CHAPITRE 15

Pour l'instant, 6 versets sont actuellement disponibles pour ce chapitre.

a898170403d6c1e14f37a5cc4e582f1b.png

COMMENTAIRES 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

3.     Oui, je vous ai livré en premier ce que j’ai reçu moi-même : que le messie est mort pour nos fautes, selon les Écrits,

 

 

  • Oui, je vous ai livré en premier ce que j’ai reçu moi-même : pour beaucoup de monde, Yeshoua n'est pas le Mashiah promis puisqu'il n'a pas accompli les prophéties messianiques. En effet, selon le Tanakh, le Roi Messie doit apporter la victoire à Israël sur tous ses ennemis, amener la résurrection des morts, rassembler le peuple d'Israël dispersé, etc… Or, en réalité, la chose est moins bien connue mais le Judaïsme enseigne deux Mashiah : un Mashiah ben Yossef [un Messie souffrant] et un Mashiah ben David. Comme nous l’avons compris, une partie d'Israël distingue donc le Mashiah ben Yossef et le Mashiah David. En vérité, il s'agit d'une unique personne endossant deux missions différentes comme l’enseigne d’ailleurs Rabbi Na’hman dans le ‘Hayé Moharan. Dans le même élan, comme l’Apôtre Shaoul le précisera, la Torah Écrite comme la Torah Orale annoncent que le Roi Messie devait d'abord souffrir, être rejeté du peuple, mourir, disparaître puis revenir…

 

En termes plus grossiers, voici la vie de Yeshoua : un Tsadik, un Rabbi s'élève parmi le peuple d'Israël, il obtient l'âme messianique par Hashem ; à la suite de cela, il meurt pour faire l'expiation des péchés, ressuscite, se cache au regard d'Israël, puis se dévoile à nouveau à la fin de l'histoire afin d'amener la délivrance à son peuple et au monde… Conclusion, nous attendons tous le Mashiah, soit le second dévoilement de Yeshoua en tant que Mashiah ben David.

Étonnamment, la notion d’un Mashiah qui se "voile et se dévoile" a été récupéré par la ‘Hassidout ‘Habad concernant le Rabbi de Loubavitch… Or, ce concept est enseigné par les Juifs Nazaréens [et non par les chrétiens] et existe depuis plus de 2000 ans.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Nous pourrons également nous inspirer des enseignements du Kol HaTor pour mieux appréhender l’union des deux Messies.

Dans nos actions et dans nos prières, nous aidons Mashiah ben Yossef et en agissant ainsi de toutes nos forces, lorsque l'éveil vient d'en bas, nous réaliserons l'unité de Mashiah ben Yossef et de Mashiah ben David qui sont l'arbre de Yossef et l'arbre de Yéhouda. Au début, ils seront entre vos mains individuellement, puis ils seront unis dans ma main… L'unité des deux est le fondement de l'unité du Saint Béni soit-Il et la Shekhina, ainsi ce sera l'achèvement de la rédemption. (Yehezqel 37 :19). (…) La rédemption entière dépend de l'unification des deux morceaux de bois : le bois de Yossef et le bois de Yéhouda. Ce sont les deux Messies : Mashiah ben Yossef et Mashiah ben David ; au début, lorsque la rédemption commencera naturellement d'en bas, ce seront des individus séparés dans votre main mais ensuite, ils deviendront un dans ma main. (Yehezqel 37 :19). La main de D.ieu signifie, miraculeusement, à l'aide des nuées du ciel. (…) Les yeux du Seigneur ton D.ieu sont toujours là-dessus, du début de l'année jusqu'à la fin de l’année. (Devarim 11 :12) ; le mot "yeux" au pluriel fait référence aux deux meshi’him. Le début de l'année fait référence au Mashiah ben Yossef, la qualité du din et la fin de l'année fait référence au mois de la miséricorde, au Mashiah ben David, la qualité du ‘hessed. (…) Je susciterai un germe juste de David. (Yrmeyahou 23 :6). Un germe juste fait référence au premier Mashiah : le Mashiah ben Yossef. Comme le trône de David, comme expliqué ci-dessus, il prépare la voie au Mashiah ben David. Nous sommes obligés de prier (…) par conséquent, nous nous concentrons dans la Amida car on trouve les mentions de : "la pousse de David" et "élevez la corne du salut [keren Yeshoua]"… Tout ceci est révélé dans le mystère de l’expression "les cornes d'un bœuf [Yossef]"… À la fin de la bénédiction, il est donc dit : "matsmia’h keren yeshoua" qui, en guématria, équivaut à 741 soit la guématria de "Mashiah ben Ephraïm [Yossef]"…  (Enseignements du Kol HaTor)

 

  • que le messie est mort pour nos fautes : comme il est enseigné explicitement dans Yeshayahou : Ce sont nos souffrances qu'il a portées, c'est de nos douleurs qu'il s'est chargé et nous l'avons considéré comme puni, frappé de D.ieu et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. (…). L'Éternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous. (…) Il a plu à l'Éternel de le briser par la souffrance... Après avoir livré sa vie en sacrifice pour le péché, il verra une postérité et prolongera ses jours et l'œuvre de l'Éternel prospérera entre ses mains. À cause du travail de son âme, il rassasiera ses regards ; par sa connaissance mon serviteur juste justifiera beaucoup d'hommes et il se chargera de leurs iniquités. C'est pourquoi je lui donnerai sa part avec les grands ; il partagera le butin avec les puissants, parce qu'il s'est livré lui-même à la mort et qu'il a été mis au nombre des malfaiteurs, parce qu'il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'il a intercédé pour les coupables. (Yeshayahou 53 :1-12).

 

Dans le Gan Eden, un palais est appelé le "palais des fils de la maladie" ... Le Messie entre dans ce palais et rassemble chaque douleur et chaque châtiment d'Israël. Tout cela vient reposer sur lui et s'il ne les avait pas pris sur lui-même, aucun homme n'aurait été capable de porter les châtiments d'Israël pour la transgression de la Torah car il est écrit : Certainement ce sont nos maladies qu'il a portées. (Yeshayahou 53 :4). (Zohar II, 212a)

 

À propos du Mashiah, la Guémara demande : Quel est son nom ? (…) Son nom est le lépreux (…) ainsi qu'il est dit : Certes, ce sont nos maladies qu'il a portées et nos souffrances qu'il a subies et nous le considérions comme un lépreux, frappé par D.ieu, humilié. (Yeshayahou 53 :4). (Sanhédrin 98b)

 

 

  • selon les Écrits : évidemment, Yeshayahou chap. 53 est une référence au Mashiah ben Yossef. En complément, dans la Guémara, il est également fait mention du verset suivant : Et le pays sera en deuil, chaque famille à part. (Zekharia 12 :12) comme se rapportant au Mashiah ben Yossef qui sera tué. (Soukka 52a). Dans d’autres références de la Torah Orale, on parle également de la disparition du Rédempteur d'Israël puis de sa réapparition : Moshé est apparu aux Israélites, a disparu et est finalement apparu une fois de plus, et il se passera la même chose avec le rédempteur final : Il va apparaître, disparaître et apparaître à nouveau. (Midrash Bamidbar Rabah 11). Sa royauté sera jetée pour un temps : comme le premier rédempteur, le dernier rédempteur sera caché, puis reviendra et sera révélé. (Yalqout Shimoni Routh 2). Un autre Midrash, moins connu également, présente le Messie dans son premier rôle de Sauveur personnel : Le Saint Béni soit-Il commencera à discuter avec lui et lui dira : les péchés viendront bientôt sur toi comme un joug de fer et ils te rendront comme ce veau dont les yeux furent affaiblis. Et ils étoufferont ton esprit avec un joug et ta langue sera bientôt attachée à ton palais par leurs péchés. Le veux-tu ? (...) Si ton âme est troublée, j’enlèverai les malheurs dès maintenant. Le Mashiah lui dira : Maître des mondes, c’est avec joie et réjouissance en mon cœur que je l’accepte pour qu’aucun en Israël ne soit perdu ; et seront sauvés en mes jours, non seulement ceux qui vivent mais aussi ceux qui sont dissimulés dans la poussière ; seront sauvés en mes jours non seulement ceux qui meurent mais aussi tous ceux qui sont morts depuis le premier Adam jusqu’à maintenant ; et pas seulement eux mais aussi les morts nés et pas seulement les morts nés mais aussi ceux qui sont montés dans ta pensée pour être créés mais qui ne l’ont pas encore été. Si c’est ainsi, je le veux ; si c’est ainsi, j’accepte le joug sur moi. (...) Concernant ce moment, David pleura et dit : Ma force se dessèche comme l’argile. (Téhilim 22 :15). Lorsque ce moment viendra, le Saint Béni soit-Il lui dira : Ephraïm, Mashiah, ma justice, tu l’as déjà accepté [cette souffrance] depuis les six jours du commencement et maintenant, ta douleur sera mienne. (Pesiqta Rabbati 161-162)

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

11.     Ainsi donc, eux ou moi, voilà ce que nous proclamons, et ce à quoi vous avez adhéré.

 

 

  • Ainsi donc, eux ou moi, voilà ce que nous proclamons : du grec "kerusso" …

 

Voici la définition du mot grec "kerusso" :

  • publier : rendre une annonce publique, la faire connaître officiellement ; de nos jours, cela peut être par voie d'affichage, d'impression, via internet, etc…

  • prêcher : annoncer la parole de D.ieu sous forme de sermon,

  • crier : pousser des cris sous l'effet d'un appel divin ou d'une sensation spirituelle intense,

  • proclamer ouvertement à la manière d'un héraut : dans les milieux grecs et romains, il s’agissait par exemple d’un messager chargé de porter les ordres du roi, de partager diverses annonces dans les assemblées et/ou de déclarer la guerre.

Cette Bonne Nouvelle du Royaume sera prêchée [kerusso] dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin. (Matityahou 24 :14)

 

  • et ce à quoi vous avez adhéré : par la foi.  

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

21.     En effet, par un homme, la mort, par un homme aussi, le relèvement des morts.

 

 

  • En effet, par un homme, la mort : Adam et ‘Hava nous ont transmis par le péché, par leur désobéissance dans le Gan Eden un héritage corrompu. Par ce péché et cette désobéissance, la mort s'est étendue sur tous les hommes.

 

 

  • par un homme aussi, le relèvement des morts : Rabbi Yeshoua n’ayant jamais fauté est capable de nous réparer complétement et dans le même élan, il est enseigné dans la ‘Hassidout Breslev que le Tsadik peut nous réparer nous et tous nos ascendants jusqu’à la faute d’Adam Harichon. (Rav Avraham Ifra’h). Ainsi, lorsque nous nous attachons au Mashiah et à son mérite dans la Avoda Hashem, nous avons un libre accès à Te’hiyat HaMétim ; c’est le principe ‘hassidique de l’attachement au Tsadik enseigné dans le Judaïsme ou encore chez les Apôtres comme il est dit : Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c'est en cela que l'amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement. (1 Yohanan 4 :17).

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

22.     Et comme tous sont morts en Adâm, de même dans le messie tous seront faits vivants.

 

 

  • Et comme tous sont morts en Adâm : le premier fauteur.

 

 

  • de même dans le messie tous seront faits vivants : comme nous l’avons partagé au verset précédent, par le péché d’Adam et ‘Hava et cette désobéissance, la mort s'est étendue sur tous les hommes mais l’Évangile, la Bonne Nouvelle en Yeshoua est présentée comme un moyen pour tout redémarrer, un moyen pour enfanter de meilleurs fruits.

 

 

COMMENTAIRE N°1

 

Prenons l’exemple de la généalogie de Matityahou ; celle-ci commence avec les termes grecs "biblos genesos" : le Rouleau, le Livre de la Généalogie, ou encore le Livre du Commencement selon les différentes traductions. (Matityahou 1 :1). Ces mots grecs sont plutôt intéressants car même si Matityahou cherche à démontrer la messianité de Yeshoua par son ascendance davidique, nous pourrions aussi voir dans cette expression, un message universel : un nouveau Béréshit, une nouvelle Création, un monde nouveau et renouvelé nous est offert par l’acceptation de l’Évangile, soit par le fait d’accepter Yeshoua comme étant le Mashiah d’Israël promis.

 

Ainsi, à la lumière de ces explications, on comprend aisément que l’Évangile nous conduit vers un processus de réparation du monde. Or, ce tikoun haolam offert en Yeshoua, éveille un désir en nous, un désir de nous détourner du péché et un désir d’œuvrer pour un monde de paix ; un monde ou régneraient la prospérité, la santé et la justice pour tous… L'importance de travailler individuellement et collectivement vers un monde meilleur, sera vitale pour tous talmidim de Yeshoua et nous définira comme de véritables enfants de D.ieu actifs et présents pour le bien-être de toute la Création.

 

En effet, la motivation pour un monde meilleur et réparée est inspirée du cœur même de l’Évangile et sera influencé par le Rouah Hakodesh tout au long de notre vie. Par nos téfilot au nom de Yeshoua, par notre sanctification permanente et par nos mitsvot, Hashem répare et perfectionne le monde. Or, il est vraiment important de comprendre que ce monde brisé a besoin de réparation et par l’intermédiaire du Mashiah, nous aurons la dévotion personnelle et intérieure nécessaire pour œuvrer dans cet objectif.     Comment influençons-nous le monde par nos choix moraux ? Comment participons-nous au tikoun haolam ? Chacun individuellement se doit de se poser et de répondre soi-même à ces questions.

 

Hashem a créé l’homme et le monde avec un manque mais lui a aussi octroyé le principe de complétude en lui offrant l’Évangile. Par le Rouah du Mashiah, on trouvera comme une sorte de programme en nous : le désir de réparer et non pas de survivre, de manger, de procréer ou encore de se protéger comme chez les animaux ; au contraire, le Rabbi nous a insufflé le souffle sacré nécessaire pour arranger et réparer le monde ! Ce désir est inhérent pour un véritable Nazaréen. 

 

La Création, l’humanité elle-même, est séparée du divin... Épouser cet esprit d’unité par l’Évangile avec Hashem nous permet donc de nous dégager de cette séparation. De plus, le tikoun haolam proposé par l’Alliance Renouvelée en Yeshoua, c’est aussi l’espoir de partager un but commun ! Comme le déclare le début de l’Évangile, tout véritable Nazaréen devra manifester la gloire de D.ieu dans le monde et faire avancer l’humanité en général ! Pour compléter ces propos, nous pourrions également déchiffrer un secret dans ce premier verset de Matityahou : la généalogie de Yeshoua remonte à Avraham mais contient des allusions à Adam Harichon, le premier homme représentant ainsi toute l’humanité. En utilisant les mots Avraham, David et Mashiah, nous avons également l’acrostiche d’Adam : en Yeshoua, en le reconnaissant comme Mashiah, la Création a reçu une nouvelle chance de réparer le monde et la force pour lutter contre le péché, engendrée par la faute du premier homme. Il nous faut donc nous saisir cet héritage spirituel et faire avancer l’humanité dans le bon sens !

 

 

 

 

 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


34.     Soyez sobres, comme il est juste, et ne fautez pas. Oui, certains ont l’ignorance d’Elohîms, je vous le dis à votre confusion.

 

 

  • Soyez sobres, comme il est juste : du grec "eknepho"…

Voici la définition du mot grec "eknepho" :

  • revenir à soi d'une ivresse,

  • devenir sobre : qui est marqué par la mesure, la modération

  • métaphore utilisé dans l’idée de retourner à la sobriété de l'esprit

 

Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable et ne péchez point car quelques-uns ne connaissent pas D.ieu, je le dis à votre honte. (1 Corinthiens 15 :34)

  • et ne fautez pas : selon le principe de "faire le bien et de s’éloigner du mal" ...

Recherchez le bien et non le mal, afin que vous viviez et qu'ainsi l'Éternel, le D.ieu des armées, soit avec vous, comme vous le dites. (Amos 5 :14)

  • Oui, certains ont l’ignorance d’Elohîms : certains méconnaissaient Hashem…

Mon peuple est détruit, parce qu'il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance. (Hoshéa 4 :6) 

 

  • je vous le dis à votre confusion : à votre honte.

 

COMMENTAIRE N°1

 

Cependant, si un homme a honte devant Hashem, il sera la plupart du temps dispensé d’affronts de la part d’autrui. Les Sages nous ont certifié que celui qui s’écarte du chemin de la Torah et en éprouve de la honte, Hashem lui pardonne toutes ses fautes. Pour quelle raison ? Car la honte comme nous l’enseigne Rabbi Na’hman dans la Thora 6 du Likouté Moharan constitue l’essentiel de la téchouva. Et cet homme, non seulement nettoiera ses fautes mais encore pourra à l’instar de la femme sota enfanter une Torah concrète nettoyée et purifiée. (Centre Breslev du Rav Avraham Ifra’h)


 

 

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

51.     Voici, un mystère, je le dis : nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous transformés.

 

  • Voici, un mystère, je le dis : du grec "musterion"…

Voici la définition du mot grec "musterion" :

  • chose cachée ou secrète, non évidente à la compréhension

  • un secret : un sod de la Torah.

  • un mystère : ce qui est inaccessible à la raison humaine, ce qui est de l'ordre du surnaturel, ce qui est obscur, caché, inconnu, incompréhensible,

  • partage d’un secret au sens mystique ou caché.

Priez en même temps pour nous, afin que D.ieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère du Mashiah, pour lequel je suis dans les chaînes. (Colossiens 4 :3)

 

  • nous ne nous endormirons pas tous : nous ne mourrons pas tous.

 

  • mais nous serons tous transformés : avec un corps glorieux [la résurrection des morts].

 

COMMENTAIRE N°1

Au moment de la venue du Mashiah et de la révélation de l'avenir, le physique sera plus raffiné, ce qui signifie que la physique du futur sera tel qu'il était au début de la Création, avant le péché d'Adam Harishon. (Séfer Ha Maamarim 5702, p. 75). Cela commencera par le Mashiah lui-même qui, selon les mots du Rebbe Maharash, sera l'aspect perfectionné d'Adam, complètement rectifié avant le péché. (Hemshech VeKacha 5637, ch. 19).  

Il est la tête du corps de la Kéhila ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. (Colossiens 1 :18)