CHAPITRE 2

Pour l'instant, 12 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.     Oui, vous le savez, frères, notre arrivée chez vous n’a pas été vaine.

 

  • Oui, vous le savez, frères : en référence aux talmidim du Mashiah présents dans cette communauté.

 

  • notre arrivée chez vous n’a pas été vaine : au contraire, toutes les directives apostoliques étaient remplies de fruits, de résultats et d’encouragement.

Ils persévéraient dans l'enseignement des Apôtres. (Actes 2 :42)

Bien-aimés, souvenez-vous des choses annoncées d'avance par les Apôtres de notre Seigneur et Mashiah Yeshoua. (Yéhouda 1 :17)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


2.     Mais, ayant souffert d’abord, insultés, comme vous le savez, à Philippes, nous nous sommes enhardis en notre Elohîms à vous dire l’annonce d’Elohîms au milieu de nombreuses luttes.

 

 

  • Mais, ayant souffert d’abord, insultés, comme vous le savez, à Philippes : l’Apôtre Shaoul mentionne des faits identifiés par le Livre des Actes comme il est dit : La foule se souleva aussi contre eux, et les préteurs, ayant fait arracher leurs vêtements, ordonnèrent qu'on les battît de verges. (Actes 16 :22)

 

  • nous nous sommes enhardis en notre Elohîms : selon les directives apostoliques, nous devons nous renforcer constamment, être forts, solides et fermes. Rabbi Nathan de Breslev criait au monde : c’est seulement par l’encouragement [ou le renforcement] que les Tsadikim ont atteint leur niveau, rien d’autre. 

 

  • à vous dire l’annonce d’Elohîms au milieu de nombreuses luttes : persécuté et maltraité, Shaoul n’a jamais cessé d’arrêter d’annoncer la Bonne Nouvelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

3.     Oui, notre exhortation ne venait pas de l’égarement, ni de l’impureté, ni de la ruse.

 

  • Oui, notre exhortation : l’Apôtre Shaoul a reçu un message divin particulier comparable au message ‘hassidique de notre génération notamment, concernant notre lien avec le Tsadik ; chez Shaoul, il s’agit des termes de la foi, de la justification, de l’Esprit et de la grâce…

 

COMMENTAIRE N°1

Par exemple, pour la ‘Hassidout Breslev, les notions de l’attachement au Tsadik sont prioritaires sur les œuvres de la Torah tout comme pour Shaoul.

Voici un exemple des enseignements sur le sujet : Le rapprochement et l'attachement au Tsadik véritable représentent le fondement de tous les fondements et la racine de toutes les racines, cela surpasse tout. (Torah n°143 du Likouté Moharan I) ou encore : On peut ne peut décrire ce mérite qui surpasse tous les mérites. L'essentiel de la grandeur d'un homme réside, dans son attachement au Tsadik véritable et dans son rapprochement avec le Tsadik. (Likouté Halakhot Matana 4-8) et dans le même élan : Celui qui n'est pas attaché et proche du vrai Tsadik, tout son service est seulement semblable à celui qui fait des contorsions et imite son prochain, comme un singe à visage humain car il n'y a réellement de service divin que celui qui est accompli grâce au vrai Tsadik. (Si’hot Haran 111)

 

Comme nous pouvons le constater, cet enseignement de s’attacher au Tsadik se retrouve énormément dans ses Écrits et principalement, dans ceux de Yohanan. Or, comme l’histoire des Tsadikim l’a prouvé, le fait que Shaoul est pu ouvrir la voie dans ce sens n’est finalement pas mauvais ; l’enseignement de l’attachement au Tsadik étant remis au goût du jour dans le Judaïsme de notre génération, principalement par les enseignements de Rabbi Na’hman de Breslev ayant d’ailleurs déclaré : ma Torah est celle du Mashiah et étant également reconnu par certains, comme le Tsadik de la génération.

 

 

  • ne venait pas de l’égarement, ni de l’impureté, ni de la ruse : toutes les doctrines prêchées par Shaoul et ses talmidim, ont été dites conformément aux chemins de la sainteté, de la sincérité et de la droiture. Entretenir cette conviction, cette confiance dans le cœur de ses lecteurs était, de la part de l’Apôtre Shaoul, un moyen de les affermir dans la foi et son Évangile.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


4.     mais, approuvés par Elohîms qui nous confie l’annonce, nous parlons ainsi, non pour plaire aux hommes, mais à Elohîms, lui qui éprouve nos cœurs.

 

  • mais, approuvés par Elohîms qui nous confie l’annonce : l’Évangile, soit la Bonne Nouvelle en référence au Royaume Messianique.

 

 

  • nous parlons ainsi, non pour plaire aux hommes : comme il est dit : Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de D.ieu ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur du Mashiah. (Galates 1 :10)

 

 

  • mais à Elohîms, lui qui éprouve nos cœurs : et nos cœurs doivent être remplis de sincérité et d’authenticité comme il est dit de la bouche du Roi David : Sonde-moi, ô D.ieu et connais mon cœur ! Éprouve-moi et connais mes pensées ! (Téhilim 139 :23) ou encore : Si tu sondes mon cœur, si tu le visites la nuit, si tu m'éprouves, tu ne trouveras rien : ma pensée n'est pas autre que ce qui sort de ma bouche. (Téhilim 17 :3)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

5.     Non, nous n’avons jamais eu une parole de flatterie, vous le savez, ni pris un prétexte cupide, Elohîms en est témoin.

 

  • Non, nous n’avons jamais eu une parole de flatterie : au contraire, les talmidim du Mashiah ont toujours annoncé des vérités divines humiliant le cœur des hommes et leur permettant d’annihiler complétement leur Yetser Hara.

Ils disent aux voyants : Ne voyez pas ! Et aux Prophètes : Ne nous prophétisez pas des vérités, dites-nous des choses flatteuses, prophétisez des chimères ! (Yeshayahou 30 :10)

 

 

  • vous le savez : l’Apôtre Shaoul demande aux Nazaréens de Thessalonique de considérer ses paroles reflétant non seulement sa sincérité mais également, sa piété manifestée parmi les communautés.  

Car nous ne falsifions point la parole de D.ieu, comme font plusieurs mais c'est avec sincérité, mais c'est de la part de D.ieu, que nous parlons dans le Mashiah devant D.ieu. (2 Corinthiens 2 :17)

 

 

  • ni pris un prétexte cupide : en référence aux motifs intéressés des faux docteurs, se dissimulant sous des apparences de vérité.

Car depuis le plus petit jusqu'au plus grand, tous sont avides de gain ; depuis le prophète jusqu'au sacrificateur, tous usent de tromperie. (Yrmeyahou 6 :13)

Et ce sont des chiens voraces, insatiables ; ce sont des bergers qui ne savent rien comprendre ; tous suivent leur propre voie, chacun selon son intérêt, jusqu'au dernier. (Yeshayahou 56 :11)

 

 

  • Elohîms en est témoin : comme il est dit : Je dis la vérité dans le Mashiah, je ne mens point, ma conscience m'en rend témoignage par le Rouah Hakodesh. (Romains 9 :1)

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

6.     Nous n’avons pas cherché la gloire chez les hommes, parmi vous ou chez personne d’autre.

 

 

  • Nous n’avons pas cherché la gloire chez les hommes : l’Apôtre Shaoul n’a jamais cherché la gloire des hommes et bien qu’il eût pourtant reçu du Tsadik le pouvoir d’user d’autorité parce qu’il était compté parmi les Chefs de la Kéhila, Shaoul a préféré être doux comme une nourrice qui prend sincèrement soin de ses enfants. (1 Thessaloniciens 2 :7)

 

  • parmi vous ou chez personne d’autre : dans toutes les communautés du Mashiah et à ce sujet, il est enseigné : Celui qui parle de son chef cherche sa propre gloire mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est vrai et il n'y a point d'injustice en lui. (Yohanan 7 :18)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


7.     étant capables d’être de poids comme envoyés du messie. Mais nous avons été attentifs au milieu de vous comme une nourrice chérit ses propres enfants.

 

  • étant capables d’être de poids comme envoyés du messie : étant les autorités de la Kéhila Nazaréenne, nous aurions pu être des "poids" pour vous en vous imposant diverses directives mais au contraire, nous avons préféré user de douceur et d’amour envers vous comme notre Rabbi nous l’a enseigné.

 

Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. (Matityahou 11 :29-30)

 

 

 

  • Mais nous avons été attentifs au milieu de vous : et comment transmettre un message à autrui ? Comment se faire entendre ? La règle d’or, afin de véhiculer un enseignement ou une idée aux autres, est l’amour que l’on porte à son interlocuteur ainsi que l’attachement aux Tsadikim de vérité et à Hashem. Une fois que ces ingrédients sont réunis, tout passe, toutes les vannes sont ouvertes ! Pour quelle raison ? Parce que les mots prononcés par une personne attachée à Hashem et aux Tsadikim sont animés du souffle divin. Résultat ? Les mots pénètrent le cœur, à l’image d’une mélodie qui nous envoûte… Ainsi, lorsque vous vous adressez à votre interlocuteur, vous vous illustrez comme un charmeur de serpent ; celui-ci commence à s’émouvoir et à se mouvoir : son attitude change, sans qu’il ne le comprenne ! (…) Les 24 000 talmidim de Rabbi Akiva ne sont-ils pas décédés par manque de considération et d’affection entre eux ? L’amour est le prélude essentiel ! (Rav Avraham Ifra’h)

 

Il ne faut pas qu'un serviteur du Seigneur ait des querelles ; il doit, au contraire, avoir de la condescendance pour tous, être propre à enseigner, doué de patience. (2 Timotheos 2 :24)

 

 

  • comme une nourrice chérit ses propres enfants : expression affectueuse utilisée par l’Apôtre Shaoul comme il est dit : tes fils, ce sont aussi tes disciples car les disciples sont également appelés fils. (Mishné Torah du Rambam, Yessodei haTorah, chap. 1) 

Vous savez aussi que nous avons été pour chacun de vous ce qu'un père est pour ses enfants, vous exhortant, vous consolant, vous conjurant. (1 Thessaloniciens 2 :11)

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


8.     Languissant ainsi de vous, nous étions disposés à vous donner, non seulement l’annonce d’Elohîms, mais aussi nos êtres mêmes, tant vous étiez aimés de nous.

 

  • Languissant ainsi de vous, nous étions disposés à vous donner : et il est également enseigné : Nous avons connu l'amour, en ce qu'il a donné sa vie pour nous ; nous aussi, nous devons donner notre vie pour les frères. (1 Yohanan 3 :16) ou encore :

 

 

  • non seulement l’annonce d’Elohîms : la Bonne Nouvelle du Mashiah Yeshoua.  

 

 

  • mais aussi nos êtres mêmes, tant vous étiez aimés de nous : une mère nourrissant ses enfants, ne s’épargne ni travaux ni peines ; elle ne se refuse à aucune sollicitude ; aucune assiduité ne la fatigue et elle dévoue avec joie sa vie entière à son nourrisson. C’est de telles affections qu’éprouvait l’Apôtre Shaoul envers les Nazaréens de Thessalonique. Par conséquent, on comprendra aisément que quiconque désire être mis au nombre des dirigeants doit aimer toutes âmes comme Shaoul les aimait, de sorte que le salut de la Kéhila lui soit plus précieux que sa propre vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

9.     Souvenez-vous, frères, de notre fatigue, de notre souffrance. Nuit et jour à l’œuvre, pour ne charger personne parmi vous, nous vous avons crié l’annonce d’Elohîms.

 

  • Souvenez-vous, frères, de notre fatigue, de notre souffrance : notre labeur, notre peine et notre travail.

  • Nuit et jour à l’œuvre, pour ne charger personne parmi vous : au niveau financier.  

 

COMMENTAIRE N°1

Pour mieux comprendre le comportement de l’Apôtre Shaoul, nous pourrons nous inspirer d’une Mishna du Traité Kiddoushîn.

Quiconque s’est engagé dans l'étude de la Torah, dans l'étude de Mishna et dans le mode de comportement souhaité, c'est-à-dire qu'il accomplit un travail et agit généralement d'une manière appropriée, ne sera pas prompt à pécher car il est dit :  la corde à trois fils ne se rompt pas facilement. (Qohelet 4 :12). En effet, celui qui est impliqué dans ces trois activités ne pèchera pas facilement. Et quiconque ne s'engage pas dans l'étude de la Torah, dans l'étude de la Mishna, ni dans le mode de comportement souhaité, ne fait pas partie de la société [il n'est pas du tout considéré comme une personne civilisée]. (Kiddoushîn 40b :5)

 

Selon la Mishna, pour faire partie de la société Juive civilisée et kasher, il faut être à la fois instruit en Torah et participer à des activités dites mondaines, comme le travail.

 

 

  • nous vous avons crié l’annonce d’Elohîms : du grec "kerusso" …

 

Voici la définition du mot grec "kerusso" :

  • publier : rendre une annonce publique, la faire connaître officiellement ; de nos jours, cela peut être par voie d'affichage, d'impression, via internet, etc…

  • prêcher : annoncer la parole de D.ieu sous forme de sermon,

  • crier : pousser des cris sous l'effet d'un appel divin ou d'une sensation spirituelle intense,

  • proclamer tel un héraut : dans les milieux grecs et romains, il s’agissait par exemple d’un messager chargé de porter les ordres du roi, de partager diverses annonces dans les assemblées et/ou de déclarer la guerre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée [kerusso] dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matityahou 24 :14)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

10.     Vous êtes témoins, et Elohîms aussi, avec quelle consécration justement, irréprochablement, nous avons été envers vous, les adhérents.

 

  • Vous êtes témoins, et Elohîms aussi : voici un témoignage extrêmement fort de l’Apôtre Shaoul, étant un Nazaréen rempli de droiture et de vérité. Et cela d’autant plus qu’il s’agit ici de croyants avec lesquels Shaoul avait été en rapport personnel, et qui avaient assez de discernement pour juger de ses paroles.

 

C'est pourquoi je m'efforce d'avoir constamment une conscience sans reproche devant D.ieu et devant les hommes. (Actes 24 :16)

 

 

  • avec quelle consécration justement, irréprochablement : nous avons eu une consécration authentique envers le Maître du monde, de la justesse envers vous et également, de la sincérité devant être jugée comme irréprochable.  

 

Car ce qui fait notre gloire, c'est ce témoignage de notre conscience, que nous nous sommes conduits dans le monde, et surtout à votre égard, avec sainteté et pureté devant D.ieu, non point avec une sagesse charnelle mais avec la grâce de D.ieu. (2 Corinthiens 1 :12)

 

 

 

  • nous avons été envers vous, les adhérents : en référence aux Nazaréens de Thessalonique, adhérents en la messianité de Yeshoua.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


11.     Vous savez même comment avec chacun de vous, comme un père ses propres enfants.

 

  • Vous savez même comment avec chacun de vous : de façon collective mais également de façon personnelle.

 

  • comme un père ses propres enfants : ce sont les disciples [talmidim] d’un homme. En effet, il se trouve que les disciples sont très souvent appelés des "fils" comme il est écrit : vous êtes les fils de l'Éternel, votre D.ieu. (Devarim 14 :1) ou encore : Les fils des Prophètes qui étaient à Béthel. (2 Melakhim 2 :3). On retrouve également cette signification chez ‘Hizqiya qui, ayant enseigné la Torah à tout Israël, les a appelés ses fils comme il est écrit : Mes fils ! Maintenant, ne soyez pas négligents ! (2 Divré Hayamim 29 :11) et de même que les disciples sont appelés fils, de même, le Maître est-il appelé "père" comme il est écrit : Mon père ! Mon père ! Char d’Israël ! (2 Melakhim 2 :12). (Commentaire de Rachi, Paracha Vaet’hanan, Devarim 6 :7)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


12.     nous vous avons exhortés, réconfortés, vous adjurant de marcher de manière digne d’Elohîms, lui qui vous appelle à son royaume et à sa gloire.

 

  • nous vous avons exhortés : du grec "parakaleo" …

 

Voici la définition du mot grec "parakaleo" :

  • exhorter : transmettre de multiples paroles d’encouragement, 

  • consoler : apporter du réconfort, une compensation faisant disparaître une peine éprouvée,

  • fortifier : rendre à quelqu'un des forces, de la vigueur,

  • s'efforcer d'apaiser par supplications.

 

Mais exhortez-vous [parakaelo] les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu'on peut dire : Aujourd'hui ! afin qu'aucun de vous ne s'endurcisse par la séduction du péché. (Hébreux 3 :13)

 

 

  • réconfortés : du grec "paramutheomai" …

 

Voici la définition du mot grec "paramutheomai" :

  • réconforter : aider quelqu'un à supporter une épreuve, en lui redonnant des raisons d'espérer,

  • encourager : donner du courage, réconforter ou inciter quelqu’un à persévérer, à faire mieux ; stimuler une personne,

  • calmer : apaiser une personne souffrante en faisant cesser ou en atténuant une douleur, une sensation pénible, etc…

Beaucoup de Juifs étaient venus vers Marta et Myriam, pour les consoler [paramutheomai] de la mort de leur frère. (Yohanan 11 :19)

 

 

  • vous adjurant de marcher de manière digne d’Elohîms : vitalité, connexion, connaissance, sagesse, intelligence, sanctification, sincérité, etc… doivent être les fruits d’une vie Nazaréenne authentique.

 

Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur et la tempérance. (Galates 5 :22)

 

Que tes progrès soient évidents pour tous. (1 Timotheos 4 :15)

 

  • lui qui vous appelle à son royaume et à sa gloire : dans le Tsadik et Mashiah Yeshoua comme il est dit : les plus dignes sont ceux que mon Père céleste m'a donné. (selon Eusèbe de Césarée, Théophanie, traduction Syriaque 4 :12)