CHAPITRE 1

Pour l'instant, 2 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png
 

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

5.     Pour cela même, déployant tout effort, ajoutez à votre adhérence la vertu ; à la vertu, la pénétration.

 

 

  • Pour cela même, déployant tout effort : comme nous l’enseigne, l’Apôtre Shimon Kéfa, nous devons nous efforcer de marcher dans le chemins de la kédoucha comme il est dit : Ayant donc de telles promesses, bien-aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l'esprit, en achevant notre sanctification dans la crainte de D.ieu. (2 Corinthiens 7 :1) ou encore : Car D.ieu ne nous a pas appelés à l'impureté mais à la sanctification. (1 Thessaloniciens 4 :7) ou encore : Recherchez la paix avec tous et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. (Hébreux 12 :14)

 

COMMENTAIRE N°1

 

Dans le futur, chaque personne atteindra un niveau spirituel en rapport avec le service divin, les tentatives et les efforts auxquels elle aspirait et qu’elle s’est donnée la peine d’avoir pour D.ieu dans ce monde. (Rabbi Na'hman de Breslev, Torah n°21 du Likouté Moharan I)

 

Rabbi Na’hman de Breslev nous enseigne ici une règle fondamentale dans notre Avoda Hashem : le plus important consiste à vouloir bien faire et à vouloir nous rapprocher du Maître du monde. Si nos efforts sont sincères, nous sommes la source d’un immense plaisir pour D.ieu. Bien trop souvent, nous pensons que nous sommes jugés en tenant compte du résultat de nos actions. Selon cette logique, si nous ne parvenons pas à atteindre un certain niveau spirituel, nous avons l’impression d’être rejetés d’un coup de main par les puissances célestes. Or, selon Rabbi Na’hman, il n’y a rien de plus faux d’autant plus que cette façon de penser nous conduit dans un grand désespoir. En effet, lorsque nous chutons, lorsque nous fautons, nous pensons qu’Hashem ne nous aime plus et qu’il en est fait de notre rapport avec lui. Pourtant, aussi longtemps que nous essayons, d’une façon réelle et honnête, de progresser, nous nous rapprochons de façon parfaite du divin et ce, peu importe nos actions ou notre niveau spirituel.

 

 

  • ajoutez à votre adhérence la vertu : du grec "arete"…

 

Voici la définition du mot grec "arete" :

 

  • une façon vertueuse de penser, de ressentir les choses ou encore d’agir,

  • vertu : disposition spirituelle à agir avec persévérance en accord avec les lois divines,  

  • en lien avec la bonté ou la bonne morale,

  • toute excellence morale, comme la modestie, la pureté, etc…

 

Que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l'objet de vos pensées. (Philippiens 4 :8)

 

 

  • à la vertu, la pénétration : du grec "gnosis"…

 

Voici la définition du mot grec "gnosis" :

 

  • connaissance dans le sens général, en lien avec l’intelligence ou la compréhension,

  • la connaissance générale de la Torah,

  • la plus profonde et parfaite connaissance des lois divines,

  • une sagesse morale, démontrée dans les actes par une vie droite.

Malheur à vous, docteurs de la Torah ! Parce que vous avez enlevé la clef de la science ; vous n'êtes pas entrés vous-mêmes et vous avez empêché d'entrer ceux qui le voulaient. (Loucas 11 :52)

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

17.     Oui, il a reçu d’Elohîms, le père, splendeur et gloire, quand, par la magnificence de gloire, une telle voix lui est parvenue : Voici mon fils, mon aimé, en qui je me complais. 

 

 

  • Oui, il a reçu d’Elohîms, le père, splendeur et gloire : comme il est dit : le Tsadik de vérité est la gloire, la beauté et la grâce du monde tout entier, il est le Maître de maison du monde tout entier et il correspond au propriétaire du Temple. (Torah n°67 du Likouté Moharan II)

 

 

  • quand, par la magnificence de gloire, une telle voix lui est parvenue : cette voix s’est fait entendre au moment de son immersion.

 

 

  • Voici mon fils, mon aimé, en qui je me complais : le Fils d’Hashem est identifié selon la Torah Orale de nos Maîtres comme faisant référence au Mashiah, le concept du "Fils de D.ieu" n’est encore une fois pas chrétien mais bien Juif.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Pour plus de précisons, voici certains Midrashim de nos Maîtres.

 

Où la Torah fait-elle mention du Mashiah ? Dans le Sefer Shemot comme il est dit : Israël est mon fils, mon premier-né. (Shemot 4 :22) et dans les Téhilim comme il est dit : Tu es mon fils, je t’ai engendré aujourd’hui. (Téhilim 2 :7). (Yalqout Chimoni 2 :621)


Dans les temps futurs, D.ieu parera le Mashiah d’une couronne et mettra sur sa tête le casque du salut, et placera sur lui la splendeur et la majesté, il l’ornera de vêtements de gloire et le placera sur une montagne élevée pour parler à Israël. Et de sa propre voix, le Mashiah lui-même annoncera : Ton salut est proche ! Et Israël lui répondra : Qui es-tu ? Et il dira : Je suis Ephraïm. Et Israël demandera : Es-tu celui que D.ieu nomme : Ephraïm mon premier-né, mon fils chéri ? (Yrmeyahou 31 :20) ; le Mashiah répondra par l’affirmative. (Otsar Midrashim, Mashiah, 393)

 

Comme on peut le constater, dans les Midrashim de nos Maîtres, le Mashiah est considéré comme étant le Fils chéri d’Hashem.

COMMENTAIRE N°2

De nombreuses fois également dans les Téhilim, le Mashiah est appelé le Fils d’Hashem ; le Talmud dans le Traité Soukka 52a confirme ses propos.

Au Mashiah ben David, destiné à être révélé rapidement et de nos jours, le Saint Béni soit-Il lui a dit : Demande-moi ce que tu veux et je te le donnerai !  Comme il est écrit : Je publierai le décret ; l’Éternel m’a dit : Tu es mon fils ! Je t’ai engendré aujourd’hui, demande-le-moi et je te donnerai les peuples comme héritage. (Téhilim 2 :7-8). (Soukka 52a)

Je publierai le décret ; l'Éternel m'a dit : Tu es mon fils ! Je t'ai engendré aujourd'hui. (Téhilim 2 :7)

 

Autre exemple.

 

D.ieu des armées, reviens donc ! Regarde du haut des cieux et vois ! Considère cette vigne ! Protège ce que ta droite a planté et le fils que tu t'es choisi ! (Téhilim 80 :14-15)

 

Et le sarment que ta droite a planté et le Roi Messie que tu as fait puissant pour toi. (Targoum Téhilim 80 :15-16 dans "The Psalms Targum" selon Edward M. Cook)

 

Comme on peut le constater, le Targoum Téhilim remplace le mot "fils" par "Roi Messie" … Dans le même élan, Ibn Yahya commente également sur ce Téhilim : de façon allégorique, cela fait référence au Mashiah car D.ieu l’a rendu fort physiquement et intellectuellement, afin qu’il puisse fortifier les esprits chancelants du peuple Juif exilé. (Kesuvim : Téhilim p. 350-351, Artscroll)