CHAPITRE 4

Pour l'instant, 1 verset est actuellement disponible pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


14.     Oui, nous adhérons à ce que Iéshoua’ est mort et s’est relevé ; de même, Elohîms amènera avec lui ceux qui se sont endormis en Iéshoua.

 

  • Oui, nous adhérons à ce que Iéshoua’ est mort et s’est relevé : effectivement, les Nazaréens croient que Yeshoua est le Mashiah ressuscité.

COMMENTAIRE N°1

Pour clairement justifier la croyance Juive selon laquelle le Mashiah peut se relever du monde des morts, nous allons comparer le mouvement messianique Nazaréen et le mouvement messianique Habad ; deux écoles ‘hassidiques qui voient en leur Maître, bien qu’ils soient morts, le Mashiah d’Israël attendu et promis. 

Pour commencer, le ‘hassidisme Habad [ou de Loubavitch] est effectivement, l'une des branches principales du ‘hassidisme contemporain ; cette branche fut fondée au 18ème siècle par Rabbi Chnéour Zalman de Liadi, dit l’Alter Rebbe. De nos jours, cette dynastie ‘hassidique Habad a réussi à acquérir sous l'impulsion de Mena’hem Mendel Schneerson, le septième et dernier Rabbi de la dynastie, une place importance au sein du Judaïsme orthodoxe. Comme nous l’avons compris, ce dernier Rabbi, suscite une telle vénération parmi ses talmidim que nombreux sont ceux qui voient en lui, le Roi Messie attendu et ce même après sa disparition, ce qui cause actuellement une certaine division en Israël.

 

  • Lien n°1 : plusieurs Juifs, malgré la mort de leur Rabbi, continuent de voir en lui, le Mashiah promis par Hashem.

Alors Kéfa, se présentant avec les onze, éleva la voix et leur parla en ces termes : (…) Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que D.ieu a fait Seigneur et Mashiah ce Yeshoua que vous avez crucifié. (Actes 2 :14-36)

Shaoul et Sila passèrent par Amphipolis et Apollonie, et ils arrivèrent à Thessalonique, où les Juifs avaient une synagogue. Shaoul y entra, selon sa coutume. Pendant trois Shabbats, il discuta avec eux, d'après les Écritures, expliquant et établissant que le Mashiah devait souffrir et ressusciter des morts. Et Yeshoua que je vous annonce, disait-il, c'est lui qui est le Mashiah. (Actes 17 :1-3)

 

Le Rav Avraham Ravitz, leader du parti israélien Degel HaTorah a déclaré que le Rabbi de Loubavitch a eu une grande influence et que son mouvement compte beaucoup de fidèles mais qu’il crée aussi beaucoup de tensions au sein du Judaïsme et en Israël.

 

  • Lien n°2 : Rabbi Yeshoua de Natzeret suscitait [et suscite encore…] également la division parmi le Am Israël. 

Shimon les bénit et dit à Myriam, sa mère : Voici, cet enfant est destiné (…) à devenir un signe qui provoquera la contradiction. (Loucas 2 :34)

Des gens de la foule, ayant entendu ces paroles, disaient : Celui-ci est vraiment le prophète. D'autres disaient : C'est le Mashiah. Et d'autres disaient : Est-ce bien de la Galilée que doit venir le Mashiah ? (…) Il y eut donc, à cause de lui, division parmi la foule. (Yohanan 7 :40-4)

Plus de vingt ans après son décès, le Rabbi de Loubavitch continue donc d'inspirer ses talmidim ; nombre de fidèles du mouvement Habad, qu'il dirigeait depuis les années 1950 et dont la présence s'étend aux quatre coins du monde, lui attribuaient un statut messianique… Outre le fait qu’il soit vu comme le Mashiah, de nombreuses personnes se rendent sur sa tombe, à New York, pour lui demander son intercession ou lui adressent des lettres pour obtenir sa bénédiction ou ses conseils. Il est également possible d'adresser des messages au Rabbi par fax ou par courrier électronique : des formulaires de contact à cet effet, sont disponibles sur les sites du mouvement Habad.

  • Lien n°3 : les Nazaréens, tout comme les ‘hassidim Habad continuent de chercher l’intercession de leur Maître auprès d’Hashem, afin d’hériter d’abondantes bénédictions : ceci est le principe de l’attachement au Tsadik. 

C'est aussi pour cela qu'il peut sauver parfaitement ceux qui s'approchent de D.ieu par lui, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur. (Hébreux 7 :25)

 

Le Mashiah est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de D.ieu et il intercède pour nous ! (Romains 8 :34)

 

Selon le Zohar, Tome 2, page 16b. Ainsi, le Tsaddik qui a quitté le monde matériel peut avoir un rôle d’intercesseur en demandant à D.ieu d’accorder sa bénédiction aux hommes, afin que les requêtes qu’ils formulent soit exaucées. (Tanya et commentaires, Iguéret Hakodesh, chap. 27)

 

Nous avons un avocat auprès d’Hashem, le Mashiah Yeshoua HaTsadik. (1 Yohanan 2 :1)

 

Comme nous l’avons vu, le messianisme Habad est un terme utilisé pour décrire une croyance au sein de la dynastie ‘hassidique Habad-Loubavitch, selon laquelle le Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson serait le Mashiah. Cette pensée, développée à partir des années 1950, prend de l'ampleur au fil des ans et atteint son summum au début des années 1990… Malgré la mort du Rabbi en 1994, cette ferveur messianique ne s’étouffe pas et beaucoup de croyants Habad trouvent toutes sortes de justifications pour expliquer le fait que Schneerson est bel et bien, le Messie. Actuellement, certains font donc valoir qu'il n'est pas vraiment mort, qu’il serait encore présent physiquement mais dans un état caché ; d'autres soutiendraient que même s'il est mort, les preuves existent au sein du Judaïsme qui légitiment un Messie ressuscité.

  • Lien n°4 : les ‘hassidim Habad seraient-ils chrétiens ? En effet, la doctrine d’un Messie ressuscité n’est-elle pourtant pas chrétienne ? En l’occurrence, comme nous pouvons le voir, ce n’est pas du tout le cas… Le concept d’un Mashiah relevé d’entre les morts est purement Juif kasher ! La Guémara elle-même parle de la potentialité qu’un Mashiah puisse venir du monde des morts ; elle précise même qu’il pourrait s’agir de Daniel ou d’un Tsadik du "calibre" de Daniel. 

Si le Mashiah est parmi les vivants, c'est une personne comme Yéhouda HaNassi, réputé pour sa sainteté, sa piété et sa connaissance de la Torah. Si le Mashiah est parmi les morts, c'est une personne comme Daniel, l'homme bien-aimé. (Sanhédrin 98b)

Vous avez fait mourir le Prince de la vie, que D.ieu a ressuscité des morts ; nous en sommes témoins. (Actes 3 :15)

Grâce au secours de D.ieu, j'ai subsisté jusqu'à ce jour, rendant témoignage devant les petits et les grands, sans m'écarter en rien de ce que les prophètes et Moshé ont déclaré devoir arriver, savoir que le Mashiah souffrirait et que, ressuscité le premier d'entre les morts, il annoncerait la lumière au peuple et aux nations. (Actes 26 :22-23)

Beaucoup de ‘hassidim Habad pensant que le concept de mort ne s'applique pas à un vrai Tsadik dont l’âme est plus proche de D.ieu que celle d'un homme ordinaire, considèrent alors que le Rabbi de Loubavitch n'est pas mort mais qu’il est vivant d'une façon imperceptible aux humains ordinaires ; ainsi, le Rabbi est censé se manifester de nouveau pour proclamer sa messianité.

Actuellement, la réponse du monde orthodoxe est presque universellement hostile à cette croyance.

  • Lien n°5 : selon les Nazaréens, Rabbi Yeshoua de Natzeret est également dissimulait et caché de façon imperceptible aux humains. 

Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent et dirent : Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel ? Ce Yeshoua, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez vu allant au ciel. (Actes 1 :9-11)

  • Lien n°6 : selon les Nazaréens, Rabbi Yeshoua de Natzeret est censé, tout le comme le croient les ‘hassidim Habad pour leur Maître, se dévoilait et prendre en main, le gouvernement d’Israël en tant que Mashiah ben David. 

Encore un peu, un peu de temps : celui qui doit venir viendra et il ne tardera pas. (Hébreux 10 :37)

De même le Mashiah, qui s'est offert une seul fois pour porter les péchés de plusieurs, apparaîtra sans péché une seconde fois à ceux qui l'attendent pour leur salut. (Hébreux 9 :28)

Pour mieux comprendre cette croyance ‘hassidique, il est aussi important d’étudier le contexte de l’époque. En l‘occurrence, le développement du messianisme Habad est une réponse à l'Holocauste ; le Rabbi Mena’hem Mendel Schneerson enseignait que la destruction d'une grande partie du peuple Juif était en fait, une certitude messianique, ce qui semblait être la seule réponse d'un point de vue théologique. Le contexte était donc plutôt propice pour les ‘hassidim Habad de proclamer le Rabbi de Loubavitch, comme étant le Mashiah dans un besoin d’espoir pressant… De plus, le fait qu'il n'ait pas eu d'enfants et n'a jamais désigné de successeur rendait la question de la continuité de la dynastie Habad inquiétante ; la réponse messianique était pratiquement la seule capable d'apaiser toutes formes de craintes à ce sujet.

  • Lien n°7 : comme nous l’avons vu, le contexte est extrêmement important pour comprendre les ambitions messianiques des talmidim envers leur Rabbi. En effet, comme on le sait, pour les Nazaréens, Yeshoua était le candidat idéal pour chasser d’Eretz Israël, le pouvoir romain [édomite] de l’époque du Second Temple.

Les talmidim vinrent en particulier lui faire cette question : Dis-nous, quand cela arrivera-t-il et quel sera le signe de ton avènement ? (Matityahou 24 :3)

Alors les Apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le Royaume d'Israël ? Il leur répondit : Ce n'est pas à vous de connaître les temps ou les moments qu’Hashem a fixés de sa propre autorité. (Actes 1 :6-7)

Malgré toute l’agitation publique concernant la messianité du Rabbi de Loubavitch, la mort de Mena’hem Mendel Schneerson a aussi conduit à une remise en question de la théologie du messianisme au sein de Habad. Même si une partie des "meshi’histes" extrémistes assiste aux funérailles du Rabbi, faisant valoir que sa mort est un processus nécessaire qui lui permettra de revenir comme le Messie, la plupart des autres ‘hassidim sont pris de court… Trois jours après le décès du Rabbi, on annonce que le mouvement est divisé autour de la mort de leur leader : certains affirmant qu'il est vivant et d'autres, affirmant qu'il serait ressuscité.

Certains à Crown Heights affirment qu'ils ne croient pas le Rabbi soit mort, d'autres pensent que sa résurrection est imminente. Certains de ces résurrectionnistes, critiqués au sein même du mouvement, ont même pris l'habitude de dormir près de la tombe du Rabbi aux cimetière de Queens, dans l'espoir d'être les premiers à voir leur Messie se lever d'entre les tombes. (The Forward, Juin 1994)

Depuis le 3 Tammouz, nous ne sommes plus en mesure de voir physiquement le Rabbi, le Roi Messie. Le Rabbi est caché à nos yeux… Par conséquent, nous appelons ce jour, le jour de la dissimulation. Tout comme nous savons qu'il existe un D.ieu qu'on ne voit pas, il en va de même du Rabbi : le Roi Messie est là, même si nous on ne le voit pas. (The Jewish Observer, Juin 1997) 

Il existe donc différents degrés de messianisme au sein de Habad… En termes généraux, Habad est divisé en deux camps : les meshi’histes et les anti-meshi’histes avec un large éventail de croyances au sein de chaque camp. En l’occurrence, certains meshi’histes croient que les discours et actions du Rabbi au début des années 1990 constituent une déclaration presque formelle de sa messianité ; ils croient également que le seul obstacle qui reste avant la rédemption finale est le fait que la messianité du Rabbi demeure méconnue pour la majorité des gens et par conséquent, la tâche la plus importante de tous les hassidim de Habad doit être de persuader les gens d'accepter le Rabbi comme le Mashiah.

  • Lien n°8 : contrairement aux avis d’un plus grand nombre, l’évangélisation n’est pas un concept chrétien mais bien un concept Juif kasher. Proclamer la messianité du Mashiah Yeshoua pour un Nazaréen n’est pas plus missionnaire qu’un Loubavitch souhaitant démonter la messianité de Mena’hem Mendel Schneerson… Certes, l’évangélisation chrétienne [inspirée par Essav] en soi, fut malheureusement, destructrice pour le Am Israël mais malgré tout, le principe et le concept d’origine d’évangélisation décrit dans les Écrits Nazaréens n’en demeure pas moins vrai et authentique !

Il a donné les uns comme Apôtres, les autres comme Prophètes, les autres comme Évangélistes, les autres comme Pasteurs et Docteurs. (Ephésiens 4 :11) 

Philippos se trouva dans Azot, d'où il alla jusqu'à Césarée, en évangélisant toutes les villes par lesquelles il passait. (Actes 8 :40) 

Quand ils eurent évangélisé cette ville et fait un certain nombre de talmidim, ils retournèrent à Lystre, à Icone et à Antioche. (Actes 14 :21)

Comme nous l’avons vu, certains meshi’histes insistent que le Rabbi ne soit pas mort et font valoir que, tout comme, selon le Talmud, le patriarche Yaakov n'est pas mort, le Rabbi aussi ne l'est pas… Ces croyants meshi’histes refusent alors d’instaurer tout titres honorifiques typiques pour les morts concernant le Rabbi ; par exemple, ils n’utilisent pas les expressions zatsal, zeher tsadik livraha, etc…

Après avoir mangé, Rav Its’hak a dit au Rav Na’hman que Rabbi Yohanan a dit ce qui suit : Notre patriarche Yaakov n'est pas mort. (Taanit 5b)

En plus de la déclaration du Talmud au sujet du patriarche Yaakov, il y a aussi plusieurs déclarations du Tanya qui vont dans ce sens : Quand un Tsadik décède, il se trouve dans tous les mondes et encore plus que durant son vivant…

  • Lien n°9 : le concept d’une vie spirituelle toujours effective même après la mort n’est pas pourtant pas un concept originaire du Tanya puisque Yeshoua l’a utilisé et prophétisé en son temps.

 

Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai. (Yohanan 16 :7)

C’est là ce qu’enseigne le Saint Zohar : Le Tsadik qui décède se trouve dans tous les mondes plus que de son vivant, ce qui veut dire qu’également dans ce monde de l’action, il est encore plus présent. En effet, son action se développe et elle s’élargit considérablement, grâce à la lumière plantée par le Tsadik. Et, pour ce qui est des préoccupations terrestres, le saint Zohar établit clairement que les Tsadikim protègent le monde, après leur mort, bien plus que de leur vivant. Car, sans leurs prières dans l’autre monde, celui-ci ne se maintiendrait pas même un seul instant. On sait, en effet, que la vie du Tsaddik n’est pas physique mais morale. Elle est foi, crainte, amour. Lorsque le Tsadik vit sur la terre, ces trois sentiments s’introduisent dans un réceptacle et dans un vêtement, en un lieu physique, parce que l’âme est liée à son corps. Ses disciples n’en reçoivent donc qu’un reflet, qu’un éclat brillant à l’extérieur du réceptacle, grâce à ses pensées et à ses paroles saintes. C’est la raison pour laquelle, disent nos Sages, dont la mémoire est une bénédiction, le disciple ne perçoit pas pleinement la compréhension du Maître…  Après son décès, par contre, son âme de vie demeure dans la tombe et elle se sépare de son Esprit englobant alors ces trois sentiments, qui s’élèvent vers le Gan Eden. Dès lors, quiconque est proche de lui peut recevoir également une partie de cet Esprit qui, se trouvant dans le Gan Eden, n’est plus limité par un réceptacle ou bien par le lieu physique. (…) Il est très aisé, pour les disciples, de recevoir leur part de l’Esprit profond du Maître, c’est-à-dire de sa foi, de sa crainte et de son amour par lesquels il servit D.ieu, sans se contenter de leur reflet, éclairant hors du réceptacle. En effet, cet Esprit profond connaît des élévations successives, jusqu’à s’inclure en l’âme proprement dite, néchama, qui se trouve dans le Gan Eden supérieur, dans les mondes spirituels. (Tanya et commentaires, Iguéret Hakodesh, chap. 27)

 

Après ces paroles, il souffla sur eux et leur dit : Recevez le Rouah Hakodesh. (Yohanan 2 :20)

Il sera maintenant intéressant de voir les positions Juives actuelles témoignant du messianisme Habad… Pour commencer, le monde haredi se dresse unanimement contre le messianisme Habad et la plupart des leaders du mouvement se sont exprimés sur le sujet : tous le condamnent mais selon des méthodes et avec des arguments différents.

Selon certaines sources, les Satmar sont également hostiles envers les Loubavitch en général, qu'ils considèrent pour certains, comme des idolâtres… À la mort du Rabbi, le Rebbe Zalman Leib Teitelbaum écrit : Maintenant, nous devons attendre le vrai Mashiah.

Le Rav Yaakov Kamenetsky, un Rosh Yeshiva américain important, s'est exprimé au début des années 1980 au sujet du culte de la personnalité pratiqué par le mouvement Loubavitch et émet de sérieuses réserves craignant une dérive extrêmement grave… 

Le Rav Chakh, un leader du mouvement des mitnagdim en Israël, avait souhaité mener une lutte active contre la Hassidout Loubavitch ; il a d’ailleurs été de loin le plus virulent adversaire du messianisme Habad. Selon certains, il n'hésitait pas à qualifier le Rabbi de fou, d’hérétique et de "faux messie" … Le Rav Chakh serait allé jusqu'à demander un boycott complet de toutes les institutions Habad et aurait interdit de prier dans leurs synagogues et de manger leur viande.

Le Rav Haïm Shaoul Karelitz de Bnei Brak a parlé de l'importance de la lutte contre ce mouvement bien connu qui a désormais dévié de la voie de la Torah, sapé les fondements de la religion et de la foi Juive, et produit un faux messie.

Le Rav Yaakov Weinberg, Rosh de la Yeshiva Ner Israël de Baltimore répondit à l'un de ses talmidim, qu'il valait mieux prier seul que dans une synagogue ‘habad car ils prient une autre divinité [eloah] …

  • Lien n°10 : comme nous pouvons le voir, la messianité du Rav Schneerson n’est pas acceptée par tous… En l’occurrence, la messianité du Rabbi de Natzeret n’a pas non plus était accepté par tous.

Le Cohen Gadol, prenant la parole, lui dit : Je t'adjure, par le D.ieu vivant, de nous dire si tu es le Mashiah, le Fils de D.ieu. Yeshoua lui répondit : Tu l'as dit. De plus, je vous le déclare, vous verrez désormais le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de D.ieu et venant sur les nuées du ciel. Alors le Cohen Gadol déchira ses vêtements, disant : Il a blasphémé ! Qu'avons-nous encore besoin de témoins ? Voici, vous venez d'entendre son blasphème. Que vous en semble ? Ils répondirent : Il mérite la mort. Là-dessus, ils lui crachèrent au visage et lui donnèrent des coups de poing et des soufflets en disant : Mashiah, prophétise ; dis-nous qui t'a frappé. (Matityahou 26 :63-68)

  • Lien n°11 : un fait également étrange est de constater la réaction hostile des Juifs accusant les ‘hassidim Habad de commettre l’idolâtrie… En effet, pour certains, cette croyance messianique Loubavitch est une déviance semblable au christianisme.

Le Rav Aaron Soloveitchik a écrit dans The Forward : Schneerson ne peut pas être le Mashiah. Il n'est pas vivant et le Mashiah doit être vivant. Nous attendons un Mashiah vivant, pas un Mashiah mort. Il ajoute qu'un Mashiah ressuscité est possible dans la foi chrétienne mais pas dans le Judaïsme et que cela répugne tout ce que le Judaïsme représente.

Le Rav Tzvi Hersh Weinreb, quant à lui, commente : C'est une grande tragédie que la grande piété, l'érudition et l'amour d'Israël du Rabbi soient souillés par une telle hérésie. En l'absence d'un successeur, il y a eu une forte réaction messianique. En se basant sur des remarques fragmentaires du Rabbi lui-même, beaucoup de ses disciples croient qu'il est le Mashiah et qu'il reviendra d'entre les morts pour diriger à nouveau ses fidèles et le monde entier dans l'ère messianique. Cette croyance n'est certainement pas celle du Judaïsme et aux yeux de beaucoup c'est une blasphème guère différent des croyances chrétiennes.

Dans le même élan, à la question : Pensez-vous que le Rabbi puisse être le Mashiah ? Le Rav Zev Leff répond tout simplement qu'accepter l'idée que le Mashiah puisse être une personne décédée qui ressusciterait, est une erreur qui ne peut évidemment pas reposer sur un concept Juif car cela rendrait vain 2000 ans d'opposition au christianisme…

En l’occurrence, comme nous l’avons vu plus haut, ces trois rabbanim ont totalement tort [le Mashiah pouvant potentiellement, venir du monde des morts] mais le lien avec le christianisme est intéressant car finalement, il est fort de constater que le Judaïsme arrive "tout seul" à des conclusions qui ne sont finalement pas du tout, en contradiction avec les Évangiles… La lumière des Écrits Nazaréens est effective et agit avec puissance dans le monde et tous les concepts ‘hassidiques dit "Juifs kasher" aujourd’hui ne sont en réalité, que des concepts instaurés par Yeshoua HaNotzri, il y déjà plus de 2000 ans... Comment est-possible ? Finalement, la christianisme n’est-il tout simplement pas une ‘Hassidout mal comprise ? En effet, on se rend bien compte au travers de toutes ces explications, que ‘Habad n’a rien inventé du tout qui n’existait déjà parmi les Juifs Nazaréens…

Pourquoi cherchez-vous parmi les morts celui qui est vivant ? Il n'est point ici mais il est ressuscité. Souvenez-vous de quelle manière il vous a parlé, lorsqu'il était encore en Galilée et qu'il disait : Il faut que le Fils de l'homme soit livré entre les mains des pécheurs, qu'il soit crucifié et qu'il ressuscite le troisième jour. Et elles se ressouvinrent des paroles de Yeshoua. (Loucas 24 :5-8) 

Selon l'Écriture, Yeshoua devait ressusciter des morts. (Yohanan 20 :9)

Par rapport à tous ces traits communs avec la foi Nazaréenne, on pourrait aussi se poser la question suivante : les meshi’histes auraient-ils des liens étroits avec les chrétiens dans leurs déviances ?

La plupart des meshi’histes sont bien évidemment, monothéistes même s'ils pensent que leur Rabbi est le Roi Messie ; ils ne croient qu'a un seul D.ieu, le même que tous les autres Juifs. Or, il existe malgré tout, une toute petite frange d'extrémistes qui croient apparemment que le Rabbi de Loubavitch aurait atteint une forme de quasi-divinité… En effet, selon certaines sources rambamistes, des messianiques Habad considère que le Rabbi serait Hashem lui-même. Ces Habad sont ultras minoritaires mais existent et constituent une déviance au sein du peuple Juif ; ceux qui appartiennent à ce groupe se font appeler les "élokistes" un nom par lequel, ils indiquent que le Rabbi serait D.ieu : "Elokim" en hébreu…

  • Lien n°12 : le Rabbi est mort en 1994 et aujourd’hui, soit moins de 30 ans plus tard, certains de ses talmidim le considèrent comme une quasi-divinité… Ces éléments ne nous font-ils pas pensé au christianisme ?  Imaginons ! En moins de 30 ans, le Rabbi est déjà considéré comme une divinité malgré l’essor d’internet, de ses lettres ouvertes au public, de ses enseignements en vidéo ; malgré l’idolâtrie officielle du Jésus-Dieu catholique… Comment est-ce possible ? En sachant cela, il suffit simplement de tout relier avec la Kéhila Nazaréenne et d’être bien plus indulgeant avec la formation du christianisme, bien qu’il s’agisse aussi d’une hérésie. En effet, la Kéhila a œuvré au sein même de l’idolâtrie polythéiste de l’époque du Second Temple et a dû affronter de nombreux défis ; le nombre des talmidim du Mashiah Yeshoua augmentant rapidement, la communauté Nazaréenne a dû s’organiser et a été confrontée à des situations nouvelles, ce qui a provoqué des tensions et des discussions, surtout entre Yaakov et Shaoul mais rappelons également le contexte : tout d’abord, les lettres écrites qui mettaient des jours à arriver et qui parfois, n’arrivaient jamais, sans compter les fausses lettres incluant de fausses rumeurs ; le peuple d'Israël qui avait rejeté Yeshoua et qui allait partir en galout ; le Temple bientôt détruit, l’exil de Rome approchant, les sadducéens qui dominaient, les élèves de Beit Shammaï, l’idolâtrie païenne beaucoup plus importante qu'aujourd'hui, sans compter la chair de l’homme, les persécutions, les plans du Satan pour détruire la Kéhila, etc… En fonction de tous ces éléments, il est bon d’être plus indulgent avec ce que l’on appelle, l’Église primitive. 

Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que le Mashiah Yeshoua est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antimessie. (2 Yohanan 1 :7)

 

Il y aura de même parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses et qui, reniant le maître qui les a rachetés, attireront sur eux une ruine soudaine. (2 Kéfa 2 :1)

 

De plus, toujours selon des sources rambamistes, certains extrémistes messianiques ont également commencé à qualifier de Créateur, le Rabbi dans l’espoir d’hâter sa venue... En effet, un Habad lambda vénère le Rabbi habituellement en proclamant : Puisse notre Maître, Professeur et Rabbi vivre pour toujours mais une frange d’extrémistes vient d’aller plus loin en écrivant dans une publication : Puisse notre Maître, Professeur et Créateur vivre pour toujours. Beaucoup, aussi bien parmi les Loubavitch que dans d’autres branches du Judaïsme, considèrent que les extrémistes se sont ainsi dangereusement rapprochés du christianisme en assimilant un être humain à D.ieu.

C’est une évolution fondamentale dans le Judaïsme, qui trahit les croyances messianiques de nos ancêtres et marque une victoire des missionnaires chrétiens dans l’antique querelle entre les deux religions, affirme M. David Berger, un professeur de l’université de New York, dans un article publié par le quotidien Haaretz.

  • Lien n°13 : comme on le sait, la ‘Hassidout Nazaréenne a été récupérée par les non-Juifs, qui ont également crée un Jésus-Dieu édomite…   N’est-ce pas ironique, bien que malheureux, que nous puissions retrouver une forme de cela dans le Judaïsme aujourd’hui ? Actuellement, tout est mis en place par le véritable Mashiah Yeshoua pour nous permettre de mieux comprendre ce qu’il s’est passé il y a plus de 2000 ans le concernant, toutes les clés sont à notre disposition…

Quoi qu’il en soit, ce n’est bien évidemment par la majorité du mouvement messianique Haabd qui croient cela et heureusement car cela n’engendrerait que des conflits et des divisions… Le Rabbi, de son vivant, était donc pour les Loubavitch lambda, le Mashiah présumé, le meilleur candidat de la génération pour être le Messie tel que décrit par le Rambam. Depuis son décès, Mena’hem Mendel Schneerson continue donc à avoir une influence très forte sur notre monde.

 

Ainsi, d’autres ‘Habad considèrent que lorsque le Rabbi sera ressuscité, si aucun autre candidat valable ne paraît dans le monde, il pourrait pleinement devenir le Mashiah. En attendant, ils se refusent d’afficher publiquement leur croyance car ils estiment possible que d'autres candidats paraissent… Une autre variante de cette position consiste à dire que le Rabbi était Mashiah Ben Yossef, à propos duquel des sources mystiques enseignent qu'il commencera le processus de la rédemption messianique mais mourra avant sa réalisation qui sera plus tard complété par le Mashiah Ben David.

  • Lien n°14 : selon les Nazaréens, Yeshoua bien qu’il soit également le Mashiah ben David promis et annoncé, a aussi reçu aussi le rôle éminent du Mashiah ben Yossef, ayant commencé la processus de la délivrance finale, il y a plus de 2000 ans.

En conclusion, le mouvement ‘hassidique Habad détient la lumière voilée des Écrits Nazaréens : un Rabbi géant en Torah, qui a formé des talmidim et qui le considèrent comme le Mashiah, même qu’il soit mort ; ce qui est le cas de Yeshoua… Néanmoins, il y a une différence fondamentale entre tous les autres groupes ‘hassidiques et celui des Nazaréens : contrairement au Rabbi de Loubavitch ou à Rabbi Na’hman pour les ‘hassidim Breslev, Yeshoua a déclaré ouvertement être le Mashiah d’Israël ! En effet, dans les deux premiers cas, ce sont les talmidim [bien évidemment, pas tous] qui les considèrent comme Mashiah ; or, pour le cas des Nazaréens, c’est le base de la émouna et la pierre angulaire contre laquelle beaucoup trébucheront…. Yeshoua n’est pas qu’un Maître en Torah, il est destiné à régner sur le Am Israël.

Shimon Kéfa répondit : Tu es le Mashiah, le Fils du D.ieu vivant. Yeshoua, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Shimon, fils de Yona car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela mais c'est Hashem qui est dans les cieux. (Matityahou 16 :16-17)

La femme lui dit : Je sais que le Mashiah doit venir, celui qu'on appelle l’Oint, quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses. Yeshoua lui dit : Je le suis, moi qui te parle. (Yohanan 4 :25-26)

Le Cohen Gadol l'interrogea de nouveau et lui dit : Es-tu le Mashiah, le Fils du D.ieu béni ? Yeshoua répondit : Je le suis. Et vous verrez le Fils de l'homme assis à la droite de la puissance de D.ieu et venant sur les nuées du ciel. (Marcos 14 :61-62)

De plus, le Rabbi de Loubavitch n’a jamais prétendu ressuscité en tant que Mashiah ben David, bien qu’il savait qu’il ressusciterait pour la période de Te’hiyat Hamétim alors que dans le cas des Écrits Nazaréens, Yeshoua avait absolument tout prévu, ce qui fait du Mashiah Yeshoua le candidat idéal pour prétendre au trône davidique…

Pendant que Yeshoua montait à Jérusalem, il prit à part les douze talmidim et il leur dit en chemin : Voici, nous montons à Jérusalem et le Fils de l'homme sera livré aux cohanim et aux soferim. Ils le condamneront à mort et ils le livreront aux non-Juifs, pour qu'ils se moquent de lui, le battent de verges et le crucifient et le troisième jour il ressuscitera. (Matityahou 20 :18-19)

Mais après que je serai ressuscité, je vous précèderai en Galilée. (Matityahou 26 :32)

 

 

  • de même, Elohîms amènera avec lui : ressuscitera.

 

 

  • ceux qui se sont endormis en Iéshoua : mort avec Yeshoua, le pilier de leur foi.