voient un éloge : à plus forte raison, si Noa’h avait appartenu à une génération de justes, aurait-il été encore plus juste. Or, d’autres y voient un blâme : Noa’h était un juste dans sa propre génération mais s’il avait appartenu à celle d’Avraham, il n’aurait compté pour rien. (Commentaires de Rachi, Béréshit 6 :9)

Pour pouvoir pencher du côté d'une opinion ou de l'autre, ou pour pouvoir porter un jugement sur la vraie valeur de Noa’h ; nous devons d'abord comprendre la génération terrible dans laquelle il vécut.

L'Éternel vit que la méchanceté des hommes était grande sur la terre et que toutes les pensées de leur cœur se portaient chaque jour uniquement vers le mal. (Béréshit 6 :5)

Nos Maîtres décrivent la génération de Noa’h comme une génération où les frontières morales s’étaient totalement effondrées : corruption, vol, débauche, etc… Selon la Torah, Noa’h n'aurait donc pas participé à tous ces fléaux et n’aurait commis aucun mal, ce qui faisait de lui un Tsadik parmi cette génération. Néanmoins, comme le souligne le Zohar, nous ne le trouvons pas non plus, à l’instar de Moshé ou d’Avraham, en train d’intercéder auprès d’Hashem pour sa génération… À la lumière de cette révélation, on peut alors comprendre ce qu’on souhaite nous enseigner : en réalité, D.ieu a reproché à Noa’h qu'en tant que leader de sa génération, il n’avait pas intercédé pour les siens. Noa’h avait une réelle responsabilité envers les autres. Or, son leadership pourrait être comparé à un berger qui voit son troupeau s'éloigner du bon chemin, errant à proximité de loups dangereux et concluant que les moutons méritent d'être mangés parce qu'ils se sont égarés ; c'est pourquoi D.ieu l'a appelé, selon le Zohar, un "berger imbécile" …

Rabbi Yohanan a dit : Noa’h n'a pas défendu sa génération, ni prié pour eux, contrairement à Avraham. En effet, lorsque Hashem a dit à Avraham qu'il détruirait Sodome et Gomorrhe, Avraham a immédiatement commencé à prier. (…) Quelque temps plus tard, Moshé est venu et lorsqu’Hashem lui a dit : ils se sont détournés rapidement de la façon dont je leur ai commandé ; de façon immédiate, Moshé s'est levé et a prié ! Il est même enseigné que Moshé était prêt jusqu’à donner son âme pour les gens, dans ce monde et dans l’autre. (Zohar Hashmatot, Béréshit 254b)

Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas mais je n'en trouve point. (Yehezqel 22 :30)

Face aux actes horribles des villes de Sodome et Gomorrhe, Avraham a supplié Hashem de ne pas condamner le juste avec le méchant. Or, comme nous l’avons compris, Noa’h n'a jamais engagé D.ieu dans un dialogue similaire… Au contraire, Noa’h a accepté le décret divin : si les gens sont coupables, il n'y a alors pas d'arguments possibles et c’est cette pensée qui fut précisément jugée comme hérétique par Hashem. Avraham a essayé de discuter, d'exonérer certains des habitants de la ville et au mieux, peut-être de sauver la ville de l'anéantissement sur le mérite de dix hommes bons. Moshé, encore plus grand, est prêt à se sacrifier complétement pour sauver la nation et ce, malgré leurs péchés. Comme nous l’avons dit, Noa’h ne fait rien de tel et a même préférer peiner pendant 120 ans à construire une arche. Pourquoi ? Car Noa’h était satisfait de sa propre justice, il monte à bord avec sa famille laissant le monde entier périr sous le courroux divin et comme on le dit de façon ironique : après moi le déluge ! Imaginez ce qui se serait passé si Noa’h avait refusé de monter à bord de l'arche et c'est peut-être la façon dont Moshé aurait réagi comme il est dit : Pardonne maintenant leur péché ! Sinon, efface-moi de ton Livre que tu as écrit. (Shemot 32 :32) ; toute la spiritualité de Moshé sera celle de se montrer comme étant un "berger fidèle" toujours prêt à se sacrifier pour son troupeau et c’est d’ailleurs, notre devoir de l’imiter.

Le Zohar nous révèle que lorsque l'humanité pèche, D.ieu parle toujours avec le meilleur homme de la génération afin que celui-ci puisse prier pour le pardon de tous. Or, Noa’h a échoué dans cette mission divine et c’est pourquoi, des siècles plus tard, Yeshayahou HaNavi nomme les eaux du déluge, les eaux de Noa’h car finalement Noa’h fut lui-même tenu responsable du déluge. (Zohar, Vayikra 3 :15a)

Il en sera pour moi comme des eaux de Noa’h : J'avais juré que les eaux de Noa’h ne se répandraient plus sur la terre ; je jure de même de ne plus m'irriter contre toi et de ne plus te menacer. (Yeshayahou 54 :9)

La chute spirituelle de Noa’h ne s’est pas non plus arrêtée là : après l’épisode de l’arche, il plante un vignoble puis s'enivre de vin. Pourquoi ? Car Noa’h ne peut pas faire face à son échec, sa passivité ayant conduit à la destruction de toute une civilisation.

Il but du vin, s'enivra et se découvrit au milieu de sa tente. (Béréshit 9 :21)

Les Sages du Talmud ont deux opinions sur ce qui s'est réellement passé : Rav et Shmouel diffèrent, l'un soutenant que ‘Ham l'a castré, tandis que l'autre dit qu'il l'a sodomisé. (Sanhédrin 70a) mais ce que les deux opinions ont en commun, c'est l'incroyable rage de ‘Ham dirigée contre Noa’h. Mais pourquoi un fils serait-il autant irrité contre son père ? ‘Ham avait compris que la passivité de son père avait causé la destruction du monde et à cause de cela, il était en colère.

Malgré tous ces propos, il est bon de conclure comme Shimon Kéfa : Noa’h doit être malgré ses défauts, considéré comme un véritable héraut de justice car bien évidemment, nous ne pouvons ignorer le fait que Noa’h était le seul homme bon et juste de sa génération et qu’il est devenu grâce à sa piété, le sauveur de l’humanité tout entière.

C'est par la foi que Noa’h, divinement averti des choses qu'on ne voyait pas encore et saisi d'une crainte respectueuse, construisit une arche pour sauver sa famille ; c'est par elle qu'il condamna le monde, et devint héritier de la justice qui s'obtient par la foi. (Hébreux 11 :7)

 

  • quand il a amené le déluge sur un univers criminel : comme cela est également relaté dans le Sefer Béréshit : La terre était corrompue devant D.ieu, la terre était pleine de violence. D.ieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre. (Béréshit 6 :11-12)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


6.     s’il a réduit en cendres les cités de Sedôm et d’Amora, les condamnant en les donnant en exemple pour les criminels de l’avenir.

 

  • s’il a réduit en cendres les cités de Sedôm et d’Amora : comme il est dit : Alors l'Éternel fit pleuvoir du Ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l'Éternel. (Béréshit 19 :24)

 

 

  • les condamnant : car les gens de Sodome étaient méchants et de grands pécheurs contre l'Éternel. (Béréshit 13 :13) et ailleurs, il est également dit : Le cri contre Sodome et Gomorrhe s'est accru, et leur péché est énorme. (Béréshit 18 :20)

 

 

  • en les donnant en exemple pour les criminels de l’avenir : comme il est dit : car il se sert d’eux pour juger les peuples. (Iyov 36 :31). (Midrash Tan’houma, Vayéra 10) et lorsque D.ieu vient punir les créatures, il amène sur elles du feu venant des Cieux comme il l’a fait à Sodome. (Rachi)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


7.     s’il a délivré Lot le juste, qu’accablait l’impudente conduite des hors-la-loi.

 

  • s’il a délivré Lot le juste : à ce sujet, il est important de noter que Lot n'était juste que par rapport aux habitants de la ville et dans le même élan, il est enseigné que Noah n'était un Tsadik que par rapport à sa génération. (Sanhédrin 108a)

 

COMMENTAIRE N°1

Dans ce cas précis, il est également fort probable que Shimon Kéfa fasse référence au concept de la justification [par le mérite du Tsadik] étant donné qu’il est enseigné dans la Torah : Lorsque D.ieu détruisit les villes de la plaine, il s'était souvenu d'Avraham. (Béréshit 19 :29) et Rachi nous explique : En quoi s’est-il souvenu d’Avraham ? Il s’en est souvenu au sujet de Lot. Et ailleurs, Rachi enseigne également : Tu as fait le mal comme eux et c’est seulement par le mérite d’Avraham [du Tsadik] que tu es sauvé. (Commentaires de Rachi, Paracha Vayéra)

 

 

  • qu’accablait l’impudente conduite des hors-la-loi : et à ce sujet, il est dit : Lot était assis à la porte de Sodome. Quand Lot les vit, il se leva pour aller au-devant d'eux et se prosterna la face contre terre. (Béréshit 19 :1) ; l’expression "la porte de la ville" signifie selon Rachi, qu’on l’avait, ce jour-là, institué Juge. (Béréshit Rabah 50 :3) et par conséquent, l’on peut supposer que Lot désirait être le Juge de Sodome. D'ailleurs, par la suite, Lot sera également attaqué par ses voisins pour s’être érigé en Juge : Ils dirent : Retire-toi ! Ils dirent encore : Celui-ci est venu comme étranger, et il veut faire le Juge ! (Béréshit 19 :19). Selon un avis, Lot désirait être "une tête d’affiche" [tout comme Avraham] dans la ville de Sodome et à ce sujet, il est vrai qu'être un Juge est un statut honorable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


8.     oui, ce juste habitait parmi eux, il les voyait et les entendait jour après jour, tourmenté en son être de juste par leurs œuvres de non-tora.

 

  • oui, ce juste habitait parmi eux : comme nous l’avons vu au verset précédent, Lot n'était juste que par rapport aux habitants de la ville de Sodome. À ce sujet, Rachi nous enseigne : Et les hommes de Sodome étaient pervers. (Béréshit 13 :13) et pourtant, cela n’a pas dissuadé Lot de s’installer chez eux ! (Commentaires de Rachi, Paracha Lekh Lekha) et il est même rapporté : C’est parce qu’ils étaient de mauvaises mœurs que Lot a choisi de s’établir dans leur voisinage. (Horayoth 10b, Béréshit Raba 41 :7)

 

 

  • il les voyait et les entendait jour après jour, tourmenté : malgré tout, en ayant côtoyer Avraham, le Tsadik de sa génération, Lot avait selon Shimon Kéfa, l’âme tourmentée par autant d’iniquité et désirait certainement y mettre fin notamment en devenant le Juge de la ville. (Béréshit 19 :1)

 

 

  • en son être de juste par leurs œuvres de non-tora : et à ce sujet, il est enseigné par le Prophète Yehezqel : Voici quel a été le crime de Sodome, ta sœur. Elle avait de l'orgueil, elle vivait dans l'abondance et dans une insouciante sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l'indigent. (Yehezqel 16 :49)

 

COMMENTAIRE N°1

 

Encore un peu de temps, et le méchant n'est plus. (Téhilim 37 :10)

 

Quels étaient les points positifs de Lot pour être considéré comme un Tsadik aux yeux de l’Apôtre Shimon Kéfa, talmid du Mashiah Yeshoua ?

 

  • S’être attaché au Tsadik de sa génération [au moins un temps] comme il est dit : Avram partit, comme l'Éternel le lui avait dit et Lot partit avec lui. (Béréshit 12 :4)

 

  • Lorsque les anges lui rendent visite, ce dernier leur sert de la matsa comme il est écrit : Il leur donna un festin et fit cuire des pains sans levain. (Béréshit 19 :3) ; par conséquent, on peut aisément en déduire que Lot faisait Pessah.

 

  • Comme nous l’avons déjà souligné, l’expression "la porte de la ville" fait allusion à l'endroit où l'on jugeait et ainsi, il nous est possible d’émettre l’hypothèse selon laquelle, Lot désirait être le Juge de Sodome afin d’atténuer les péchés de ses habitants.

 

  • Malgré un ‘hessed démesuré, Lot souhaite exercer l’hospitalité envers des malakhim et ce, dans une ville totalement inhospitalière. À ce sujet, il est enseigné dans la Torah Orale que c’est chez Avraham, que Lot avait appris à pratiquer l’hospitalité. (Béréshit Raba 50 :4)

À noter que l'interprétation que Lot se faisait du 'hessed est terrifiante : plutôt que de mettre en danger ses invités, il propose à la foule ses filles vierges. Or, ce n'est pas du tout ce que le 'hessed est supposé être ; le comportement de Lot est moralement choquant. Par conséquent, l’on comprendra aisément que Lot n'était pas plus qu'un prétendant à la grandeur d'Avraham puisque son 'hessed, contrairement à celui du Tsadik de sa génération, le conduit à une aberration. Cela ne devait pas être facile d'être constamment dans l’ombre de son illustre oncle mais même lorsqu’il essaye de l'imiter, Lot semble constamment échouer.

En conclusion, Lot n'était pas un grand homme mais n’était pas forcément non plus un impie du niveau de Bilam, de Lavan ou encore d’Essav ; l’on pourrait simplement témoigner que selon nos Écrits, la grandeur lui a échappé… Alors, pourquoi a-t-il été sauvé de Sodome ? Était-il un petit Tsadik ? Lot était un Tsadik de la même manière que Noa’h était, selon nos Maîtres, un Tsadik au milieu des mauvais. Autrement dit, la piété de Lot est une justice relative étant, lorsqu'on la regarde objectivement, considérée comme insuffisante selon Rachi.

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


9.     C’est que IHVH-Adonaï sait délivrer des épreuves les fervents, et garder les injustes pour les châtier le jour du jugement.

 

  • C’est que IHVH-Adonaï sait délivrer des épreuves les fervents : en effet, D.ieu est bon pour chacun et souhaite délivrer toutes âmes ; à combien de plus fortes raisons, lorsqu’il s’agit de véritables hommes pieux…. 

COMMENTAIRE N°1

Quel est le message de la traversée du peuple d’Israël lors de la Mer des Joncs ? Hashem voulait enseigner au Am Israël qu'en l'espace d'une journée, en l’espace d’un clin d’œil ; la délivrance peut arriver ! En effet, le peuple avait subi plus de 210 ans d'esclavage en Égypte et en une seule journée, la puissance économique de l’Égypte fut réduite à néant et un peuple d'esclaves s’est hissé au titre d’hommes libres !

La Torah, dans toute sa grandeur, veut nous faire passer le message suivant : chacun est esclave d’une chose : la maladie, le chômage, le célibat, la solitude, la dépression, le vide spirituel, la persécution, etc…peu importe les épreuves. Cependant, il faut savoir qu’en un clin d’œil, la délivrance peut intervenir dans une situation.

Yossef a été 12 ans en prison et en une journée, est devenu le premier Ministre de toute l’Égypte. Comment est-ce possible ? Car comme l’explique Shimon Kéfa, Hashem veille sur chacun d’entre nous et par conséquent, il ne faudra jamais se décourager…

Comme l’a crié Rabbi Na'hman de Breslev, le désespoir n'existe pas ! Chaque situation dite catastrophique peut se renverser en une seule seconde ! Une mer peut s'ouvrir, une rocher donner de l'eau et le Mashiah Yeshoua se dévoiler ! Qu’il en soit ainsi, bientôt et de nos jours. Amen.

 

 

  • et garder les injustes pour les châtier le jour du jugement : comme cela est relaté dans le Tanakh :  C'est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans l'assemblée des justes. (Téhilim 1 :5) ou encore : Car D.ieu amènera toute œuvre en jugement, au sujet de tout ce qui est caché, soit bien, soit mal. (Qohèleth 12 :14)

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


10.     Avant tout, ceux qui vont après la chair dans une convoitise corrompue, méprisant ce qui est de l’Adôn, insolents, égoïstes, ils ne tremblent pas de blasphémer les gloires.

 

 

  • Avant tout, ceux qui vont après la chair dans une convoitise corrompue : en référence aux souillures du corps et à ce sujet, il est enseigné par Shaoul : Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution, l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l'envie, l'ivrognerie, les excès de table et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le Royaume de D.ieu. (Galates 5 :19-21)

 

 

  • méprisant ce qui est de l’Adôn, insolents : en référence au mépris envers toutes autorités divines ou humaines établies afin d’encourager au milieu du peuple, une pratique authentique de la Torah.  

 

 

  • égoïstes : car ces hommes servent leur propre ventre comme il est dit : Car de tels hommes ne servent point le Mashiah notre Seigneur mais leur propre ventre et, par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples. (Romains 16 :18)

 

  • ils ne tremblent pas de blasphémer les gloires : en référence aux anges, aux puissances célestes en général.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


11.     alors que les messagers, supérieurs en force et en dynamisme, ne portent pas contre elles de jugement blasphématoire devant IHVH-Adonaï.

 

  • alors que les messagers, supérieurs en force et en dynamisme : en référence aux anges, bien plus grands en force que ces hommes orgueilleux et rebelles.

 

  • ne portent pas contre elles de jugement blasphématoire : et il est précisé dans la Lettre de Yéhouda : Ces hommes aussi, entraînés par leurs rêveries, souillent pareillement leur chair, méprisent l'autorité et injurient les gloires. Or, l'archange Mikhael, lorsqu'il contestait avec le Satan et lui disputait le corps de Moshé, n'osa pas porter contre lui un jugement injurieux mais il dit : Que le Seigneur te réprime ! Eux, au contraire, ils parlent d'une manière injurieuse de ce qu'ils ignorent, et ils se corrompent dans ce qu'ils savent naturellement comme les brutes. (Yéhouda 1 :8-10)

 

  • devant IHVH-Adonaï : ces apostats [certainement les gnostiques selon le contexte] décrits dans l'Épître de Yéhouda et dans celui de Shimon Kéfa sont comparés à Sodome et Gomorrhe, qui non seulement étaient coupables de péchés sexuels mais voulaient également s’en prendre aux anges qui ont été envoyés les détruire. Autrement dit, si Mikhael n'a pas attaqué le Satan lui-même ; à combien plus fortes raisons ces gens ne devraient-il pas blasphémer contre les puissances célestes qui représentent Hashem lui-même, la source de toutes choses.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

12.     Mais ceux-là, comme des animaux sans parole, de nature, nés pour la capture et la pourriture, blasphèment ce qu’ils ignorent. Ils seront corrompus de la même corruption.

 

  • Mais ceux-là, comme des animaux sans parole, de nature : s’abandonnant aux penchants naturels [charnels] du Yetser Hara, présents en chacun d’entre nous et au sujet de Bilam, il est enseigné : la klipa [force négative] de Bilam constitue la rupture totale de l’alliance [rapports avec des femmes interdites, etc…]. Bilam était enfoui profondément dans ce problème, à tel point qu’il ne voulut jamais faire le moindre effort pour s’en sortir. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h) ou encore : Bilam ne désirait que les honneurs et l’argent, et était enfui dans les désirs charnels au point d’avoir des rapports avec son ânesse. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

 

 

  • nés pour la capture et la pourriture : en référence au châtiment divin.  

 

 

  • blasphèment ce qu’ils ignorent : ils sont incompétents pour instruire, étant des parfaits ignorants concernant les voies divines.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Pour mieux comprendre cette parole de Shimon Kéfa et pour l’appréhender selon un autre angle, nous pourrons nous inspirer des enseignements ‘hassidiques Breslev du Rav Avraham Ifra’h.

 

Rabbi Nathan de Breslev enseigne que ce sont les hommes qui représentent le plus grand obstacle à la diffusion du Tsadik dans le monde, et cet obstacle est d’autant plus grand lorsque l’opposition s’habille dans des "Sages" de la Torah à l’image de Zimri, grand érudit en Torah qui s’opposa à Moshé Rabbénou… En effet, Zimri est venu railler Moshé avec une madianite à ses côtés, en arguant que selon ses interprétations de la Torah, cette dernière lui était permise afin de justifier son comportement inacceptable.

 

 

  • Ils seront corrompus de la même corruption : malheureusement, ces hommes déviants subiront le fruit de leurs multiples égarements.

 
 
 
 
 
 
 
 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

13.     Subissant l’injustice en salaire de l’injustice, ils estiment en plein jour le plaisir de la luxure. Contaminés, tarés, ils jouent avec leurs ruses en festoyant avec vous.

 

  • Subissant l’injustice en salaire de l’injustice : selon le principe Juif de "mida kénégued mida" … 

 

  • ils estiment en plein jour le plaisir de la luxure : goût immodéré, recherche et pratique des plaisirs sexuels considérés comme immoraux par la Torah de Moshé.

 

Marchons honnêtement, comme en plein jour, loin des excès et de l'ivrognerie, de la luxure et de l'impudicité, des querelles et des jalousies. (Romains 13 :13)

 

  • contaminés : par le péché comme il est dit : Chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui. (2 Kéfa 2 :19)

 

  • tarés : et à ce sujet, il est enseigné par la Torah Orale : Un homme ne faute que s'il est possédé par un vent de folie. (Sota 3a)

 

  • ils jouent avec leurs ruses en festoyant avec vous : tels des loups [affamés] au milieu des brebis et à ce sujet, il est enseigné par le Mashiah : Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtement de brebis mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. (Matityahou 7 :15)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

14.     Les yeux gonflés par l’adultère, insatiables de fautes, séduisant les êtres chancelants, ils ont le cœur exercé à la cupidité des enfants de malédiction.

 

  • Les yeux gonflés par l’adultère : contrairement aux apostats, les Nazaréens doivent tout faire pour garder leurs yeux étant donné que regarder une femme est un interdit de la Torah qu’on mentionne tous les matins dans le Chéma Israël. À ce sujet, le Rav Ovadia a déclaré qu’il avait mérité que tous ses enfants soient dans la Torah et soient des Rabanim juste par le fait que lorsqu’une femme entrait dans le Beth Din, il ne la regardait pas…

 

  • insatiables de fautes : la tradition Juive enseigne qu’Hashem a créé le penchant du mal et la Torah comme une épice ; le Ben Yéhoyada précise qu’une épice donne du goût et ainsi, dans notre étude de Torah, l’on doit avoir du goût et mettre du cœur pour parer aux incitations du Satan.

 

  • séduisant les êtres chancelants : en référence aux âmes mal affermies et à ce sujet, il a été enseigné par les Apôtres : Bien-aimés, n'ajoutez pas foi à tout esprit mais éprouvez les esprits, pour savoir s'ils sont de D.ieu car plusieurs faux prophètes sont venus dans le monde. (1 Yohanan 4 :1)

 

  • ils ont le cœur exercé à la cupidité des enfants de malédiction : en comparaison avec la cupidité de Bilam comme il est dit : Ils se sont jetés pour un salaire dans l'égarement de Bilam. (Yéhouda 1 :11) et il est également rapporté par Rachi : Le cœur et les yeux sont les explorateurs du corps et ils se font ses courtiers pour les péchés : l’œil voit, le cœur désire et le corps les commet. (Midrash Tan‘houma)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


15.     Abandonnant la route droite, ils se sont égarés en suivant la route de Bilâm bèn Beor, qui aime le salaire de l’injustice.

 

  • Abandonnant la route droite : la voie de la vérité, instaurée par le Mashiah et ses talmidim comme il est dit : la Kéhila du D.ieu vivant représente la colonne et l'appui de la vérité. (1 Timotheos 3 :15)

 

  • ils se sont égarés en suivant la route de Bilâm bèn Beor : l’idéologie de Bilam, matérialisée par la cupidité, l’égoïsme, les désirs charnels ou encore les faux enseignements, etc…

 

COMMENTAIRE N°1

Pour mieux comprendre les paroles de l’Apôtre Shimon Kéfa, nous pourrons nous inspirer des enseignements du Pirké Avot.

Celui ayant un œil bon, un esprit humble et un petit appétit fait partie des talmidim d’Avraham Avinou. Celui ayant un œil méchant, un esprit hautain et un large appétit fait partie des talmidim de Bilam, le méchant. Quelle différence y a-t-il entre les talmidim d’Avraham Avinou et les talmidim de Bilam ? Les talmidim d’Avraham mangent dans ce monde et posséderont le Olam Haba comme il est dit dans les Proverbes de Shlomo : Pour donner des biens à ceux qui m'aiment et pour remplir leurs trésors. (Mishlei 8 :21). Or, les talmidim de Bilam hériteront du Guey-Hinnom et iront dans le gouffre de la destruction comme il est dit dans les Téhilim du Roi David : Et toi, ô Dieu ! Tu les feras descendre au fond de la fosse ; les hommes de sang et de fraude n'atteindront pas la moitié de leurs jours. C'est en toi que je me confie ! (Pirké Avot 5 :19) 

 

 

  • qui aime le salaire de l’injustice : comme il est enseigné par Rachi : Bilam était cupide et convoitait l’argent d’autrui. (Rachi, Béréshit 22 :18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


16.     mais il reçut le reproche d’avoir transgressé la tora : une bête de somme aphone lui a parlé avec une voix d’homme, pour empêcher la folie de l’inspiré.

 

  • mais il reçut le reproche d’avoir transgressé la tora : la volonté d’Hashem, étant contenue dans la Torah de Moshé.

 

  • une bête de somme aphone lui a parlé avec une voix d’homme : et à ce sujet, il est enseigné dans les milieux ‘hassidiques : Rabbi Nathan nous a rapporté un Midrash : le fait que l’ânesse ouvrit sa bouche fut un miracle comme jamais il n’y avait eu depuis la Création du monde. En effet, c’est par ce miracle qu’Hashem courba la bouche de Bilam qui fut contre son gré contraint de bénir le peuple d’Israël qui se trouvait alors en grand danger. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

 

  • pour empêcher la folie de l’inspiré : Hashem fit parler l’ânesse afin d’humilier Bilam en lui montrant que son pouvoir venait de son animalité et par la suite inversa la malédiction de Bilam en bénédiction, tout cela par le mérite de Moshé Rabbénou, le Tsadik de la génération. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


17.     Ceux-là sont des sources sans eau, des brumes entraînées par un tourbillon, que l’obscurité des ténèbres retient.

 

  • Ceux-là sont des sources sans eau : dans le langage de nos Maîtres, l’eau est comparée avec la Torah. À la lumière de cette révélation, il est donc aisé de comprendre que ces hommes déviants tiraient leurs forces d’une source impure [comparée avec celle de Bilam] et non de la Torah de Moshé. 

 

 

  • des brumes entraînées par un tourbillon : digne de la folie.  

 

 

  • que l’obscurité des ténèbres retient : en référence au Guey-Hinnom.

 

COMMENTAIRE N°1

Dans le Traité Guitin, il est rapporté que le célèbre Onkelos utilisa la nécromancie afin de demander à des défunts quel était leur état après leur mort. Voulant se convertir à la Torah d'Israël, son but était de savoir s’il ferait le bon choix ou non ; parmi les défunts, Onkelos eut contact avec Bilam.

Onkelos était le neveu de Titus et voulait se convertir. Il s’en alla et invoqua (…) Bilam par la sorcellerie et lui demanda : Qui est important dans l’autre monde ? Il lui dit : Israël. Onkelos lui demanda : Que penses-tu de l’idée que je me joigne à eux ? Il lui dit : Tu ne t’intéresseras pas à leur prospérité et à leur bien-être, jamais ! (Devarim 23 :6). Onkelos lui demanda : Quel est ton châtiment ? Bilam lui dit : Mon châtiment est de brûler dans de la semence bouillante. (Guitin 57a)

Pour information, il est également rapporté qu’Onkelos eut aussi contact avec un certain Yeshu qui lui révéla qu'il devait chercher le bien-être d'Israël car les Juifs sont comme la pupille de l’œil d'Hashem. La Guémara continue en disant que la punition de ce Yeshu est de bouillir dans des excréments brûlants car il s'agit de la punition pour s'être moqué des paroles des Sages.

Bien que les Nazaréens soient complétement en désaccord avec ce passage, il est intéressant de constater que non seulement Yeshoua conseille à Onkelos de se convertir au Judaïsme et confirme l’élection d’Israël mais le seul péché qui lui est reproché est, non pas d’avoir abrogé la Torah ou d’avoir poussé le peuple à adorer un autre dieu que l’Éternel mais d’avoir dépassé les bornes dans ses controverses halakhiques, lesquelles étaient communes à l’époque entre les enseignants de la Torah, et de s’être moqué de ceux dont il ne partageait pas le point de vue. Bien que le passage dise que Yeshoua est châtié en raison de cela, on est bien loin de l’hérétique anti-Torah que dépeignent les autres textes talmudiques.

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

18.     Oui, proférant les excès de la vanité, ils capturent par les convoitises de la chair et les impudences ceux qui échappaient à peine aux conduites de l’égarement.

 

  • Oui, proférant les excès de la vanité : en référence aux choses futiles, illusoires et vaines présentes dans ce monde matériel ; le Roi David s’en plaignait déjà dans les Téhilim comme il est dit : Jusques à quand aimerez-vous la vanité, chercherez-vous le mensonge ? (Téhilim 4 :2)

 

 

  • ils capturent par les convoitises de la chair : cela fait référence aux passions et aux désirs charnels. 

 

 

  • et les impudences : l’arrogance et les diverses effronteries de ces apostats [gnostiques] étaient jugées inacceptables par Shimon Kéfa.

 

 

  • ceux qui échappaient à peine aux conduites de l’égarement : ce verset nous parle de l’action de ces apostats ; en fait, on peut largement comprendre que n’est pas aux Nazaréens expérimentés que ces gens s’adressaient, sachant qu’ils perdraient leur temps mais plutôt aux plus jeunes dans la foi de sorte que, tentés par les convoitises de ce monde, ils succombent de nouveau.  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


19.     Ils leur promettent la liberté, étant eux-mêmes des esclaves de la corruption : oui, de qui il est inférieur, chacun est l’esclave.

 

  • Ils leur promettent la liberté : par leurs enseignements corrompus.

 

  • étant eux-mêmes des esclaves de la corruption : Rabbi Nathan nous fait remarquer que les lettres en hébreu du mot "Tana" [un Maître cité dans le Talmud] sont similaires avec celles du mot "atone" [ânesse]. Pourquoi ? Car celui qui étudie la Torah pour révéler D.ieu dans le monde donne du plaisir au Tana [au vrai Maître] tandis que celui qui étudie la Torah pour des raisons jugées non valables, donne du plaisir au méchant Bilam et à son animalité, symbolisée par son ânesse. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

 

  • oui, de qui il est inférieur, chacun est l’esclave : en référence au péché, dont la plupart des hommes sont les esclaves. En revanche, pour celui qui est attaché au Tsadik, il est enseigné : Quiconque est né de D.ieu ne pratique pas le péché parce que la semence de D.ieu demeure en lui, et il ne peut pécher parce qu'il est né de D.ieu. (1 Yohanan 3 :9)  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


20.     Oui, ils avaient échappé aux contaminations de l’univers par la pleine connaissance de notre Adôn et sauveur, Iéshoua, le messie ; mais ils se sont empêtrés, à nouveau vaincus, les derniers états, pires que les premiers, arrivent à eux.

 

  • Oui, ils avaient échappé aux contaminations de l’univers : cela fait référence aux différentes convoitises de ce monde, celles-ci contaminent et souillent complétement le Ben Adam. 

 

  • par la pleine connaissance de notre Adôn et sauveur, Iéshoua, le messie : et à ce sujet, il est enseigné dans les milieux ‘hassidiques Breslev : Grâce au rapprochement du Tsadik de vérité, la souillure du serpent [originel] est interrompue. (Torah n°8 du Likouté Moharan II)

 

  • mais ils se sont empêtrés, à nouveau vaincus : un vrai talmid du Mashiah ne doit jamais se désespérer et celui-ci doit constamment se renforcer dans la émouna : Si D.ieu m’a envoyé cette tentation, c’est que je peux la surmonter et à ce sujet, il est écrit qu’Hashem n’envoie que des tentations que l’on peut surmonter. (Ramban, Ch'aar Hagmoul sur le Midrash Rabba 32 :17)

 

  • les derniers états, pires que les premiers, arrivent à eux : en effet, il nous faut prendre garde au goût de la faute comme il est dit :  Il s'en va et il prend avec lui sept autres esprits plus méchants que lui ; ils entrent dans la maison, s'y établissent et la dernière condition de cet homme est pire que la première. (Matityahou 12 :45)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

21.     Oui, mieux aurait valu pour eux n’avoir pas connu la route de la justice, que de se détourner de la pénétration et des misvot sacrées qui leur avaient été transmises.

 

  • Oui, mieux aurait valu pour eux n’avoir pas connu la route de la justice : et cette route est celle du Tsadik de vérité comme il est dit :  Je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. (Yohanan 14 :6)

 

 

  • que de se détourner de la pénétration : car le contraste entre les enseignements du Tsadik et ceux de Bilam sont frappants comme il est dit : Mais j'ai quelque chose contre toi, c'est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Bilam, qui enseignait à Balak à mettre une pierre d'achoppement devant les fils d'Israël, pour qu'ils mangeassent des viandes sacrifiées aux idoles et qu'ils se livrassent à l'impudicité. (Révélation 2 :14)

 

 

  • et des misvot sacrées : en référence aux 613 mitsvot de la Torah de Moshé.

 

 

  • qui leur avaient été transmises : comme il est enseigné : Quand bien même nous sommes loin des qualités de Moshé Rabbénou, tout celui qui s’attache de son vivant au Tsadik de la génération peut se purifier et arriver à son tour, à un grand niveau de sainteté. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


22.     Cela leur arrive selon le fait véridique de l’exemple : Le chien retourne à son vomissement ; et : La truie lavée se revautre au bourbier. 

 

  • Cela leur arrive selon le fait véridique de l’exemple : contenu dans les Proverbes de Shlomo HaMelekh. 

 

 

  • Le chien retourne à son vomissement : comme il est dit : Comme un chien qui retourne à ce qu'il a vomi, ainsi est un insensé qui revient à sa folie. (Mishlei 26 :11)

 

 

  • et : La truie lavée se revautre au bourbier : bien que la Torah nous ait été donnée au mont Sinaï, chacun a le libre arbitre pour choisir les conseils propices afin de l’appliquer. Rabbi Nathan assure que celui qui se concentre sur le but éternel de ce monde avec un regard de vérité, est garanti de prendre le bon chemin ainsi que de s’approcher du bon Rav.